Le cri de la chouette, le suicide d’Ophélie (8)

Revenons sur Ophélie et la folie qui la prend avant son suicide. La dernière fois, nous avons vu qu’Ophélie affirme savoir la vérité. C’est sa folie.ophechante

Ophélie cesse de chanter un moment pour revenir dans la conversation avec la Reine. Sérieusement. Elle s’exclame qu’elle « ne peut s’empêcher de penser qu’ils voulaient (la cour ?) le coucher dans la terre froide. Mon frère le saura 1 ».

Elle est allusive. « On dit que la chouette (the owl) était la fille d’un boulanger ».

Selon les traducteurs, en particulier Jenkins, la chouette serait une référence à un conte folklorique. La fille du boulanger aurait volé Jésus qui lui achetait du pain et elle aurait été changée en chouette. Jenkins pense que le cri de la chouette signalerait la perte de sa virginité. Jésus violeur de surcroît ?

Autre bizarrerie, Ophélie affirme : « nous savons ce que nous sommes, mais nous ne savons pas ce que nous serons. Dieu soit à votre table ! ». Ophélie en appelle à Dieu.

Nous avons vu plus tôt, que « la table » de la cour était d’un genre très spécial. Une table de vers qui mangent des cadavres. « Nous ne savons pas ce que nous serons » peut alors prendre le sens suivant : nous ne savons pas quel vers nous sommes à la table de la cour. De l’Autre.

Puis, elle réclame de ne pas dire un mot de tout ça quand le roi émet l’hypothèse que Ophélie penserait à son père. De ce que l’on sait déjà des idées du Roi, n’oublions pas les mises en garde d’Ophélie, il se trompe inévitablement.

Elle enchaîne par une sorte de bouffonnerie :

« Demain, c’est la Saint-Valentin,

Debout dans le petit matin,

Et moi vierge à ta fenêtre,

Qui ta Valentine doit être.

Il se leva et se vêtit,

Ouvrit la porte de la chambre ;

Entra la vierge, mais vierge

Jamais elle n’en sortit. 

Jésus et Saint Charité,

Hélas ! Honte, que diable !

Les gars le font sans hésiter,

Par Queue, ils sont blâmables.

« Avant de me trousser, dit-elle,

Tu promis d’être mon mari. «

(Il répond : ) « C’est ce que j’aurais fait, ma belle,

Si tu n’étais pas venue dans mon lit 2 ».

« Par Queue » n’est pas une faute d’orthographe, c’est un jeu de mot !

« Queue » = « Cock », est la déformation de « God ». « By Cock », est la version obscène de « By God », « par Dieu ».

L’obscénité de cette chanson a été interprétée comme le symptôme de la frustration d’Ophélie à l’égard de Hamlet. Elle se situe comme une vierge « séduite autant qu’abandonnée » par lui. Elle aurait le sentiment que les hommes sont à la fois « déraisonnables et incompréhensibles 3 ».

Les interprètes de l’édition de NRF ont peut-être raison de douter de cette interprétation pseudo-psychanalytique convenue comme celle de Jenkins sur la chouette et la fille de la boulangère.

Fausse sûrement. Rapide certainement. C’est ce que l’on dénomme actuellement une interprétation phallique ou œdipienne. Mais, elle n’est pas la seule interprétation possible. Ce dont nous parlerons de nouveau en conclusion de cette série d’articles.

Une autre remarque. Cette scène est construite à deux voix. Sur deux plans phoniques. Il y a le plan du chœur de la chanson folklorique. Il y a celui des paroles d’Ophélie elle-même. Ces plans se mêlent comme une fugue de Bach. Ils sont tour à tour prudes ou obscènes. Ils mêlent les deux tonalités de la mort et de la vie la plus turgescente. Sérieux et ironiques. « Le coucher (le père d’Ophélie ?) dans la terre froide » résonne avec le fait de « coucher une fille dans son lit ».

La mort figure en contrepoint du sexuel le plus cru.

La suite au prochain numéro !

_________________________

1– p. 899

2– p. 899

3– note 9 et 12, p. 1468 et 1469

Laisser un commentaire