Visuel de statistiques

Voici un visuel qui résume un certain nombre de statistiques à propos du suicide. Il est clair, simple et éloquent. Mais, il est aussi très américain, sexiste et raciste. Les présupposés sont génétiques et évolutionnistes. Mon opinion est donc qu’il s’agit de propagande sanitaire type OMS !

statistiques visuel

Et la mort ?

Revue Adolescence, n° 72, juillet 2010

Articles du colloque de Lyon de juin 2009, coordonné par les Professeurs Yves Morhain et René Roussillon. Le thème a été souvent abordé de façon dispersée dans la Revue Adolescence (cf. Attaques du corps, 2004 Tome 22 n°2), il cherchera ici les idées centrales à l’argumentation.

Sommaire :

René Roussillon Précarité et vulnérabilité identitaires

Yves Morhain Le spleen adolescent

Bernard Duez Mort nécessaire, mort suffisante

Isée Bernateau « Mourir d’amour »

Vincent Di Rocco Goûter la saveur de la mort

S. Flémal, A. Lefèbvre Entre mort, délire et création

Charles Gheorghiev Geste de survie

Florian Houssier Impasse des voeux parricides

É. Morhain, Y. Morhain Le « violon »

Catherine Weismann-Arcache Penser la mort pour rêver d’amour

F. Sauvagnat, P. Bonny Prises de risques vis-à-vis du VIH

David Le Breton Les jeux d’étranglement

Christine Condamin Martyrs et meurtriers chez Mishima

Laurie Laufer Édouard Levé, anatomie d’un suicide

Béatrice Vandevelde Corentin

Marie Windels Blogueuses pro-ana

Alexandra Triandafillidis Stratégies d’immortalité



Avant leur suicide, beaucoup se sont déjà présenté aux urgences

La majorité des personnes décédées de suicide (dans cette étude), s'étaient présenté aux urgences de l'hôpital dans l'année précédente. 
Au moins une fois, parfois plusieurs fois..... Ci-dessous, l'abstract de l'étude en question 
__________________________________________

Emergency department contact prior to suicide in mental health patients

D Da CruzA PearsonP SainiC MilesD WhileN SwinsonA WilliamsJ ShawL ApplebyN Kapur

The Centre for Suicide Prevention, Psychiatry, University of Manchester, Manchester, England

Emerg Med J doi:10.1136/emj.2009.081869

  1. Correspondence to Mr Damian Da Cruz, The National Confidential Inquiry, University of Manchester, Community Based Medicine, Floor 2, Jean McFarlane Building, Oxford Road, Manchester, M13 9PL, UK; damian.dacruz@manchester.ac.uk

Objectives To describe attendance at emergency departments (EDs) in the year prior to suicide for a sample of mental health patients. To examine the characteristics of those who attended (particularly those who attended frequently) prior to suicide.

Design Case review of ED records for 286 individuals who died within 12 months of mental health contact in North West England (2003–2005).

Method Cases identified through the National Confidential Inquiry into Suicide were checked against regional EDs to establish attendance in the year prior to death. Records were examined to establish the number of attendances, reason for the final, non-fatal attendance, treatment offered and outcome.

Results One hundred and twenty-four (43%) individuals had attended the ED at least once in the year prior to their death, and of these, 35 (28%) had attended the ED on more than three occasions. These frequent attenders died by suicide significantly sooner after their final, non-fatal attendance than other attenders. A clinical history of alcohol misuse was also associated with early death following ED attendance.

Conclusions Over 40% of our clinical sample attended an ED in the year prior to death, and some individuals attended particularly frequently. EDs may therefore represent an important additional setting for suicide prevention in mental health patients. The majority of attendances prior to suicide were for self-harm or to request psychiatric help. Clinicians should be alert to the risk associated with such presentations and to the possible association between frequent attendance and suicide.

Deux actions judiciaires au pénal contre trois directeurs de France-Telecom -Orange

Le parquet de Paris vient d’ouvrir une instruction judiciaire contre France Telecom – Orange, après le signalement de S. Catala, inspectrice du travail, auprès du procureur de Paris, pour infractions aux dispositions de l’article L1152-1 et L1152-2 du code du travail: méthodes de gestion caractérisant le harcèlement moral, en application de l’article 40 du code procédure pénal.

