L’angoisse

Lacan J., le séminaire livre VI, Paris, Seuil, 2004

(Extraits de la version ALI)

Leçon du 28 novembre 1962

« C’est dans la mesure où une identification tout à fait différente que j’ai appelé identification avec Ophélie, c’est dans la mesure où l’âme furieuse d’Ophélie… c’est au moment de la révélation de ce qu’a été pour lui cet objet négligé, méconnu, que nous voyons là jouer dans Shakespeare à nu cette identification à l’objet du deuil … Cette identification à l’objet du deuil… l’entrée en Hamlet de la fureur de l’âme féminine, c’est ce qui lui donne la force de devenir à partir de là, ce somnambule qui accepte tout, jusque et y compris dans le combat d’être celui qui tient l’enjeu, qui tient sa partie pour son ennemi, le roi lui-même, contre son image spéculaire qui est Laërte. » Continuer la lecture de « L’angoisse »

Le désir et son interprétation

Lacan J., le séminaire livre VI

(Extraits de la version ALI)

Leçon du 11 mars 1959

« Et, le prenant littéralement à genoux et à sa merci, sans être vu par le roi, Hamlet a la vengeance à sa portée. C’est là qu’il s’arrête avec cette réflexion: est-­ce qu’en le tuant maintenant il ne va pas l’envoyer au ciel, alors que son père a beaucoup insisté sur le fait qu’il souffrait tous les tourments d’on ne sait pas très bien quel enfer ou quel purgatoire ? Est-ce qu’il ne va pas l’envoyer droit au bonheur éternel ? C’est justement ce qu’il ne faut pas que je fasse… Continuer la lecture de « Le désir et son interprétation »

Le suicide dans les textes de Freud

Voici les principales références de Freud au suicide dans ses textes. Je compte compléter cette page au fur et à mesure. Certains de ces textes font l’objet d’un commentaire dans ce blog.

Envoyez un mail si vous souhaitez me recommander une référence

Freud S., « Manuscrit N » (31 mai 1897), Naissance de la psychanalyse, 1956

« Les pulsions hostiles à l’endroit des parents (désir de leur mort) sont également partie intégrante des névroses. Elles viennent consciemment au jour sous la forme d’idées obsessionnelles. Dans la paranoïa, les délires de persécution les plus graves (méfiance pathologique à l’égard des chefs, des monarques) émanent de ces pulsions. Elles se trouvent refoulées dans les périodes où les sentiments de pitié pour les parents l’emportent – au moment de leurs maladies, de leur mort. Dans le deuils, les sentiments de remords se manifestent, alors on se reproche leur mort (c’est ce que l’on décrit sous le nom de mélancolies) ou bien l’on se punit soi-même sur le mode hystérique, en étant malades comme eux (idée de rachat). L’identification n’est alors, comme on voit, qu’un mode de penser et ne nous délie pas de l’obligation de rechercher les motifs », p. 183.

« Le mécanisme de la création poétique est le même que celui des fantasmes hystériques. Goethe prête à Werther quelque chose de vécu : son propre amour pour Lotte Kästner et, en même temps, quelque chose dont il a entendu parler : le sort du Jérusalem qui se suicida. Goethe jour probablement avec l’idée de suicide et y trouve un point de contact qui lui permet de s’identifier à Jérusalem. Il prêt à celui-ci des motifs tirés de sa propre histoire d’amour. C’est un moyen de ce fantasme qu’il se prémunit contre les conséquences de sa propre histoire », p. 184

Les premiers psychanalystes, Minutes de la Société psychanalytique de Vienne, trad. N. Bakman, Gallimard, Paris, 1976, I, 1908-1910, séance du 13 02 1907, p. 136

« Le suicide est l’apogée de l’auto-érotisme négatif »

Les premiers psychanalystes, Minutes de la Société psychanalytique de Vienne, trad. N. Bakman, Gallimard, Paris, 1978, II, séance du 24 03 1909, p. 180-181

« La différence dans la forme de suicide choisie par les deux sexes illustre que le symbolisme s’étend jusqu’à la mort. Le choix des moyens du suicide révèle le symbolisme sexuel le plus primitif, que nous connaissons depuis longtemps. Un homme se tue avec un revolver, c’est-à-dire qu’il joue avec son pénis, ou bien il se pend, c’est-à-dire qu’il devient quelque chose qui pend de toute sa longueur, un « pénis » (« pendere ») ».

