Mortel Champix !

Le Champix, produit par les laboratoires Pfizer est utilisé dans le sevrage du tabac. Aux USA, il est accusé d’avoir induit une « centaine de suicides réussis » selon Ernest Cory, l’avocat des plaignants.

En France aussi !

La notice d’information jointe au médicament vendu en pharmacie indique clairement : « Des cas  de dépression, d’idées et comportements suicidaires ainsi que de tentatives de suicide, ont été rapportées chez des patients traités par CHAMPIX. Si vous prenez CHAMPIX et que vous présentez une agitation, une humeur dépressive, une modification du comportement qui vous préoccupe vous, votre famille ou votre médecin, ou si vous développez des idées ou comportements suicidaires vous devez interrompre votre traitement et contacter votre médecin immédiatement ».

Commission de transparence de la HAS (Haute Autorité de Santé) du 24 06 2009 sur le Champix

Point d’information de l’AFSSAPS du 08 07 2008 sur le Champix

___________________________________________

CHAMPIX® : Suicides et troubles psychiatriques, la France n’est pas épargnée

7 cas de suicide et 92 cas de troubles psychiatriques graves en majorité liés à des idées ou des comportements suicidaires après 14 mois de commercialisation en France. Ainsi, fin mars 2008, le bilan de pharmacovigilance, établi « sur » environ  468.000 patients traités, rapportait 1.700 notifications d’effets indésirables dont 92 cas de troubles psychiatriques graves  chez des patients qui ne présentaient pas d’antécédents psychiatriques connus avant la prise de Champix®. Pourtant en Europe comme aux Etats-Unis, en janvier 2009, le Comité des médicaments de l’Agence européenne n’a pas considéré devoir mettre en garde de manière plus renforcée, les professionnels de santé sur le risque de dépression ou de comportement suicidaire.

Champix® a obtenu une autorisation de mise sur le marché européenne septembre 2006. Sa commercialisation, depuis février 2007, s’est accompagnée d’emblée d’un plan de gestion des risques européen, auquel s’ajoute un suivi de pharmacovigilance renforcé au niveau national. Environ 500.000 personnes sont traitées chaque année par Champix® en France : Entre février 2007 et mai 2008, environ 516.000 patients ont été traités par Champix® en France.

En 2007, le Comité du Médicament à usage humain (CMPH) de l’Agence européenne du médicament (EMA)  demande à ajouter dans la notice le risque d’infarctus du myocarde, de troubles dépressifs et de comportements suicidaires mais sans qu’un lien soit établi avec la prise de Champix®, ces symptômes pouvant apparaître lors de tout sevrage tabagique. Le laboratoire, indique bien dans la notice du produit que depuis sa commercialisation, des cas de crises cardiaques, d’hallucinations, de modifications de la pensée ou du comportement (telles qu’agressivité ou comportement irrationnel), de dépression et de pensées suicidaires ont été rapportés chez des personnes qui tentent d’arrêter de fumer avec Champix.

Fin mars 2008, le bilan de pharmacovigilance, établi après 14 mois de commercialisation en France, ne remettait pas en cause le rapport bénéfice / risque de Champix® mais signalait que sur environ 468.000 patients traités, environ 1.700 notifications d’effets indésirables avaient été recueillies dont 174 cas graves concernent essentiellement des troubles psychiatriques (92 cas), cardiovasculaires (24 cas) et neurologiques (16 cas), tels que crises d’épilepsie ou pertes de connaissance. Les cas de troubles psychiatriques graves (92) concernaient pour l’essentiel des idées et des comportements suicidaires, bien que la plupart des patients ayant développé ces troubles ne présentaient pas d’antécédents psychiatriques connus avant la prise de Champix®, précisent l’Afssaps en juillet 2008. 12 décès avaient alors été rapportés (dont 7 cas de suicide). Néanmoins, aucun lien n’avait alors pu être établi avec la prise de Champix®. Néanmoins, la commission nationale de pharmacovigilance avait alors estimé qu’après 14 mois de commercialisation de Champix en France, le suivi national de pharmacovigilance montrait que les résultats étaient « conformes au profil de sécurité d’emploi attendu et ne relevaient pas la survenue d’effets indésirable inattendus majeurs.

L’avis de la Haute Autorité de Santé du 24 juin 2009, rapporte ensuite (et à nouveau) les résultats de l’étude Aubin (revue Thorax 2008) : « Dans les 4 dernières semaines de traitement de cette étude, le taux d’abstinence continue a été significativement plus élevé dans le groupe varénicline que dans le groupe TNS. Cependant cette différence entre les groupes de traitements n’est plus observée à 6 mois ni à un an. ». La HAS cite aussi les conclusions de l’étude Cochrane (2004) dont « Le risque relatif d’abstinence continue à 1 an de la varénicline versus TNS de 1,31 (IC 95%: 1,01 – 1,71) ».