Non seulement à l’encontre des personnel morales mais aussi des personnes physiques. C’est-à-dire à l’encontre des trois directeurs de France Telecom et sa filiale Orange : Didier Lombard, Louis Pierre Wenes et Olivier Barberot.

L’argument est simple: la réorganisation de ces sociétés porte atteinte à la santé mentale et elle a été prise par ces directions en 2005.

Résumons:

  1. l’inspection du travail reconnait la nocivité d’un type d’organisation du travail quand à la santé mentale
  2. l’organiser est une infraction au pénal
  3. les 3 directeurs sont l’objet d’une enquête judiciaire (et non pas seulement une “personne morale”).

Notons aussi qu’il ne s’agit pas de la seule action « au pénal » en cours contre France Telecom – Orange, puisque  le parquet de Besançon vient d’ouvrir un instruction judiciaire, lui aussi.

Ces actions confirment le pronostic déjà formulé par Anne Thébaud-Mony : la capitalisation de la vie elle-même mène le capitaliste au tribunal !

A lire ailleurs sur le net :

– l’article de Rue89 qui donne accès au rapport de S. Catal, l’inspectrice du travail, au procureur

– ouverture de l’instruction judiciaire de Paris, France Info

– ouverture d’une information judiciaire à Besançon, un Crouycien

– un nouveau suicide à Lille, NouvelObs

– « le statut des fonctionnaires empêchait un licenciement classique » : Maitre Jean-Paul Teissonnière, avocat du syndicat SUD

– l’histoire des décisions de la direction de France Telecom par la rédaction de Médiapart

(Article modifié le 14 04 2010)

Les références du CHU de Rouen sur le suicide

actes de congrès

article de périodique

assistance par téléphone

association

association patients

bibliographie

cours

étude comparative

étude évaluation

examen national classant

film éducatif

graphique

information patient et grand public

information scientifique et technique

lecture critique d’article

publication officielle

questionnaire

rapport technique

recommandation

recommandation de santé publique

recommandation par consensus

recommandation pour la pratique clinique

recommandation professionnelle

site institutionnel

  • Réseau du respect de la vie « Le Réseau de respect de la vie est un projet de l’Organisation nationale de la santé autochtone. Le site Internet offre des ressources et une information culturellement pertinentes sur la prévention du suicide, pour aider les communautés autochtones à faire face à l’épidémie de suicides qui sévit actuellement chez les jeunes des Premières nations, inuits et métis au Canada. » [langue : anglais, français, inuit ; format : html ; accès : gratuit et libre ; site non parrainé ; visité le 17/04/2008] – Fr.
    Descripteur(s) MeSH : *adolescent ; *Inuits ; *suicide/prévention et contrôle\site institutionnel
    Type(s) de ressources CISMeF : *site institutionnel

son (acoustique)

structure recherche

  • CRISE – Centre de Recherche et d’Intervention sur le Suicide et l’Euthanasie Diminuer le suicide et les comportement suicidaires et leurs conséquences négatives présentation du centre : thématiques et axes de recherche ; informations sur les membres et chercheurs ; liste de leurs publications et des projets ; informations pratiques sur le centre de documentation [langue : anglais, espagnol, français ; format : html ; accès : gratuit et libre ; site parrainé fonds privés ; visité le 16/05/2000] – Be.
    Descripteur(s) MeSH : *euthanasie ; *suicide/prévention et contrôle
    Type(s) de ressources CISMeF : *structure recherche

tableau

« Orange stressé », là-bas si j’y suis, D. Mermet

La psychanalyse commence en ouvrant ses oreilles….

Les agents de France Telecom ont des choses à nous dire, écoutons-les !

Daniel Mermet a réalisé une série remarquable de reportages sur les suicides chez France Telecom, cela vaut la peine de prendre le temps d’écouter ses émissions.

Certains de ces suicides sont absolument sidérants. Il n’en reste pas moins la nécessité de s’en faire une idée. Que s’est-il passé ? Que se passe-t-il ?

Les témoins sont émouvant. Au delà, ce qu’ils nous racontent nous est nécessaire.

Alors, cliquez et écoutez Daniel Mermet nous emmener avec son équipe, dans les soutes de la grande entreprise de France Telecom !

Orange pressé – I

Orange pressé – II

Orange pressé – III

A France Télécom, la vague de suicides se poursuit

Un rapport préconise de reconnaître quatre décès comme accidents de service

“ C’est un précédent important: des suicides de fonctionnaires de France Télécom pourraient être reconnus comme des « accidents de service », l’équivalent pour les agents publics, des accidents de travail pour les salariés de droit privé.