Les premiers psychanalystes, Minutes de la Société psychanalytique de Vienne, trad. N. Bakman, Gallimard, Paris, 1976, II, p. 481-482

« Le suicide ne serait pas tant une conséquence qu’un substitut de la psychose, bien que les deux formes puisse bien entendu se combiner à un degré quelconque »

(…) « On a l’impression que, dans beaucoup de cas, c’est la peur de l’inceste qui mène les enfants au suicide »

(…) « Pour l’instant, nous pouvons accepter sans hésiter la thèse (…) selon laquelle, dans le suicide, la pulsion de vie est vaincue par la libido (dans ce texte, Freud oppose la pulsion du moi et les pulsions sexuelles».

(…) « Il serait intéressant d’établir si le désespoir d’être jamais aimé est effectivement chaque fois la condition du suicide (des écoliers) ; la formule a quelque chose de séduisant »

Sigmund Freud – Ludwig Binswanger : correspondance, 1908-1938, trad. R. Menahem et M. Strauss, Calmann-Lévy, Paris, 1995, 02 05 1909 p. 74, ou 1970 p. 283

Les remarques de Freud sont les même que dans la séance des Minutes de la Société Psychanalytique de Vienne, séance du 24 03 1909.

Freud S., Psychopathologie de la vie quotidienne, 1901, édition de 1923, trad. S. Jankélévitch, PBP, Payot, 1990, p. 207-214

Le suicide et le désir de suicide sous ses formes « inconscientes ». Dans cet ouvrage, le suicide est vu comme un acte manqué. Le suicide peut-il accéder au statut d’un symptôme ?

Freud S., Totem et tabou, trad. S. Jankélévitch, PBP, Payot, 1992, 1912-1913, p. 230 ou 307 selon l’édition

“D’après la loi du talion, qui est profondément enracinée dans la sensibilité humaine, un meurtre ne peut être expié que par le sacrifice d’une autre vie ; le sacrifice de soi renvoie à un crime de sang ».

Note 2 : « Les impulsions suicidaires de nos névrosés se révèlent régulièrement être des autopunitions pour des désirs de mort dirigés contre autrui ».

Freud S., « Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort » (1915), Essais de psychanalyse, petite bibliothèque Payot, 15, Paris, Payot, 1981, (Article en ligne). Commentaire de cet article.

« Notre propre mort ne nous est pas représentable et aussi souvent que nous tentons de nous la représenter nous pouvons remarquer qu’en réalité nous continuons à être là en tant que spectateur. C’est pourquoi dans l’école psychanalytique on a pu oser cette déclaration : personne, au fond, ne croit à sa propre mort ou, ce qui revient au même : dans l’inconscient, chacun de nous est persuadé de son immortalité ».

« Ne devons-nous pas convenir qu’avec notre attitude de civilisé à l’égard de la mort nous avons, une fois encore, vécu psychologiquement au-dessus de nos moyens et ne devons-nous pas faire demi-tour et confesser la vérité ? Ne vaudrait-il pas mieux faire à la mort, dans la réalité et dans nos pensées, la place qui lui revient et laisser un peu plus se manifester notre attitude inconsciente à l’égard de la mort, que nous avons jusqu’à présent si soigneusement réprimée. (…) cela présente l’avantage de mieux tenir compte de la vraisemblance et de nous rendre la vie de nouveau plus supportable. Supporter la vie reste bien le premier devoir de tous les vivants. L’illusion perd toute valeur quand elle nous en empêche. (…) Si tu veux supporter la vie, organise-toi pour la mort ».