Le rapport « mondial » de pharmacovigilance 2008 (PSUR pour Product Safety Update Report) –Voir tableau ci-contre- qui couvre la période de mai 2008 à novembre 2008 informe sur un total de 12.143 événements indésirables rapportés dans le monde depuis mai 2006, 2.160 événements indésirables en rapport avec le suicide, médicament confirmés pour 1.160 patients, soit environ 10% de l’ensemble des événements indésirables liés au Champix®.

Pourtant, en janvier 2009, le CHMP de l’Agence européenne n’a pas considéré que ces informations relatives au risque suicidaire, nécessitaient d’être renforcées dans le RCP pour mettre en garde les professionnels de santé sur le risque de dépression ou de comportement suicidaire.

De la même manière, avec plus d’un millier de plaintes contre le Chantix déposées aux Etats-Unis, pourquoi l’Agence américaine FDA qui communiquait, sans interdire, sur les dangers du médicament dès mars 2008 n’a-t-elle pas procédé au retrait pur et simple du médicament ? La même question sera très certainement posée aux autorités sanitaires européennes.

___________________________________________

Tabac: des centaines de plaintes contre le Champix

Article paru sur le site France 3, le 07 01 2011, par FTV :
 » 1.200 plaintes ont été déposées aux USA contre les effets secondaires du Chantix, médicament de sevrage tabagique.

Ce médicament, baptisé Champix en France, est accusé d’entraîner des états suicidaires, voire des passages à l’acte.

Le Chantix (varénicline) – autorisé sur le marché américain en 2006, et sur le marché français en 2007 sous le nom de Champix – fait l’objet de  nombreuses publicités notamment télévisées vantant ses mérites.

L’ensemble des dossiers émanant de tous les Etats-Unis a été centralisé dans un tribunal fédéral de l’Alabama (sud) qui, selon un décompte effectué par l’AFP à partir de documents judiciaires, a déjà enregistré plus de 1.200 plaintes individuelles de consommateurs de Chantix ou de leur famille.

La procédure a été confiée par l’organe judiciaire américain chargé de centraliser les dossiers comportant des plaintes multiples venant de différents Etats à une juge unique, Inge Johnson. Si elle n’en est qu’à ses prémisses, elle pourrait se solder par un chèque très élevé du laboratoire américain, pour peu que la justice établisse des défaillances dans la conduite des essais cliniques préalables à la commercialisation du médicament.

Le principal avocat des plaignants, Ernest Cory, a assuré s’attendre encore au dépôt d' »un millier d’autres » plaintes pour « négligence » contre le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer. « La plupart des cas présentés impliquent des problèmes neurologiques », indique-t-il, citant « suicides, tentatives de suicide et trous de mémoire » et évoquant, parmi les 1.200 plaintes déjà déposées, « bien plus d’une centaine de suicides réussis ». « 60% des plaintes parlent de tentatives de suicide ou de suicides réussis », ajoute-t-il.

Interrogé par l’AFP, le laboratoire Pfizer a estimé qu' »il n’existe pas de preuve scientifique que le Chantix ait provoqué les accidents neurologiques rapportés par les plaignants ». « Le Chantix est un traitement efficace pour de nombreux fumeurs qui souhaitent arrêter et nous avons l’intention de défendre ce médicament utile », a ajouté Victoria Davis, porte-parole du laboratoire.

Plusieurs scenarii sont possibles dans cette procédure qui « avance rapidement », a expliqué M. Cory. Il a exclu la possibilité de voir celle-ci aboutir à un unique procès du Chantix, jugeant que chaque plainte individuelle est « un cas unique ». La juge Johnson pourrait établir un canevas général de procédure et renvoyer les plaintes dans chacune de leur juridiction d’origine ou bien organiser elle-même un ou plusieurs procès exemplaires.

L’éventualité d’un accord financier global entre Pfizer et les plaignants est également  envisageable, même si M. Cory a assuré dans l’immédiat « ne rien en savoir ».

Si les plaignants obtiennent gain de cause en justice, il est également possible que l’Agence américaine du médicament (Food and Drug administration, FDA), qui a déjà exigé l’imposition d’avertissements stricts sur les boîtes de Chantix, décide à terme de retirer le médicament du marché ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.