Deux actions judiciaires au pénal contre trois directeurs de France-Telecom -Orange

Le parquet de Paris vient d’ouvrir une instruction judiciaire contre France Telecom – Orange, après le signalement de S. Catala, inspectrice du travail, auprès du procureur de Paris, pour infractions aux dispositions de l’article L1152-1 et L1152-2 du code du travail: méthodes de gestion caractérisant le harcèlement moral, en application de l’article 40 du code procédure pénal.

Non seulement à l’encontre des personnel morales mais aussi des personnes physiques. C’est-à-dire à l’encontre des trois directeurs de France Telecom et sa filiale Orange : Didier Lombard, Louis Pierre Wenes et Olivier Barberot.

L’argument est simple: la réorganisation de ces sociétés porte atteinte à la santé mentale et elle a été prise par ces directions en 2005.

Résumons:

  1. l’inspection du travail reconnait la nocivité d’un type d’organisation du travail quand à la santé mentale
  2. l’organiser est une infraction au pénal
  3. les 3 directeurs sont l’objet d’une enquête judiciaire (et non pas seulement une “personne morale”).

Notons aussi qu’il ne s’agit pas de la seule action « au pénal » en cours contre France Telecom – Orange, puisque  le parquet de Besançon vient d’ouvrir un instruction judiciaire, lui aussi.

Ces actions confirment le pronostic déjà formulé par Anne Thébaud-Mony : la capitalisation de la vie elle-même mène le capitaliste au tribunal !

A lire ailleurs sur le net :

– l’article de Rue89 qui donne accès au rapport de S. Catal, l’inspectrice du travail, au procureur

– ouverture de l’instruction judiciaire de Paris, France Info

– ouverture d’une information judiciaire à Besançon, un Crouycien

– un nouveau suicide à Lille, NouvelObs

– « le statut des fonctionnaires empêchait un licenciement classique » : Maitre Jean-Paul Teissonnière, avocat du syndicat SUD

– l’histoire des décisions de la direction de France Telecom par la rédaction de Médiapart

(Article modifié le 14 04 2010)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.