Freud, « Deuil et mélancolie », Métapsychologie, Gallimard, Paris, 1991, p. 160-161

« Ainsi, l’investissement d’amour du mélancolique pour son objet a connu un double destin ; il a, pour une part, régressé à l’identification mais, pour une autre part, sous l’influence du conflit d’ambivalence, il a été reporté au stade du sadisme, qui en est plus proche. Nous avons reconnu, comme état originaire d’où provient la vie pulsionnelle, un si prodigieux amour de soi de la part du moi, nous voyons se libérer, dans l’angoisse qui survient quand la vie est menacée, un montant si gigantesque de libido narcissique, que nous ne saisissons pas comment ce moi peut consentir à son auto-destruction (…) il n’est pas de névrosé, éprouvant des intentions suicidaires qui n’en ait fait retour sur soi à partir d’une impulsion meurtrière contre d’autre (…) L’analyse de la mélancolie nous enseigne que le moi ne peut se tuer que lorsqu’il peut, de par le retour de l’investissement d’objet, se traiter lui-même comme un objet, lorsqu’il lui est loisible de diriger contre soi l’hostilité qui concerne un objet (…) Ainsi, dans la régression à partir du choix d’objet narcissique, l’objet a certes été supprimé, mais il s’est pourtant avéré plus puissant que le moi lui-même. Dans les deux situations opposées, celle de l’état amoureux le plus extrême et celle du suicide, le moi, bien que par des voies tout à fait distinctes, est terrassé par l’objet ».

Freud S., « Sur la psychogenèse d’un cas d’homosexualité féminine », Névrose, psychose et perversion, PUF, Paris, 1974, p. 261

« Peut-être personne ne trouve l’énergie psychique pour se tuer si premièrement il ne tue pas du même coup un objet avec lequel il s’est identifié, et deuxièmement ne retourne par là contre lui-même un désir de mort qui était dirigé contre une autre personne ».

Note 2 : « Ces interprétations du mode de suicide par des accomplissements de désirs sexuels sont depuis longtemps familières à tous les analystes (s’empoisonner = devenir enceinte ; se noyer = enfanter ; se précipiter d’une hauteur = accoucher) ».

Les références du CHU de Rouen sur le suicide

actes de congrès

article de périodique

assistance par téléphone

association

association patients

bibliographie

cours

étude comparative

étude évaluation

examen national classant

film éducatif

graphique

information patient et grand public

information scientifique et technique

lecture critique d’article

publication officielle

questionnaire

rapport technique

recommandation

recommandation de santé publique

recommandation par consensus

recommandation pour la pratique clinique

recommandation professionnelle

site institutionnel

  • Réseau du respect de la vie « Le Réseau de respect de la vie est un projet de l’Organisation nationale de la santé autochtone. Le site Internet offre des ressources et une information culturellement pertinentes sur la prévention du suicide, pour aider les communautés autochtones à faire face à l’épidémie de suicides qui sévit actuellement chez les jeunes des Premières nations, inuits et métis au Canada. » [langue : anglais, français, inuit ; format : html ; accès : gratuit et libre ; site non parrainé ; visité le 17/04/2008] – Fr.
    Descripteur(s) MeSH : *adolescent ; *Inuits ; *suicide/prévention et contrôle\site institutionnel
    Type(s) de ressources CISMeF : *site institutionnel

son (acoustique)

structure recherche

  • CRISE – Centre de Recherche et d’Intervention sur le Suicide et l’Euthanasie Diminuer le suicide et les comportement suicidaires et leurs conséquences négatives présentation du centre : thématiques et axes de recherche ; informations sur les membres et chercheurs ; liste de leurs publications et des projets ; informations pratiques sur le centre de documentation [langue : anglais, espagnol, français ; format : html ; accès : gratuit et libre ; site parrainé fonds privés ; visité le 16/05/2000] – Be.
    Descripteur(s) MeSH : *euthanasie ; *suicide/prévention et contrôle
    Type(s) de ressources CISMeF : *structure recherche

tableau

Bibliographie du blog

Si vous souhaitez me recommander une référence, envoyez un mail. Je la reporterai volontiers.


Adam P., Le syndrome de Paris, Inventaire/invention édition, collection Jet Stream, octobre 2006

Améry J., Porter la main sur soi, Actes Sud, 1996

Baechler J., Les suicides, Calmann-Levy, 1975

Baudelot C., Establet R., Durkheim et le suicide, philosophies, PUF, Paris, 1984

Briere de Boismont A., Du suicide et de la folie suicide considérés dans leurs rapports avec la statistique, la médecine et la philosophie, Baillière, 1856

Clinique du suicide, coordonné par Geneviève Morel, Erès, Des travaux et des jours, Paris, 2002

Cocteau J., Les enfants terribles, Les cahiers rouges, Grasset, 1925

Chatelet N., La dernière leçon, Seuil, collections « Cadre rouge » et « Points », Paris, 2004

Cremniter D., Les conduites suicidaires et leur devenir, Congrès de psychiatrie et de neurologie de langue française, Masson, 1997

Debout M., « Le suicide. Rapport au conseil économique et social », Journal Officiel, République Française, 1993

Deshaies G., Psychologie du suicide, PUF, 1947

Debout M, Le suicide, Paris, Ellipses « Vivre et comprendre », 1996

Deffieux J.P., « Le risque suicidaire », Maladies d’époque, La Cause freudienne, 58, nouvelle revue de psychanalyse, Navarin, 2004, p. 49-55

Dépression et suicide, PRID sous la direction de Thérèse Lemperière, Acanthe, Masson, Paris, 2000

Durkheim E., Le suicide, Quadrige, PUF, Paris, 1930

Esquirol E., Des maladies mentales considérées sous des rapports médico-hypgiéniques et médico-légales, Baillière, 1838

Ey H., Etudes n°14, Etudes psychiatriques, II, aspects sémiologiques, 341-378, Desclée de Brouwer, Paris, 1950

Eissler K. R., Le suicide de Victor Tausk, Le fil rouge, PUF, Paris, 1988

Ferenczi S., « A propos de la crise épileptique », Œuvres complètes, 1919-1926, III, trad. Dupont et Viliker M., science de l’homme, Payot, Paris, 1974

Freud S., « Deuil et mélancolie », Métapsychologie, (1915), trad. Laplanche et Pontalis Folio essais, Paris, Gallimard, 1968

Freud S., Psychopathologie de la vie quotidienne (1901), Payot, Paris, 1969

Freud S., Psychopathologie de la vie quotidienne, trad. S. Jankélévitch, PBP, Payot, 1990

Freud S., Totem et tabou, trad. S. Jankélévitch, PBP, Payot, 1992

Freud, Deuil et mélancolie, Métapsychologie, Gallimard, Paris, 1991

Freud S., « Sur la psychogenèse d’un cas d’homosexualité féminine », Névrose, psychose et perversion, PUF, Paris, 1974

Halbwachs M., Les causes du suicide, (1930), Le lien social, PUF, Paris, 2002

Hanus M., Le deuil après suicide, Maloine, Paris, 2004

Hume D., Essays on Suicide and the Immortality of the Soul: The Complete Unauthorized 1783 Edition, David Hume, Version 1.0, ed. James Fieser (Internet Release, 1995)

Holderegger A., Le suicide, le conflit entre la vie et la mort, CERF, Paris, 2005

Ibsen, Hedda Gabler, GF-Flammarion, Paris, 867, 1995

« Impact du suicide sur l’entourage, les soignants et les institutions », Journées du Groupement d’Etudes et de Prévention du Suicide, 35, Nancy, 2004, vol. 8, no 77

Inoué Y., Le fusil de chasse, Stock, La bibliothèque cosmopolite, 1990

Jeammet Ph., Birot E., Etude psychopathologique des tentatives de suicide chez l’adolescent et le jeune adulte, PUF, 1994

Klein M., Essais de psychanalyse, 1921-1945, Science de l’homme Payot, Paris, 1968, p.326-327 et p. 362-367

Labro P., Tomber sept fois, se relever huit, Albin Michel, 2003

Lacan J., Ecrits, Paris, PUF, 1966

Lacan J;, Les écrits techniques, livre II, Seuil, Paris, 1973

Lacan J., La relation d’objet, le séminaire, livre IV, Seuil, Paris, 1994

Lacan J. Le désir et son interprétation, inédit

Lacan J., Les formations de l’inconscient, le séminaire, livre V, Seuil, Paris, 1998

Lacan J., L’angoisse, le séminaire, livre X, Seuil, Paris

Lacan J;, Le savoir du psychanalyste, 1971, inédit

Lacan J., RSI, le séminaire, livre XXII, inédit

Lacan J., Le sinthome, Paris, Seuil, 2005, p. 94-97

Lacan J., Intervention sur l’exposé de M. Friedman: « Quelques réflexions sur le suicide », Revue Française de Psychanalyse, 1935 (18 12 1934)

Lagache D., « Deuil pathologique », La psychanalyse, 1956, n° 2, p. 45-74

Lagache D., « Le travail de deuil », Revue française de psychanalyse, 1938,12, 693-715

Lee H., Virginia Woolf ou l’aventure intérieure, Littératures, Autrement, Londres, 2000

Lessana M.M., Marilyn, portrait d’une apparition, Bayard, 2005

Les premiers psychanalystes, Minutes de la Société psychanalytique de Vienne, trad. N. Bakman, Gallimard, Paris, 1976, I

Les premiers psychanalystes, Minutes de la Société psychanalytique de Vienne, trad. N. Bakman, Gallimard, Paris, 1978, II

Loraux N., Façons tragiques de tuer une femme, texte du XXe siècle, Hachette, 1985

Miller J. A., « Jacques Lacan : remarques sur son concept de passage à l’acte », Actualité psychiatrique, 1988, 1, 50-5

Minois G., Histoire du suicide, la société occidentale face à la mort volontaire, Fayard, 1995

Morel G., La loi de la mère, essai sur le simthome sexuel, Anthropos, 2008

Moron P., Le Suicide, Presses Universitaires de France, Collection Que sais-je ?

« Mort volontaire combattante : sacrifice et stratégie », Cultures et conflits, n°63, automne 2006, Saint-Ouen, en ligne

« Mourir… un peu…. beaucoup », collectif, Savoirs et clinique, Erès, 2004

Pommereau X., « L’adolescent suicidaire », Enfances. Clinique, Paris, Dunod, 1996

Pringuet M., La mort volontaire au Japon, Tel, Galimmard, Paris, 1984

Scotte-Stokes H., Mort et vie de Mischima, Picquier poche, 1996

Shakespeare, « Hamlet », Tragédies, bibliothèque de la Pléiade, NRF, Paris, 2002, tome I

Schneider M., Marilyn dernières séances, Roman, Grasset, Paris, 2006

Sigmund Freud – Ludwig Binswanger : correspondance, 1908-1938, trad. R. Menahem et M. Strauss, Calmann-Lévy, Paris, 1995

Suicide. Autopsie psychologique, outil de recherche en prévention, rapport collectif, INSERM, Paris, 2005

Thévoz M., L’esthétique du suicide, Paris, Les éditions de minuit, Paradoxe, 2003

TolstoÏ L., Anna Karénine, folio classique, Gallimard, Paris, 1952, 2660

Verdier E., Firdion J. M., Homosexualités et suicide, H O editions, Montblanc, 2003

Woolf V., Mrs Dalloway, Paris, Gallimard, Collection folio, 1994

Zizek S., Bienvenue dans le désert du réel, Flammarion, Paris, 2002

Zizek S., La parallaxe, Fayard, 2008