Un rapport, remis le 3 mars à la direction de l’opérateur de télécommunications par l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales, ayant des missions interministérielles de contrôle du travail et de la santé), recommande que quatre des sept cas de suicides ou tentatives de suicide qui lui ont été soumis soient requalifiés en accidents de service. Il s’agit plus précisément de 3 suicides et d’une tentative. Les syndicats n’ont reçu le rapport de l’IGAS que mardi 9 mars et les identités des fonctionnaires concernés ne leur ont pas été communiquées.

Ces 7 cas sont intervenus entre début 2008 et fin 2009. La direction de France Télécom, qui a finalement accepté en septembre 2009 de reconnaître l’existence d’un profond malaise chez ses 100000 salariés français (dont deux tiers de fonctionnaires), a reconnu 32 suicides entre début 2008 et le 1er décembre 2009, toutes catégories de personnel confondues. Elle reconnaît aussi huit suicides de plus depuis début 2010. Les syndicats en compte neuf.

Contactée, la direction assure qu’« elle suivra les recommandations » de l’IGAS. Dans un courriel transmis aux organisations syndicales, elle précise: « Cette note servira de guide pour les autres suicides ou tentatives de suicide n’ayant pas encore fait l’objet d’une décision de la part de l’entreprise. »

La direction de France Télécom doit maintenant convoquer une « commission de réforme », une instance consultative paritaire composée de médecins, de représentants de l’administration et du personnel, qui donnera son avis sur l’imputabilité au service des suicides. « Cela ne devrait pas être un obstacle», espère Christian Pigeon, du syndicat SUD.

Ce serait en tout cas une première chez France Télécom. De mémoire de syndicalistes, la direction n’a jamais reconnu sa responsabilité dans ce type de drames pour des fonctionnaires. En 2009, elle l’avait fait pour une salariée de droit privé qui s’était donné la mort sur son lieu de travail à Paris.

Globalement positif

Les membres de l’Observatoire du stress, mis en place en 2007 par les syndicats SUD et CFEUNSA de France Télécom, jugent le rapport de l’IGAS globalement positif. « La reconnaissance en accident de service est fondamentale. Elle permet aux familles d’élaborer un deuil. Elle les allège aussi d’un énorme souci financier. Même si c’est affreux de parler de sous dans ces cas-là, il faut savoir qu’aucun contrat d’assurance n’assure contre un suicide. Par contre, l’assurance rembourse le prêt d’une maison, par exemple, quand le suicide est requalifié »; explique la psychiatre Brigitte Font Le Bret. « Cela va enfin permettre aux comités d’hygiène et de sécurité [CHSCT] de réfléchir concrètement aux moyens de prévenir le stress», pour Anne-Marie Minella, du syndicat CFE-CGC-UNSA.

Mme Font Le Bret a toutefois des regrets. «La direction de France Télécom a perdu beaucoup de temps. Elle aurait dû mettre immédiatement en place une commission de réforme au lieu d’attendre l’IGAS. Par ailleurs, elle n’aurait pas dû, il y a trois ans, prendre la décision de centraliser à Paris toutes ces commissions. Avant, elles avaient lieu au niveau départemental, et c’était beaucoup plus efficace. »

Cécile Ducourtieux

Le Monde, le 12 03 2010

_______________________________________________

Renault : le suicide était lié au travail

Un troisième suicide au Technocentre est reconnu comme accident du travail

Raymond D., technicien au Technocentre Renault, s’était donné la mort en février 2007. Le tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Versailles a reconnu hier ce suicide comme accident du travail. « La hiérarchie a confié à Raymond D. un objectif à atteindre, sans s’interroger sur la capacité psychique et physique de son salarié à supporter cette charge accrue de travail », ont estimé les juges du Tass.

« C’est le premier pas vers la reconnaissance de la responsabilité de Renault dans le suicide de Raymond D. », s’est félicitée Emmanuelle Boussard-Verrecchia, l’avocate de la veuve du technicien, qui a l’intention de demander la reconnaissance de la faute inexcusable du constructeur automobile. Ce salarié de trente-huit ans s’était pendu à son domicile le 16 février 2007, en laissant une lettre où il était écrit? : « Je ne peux plus rien assumer, ce boulot c’est trop pour moi, ils vont me licencier et je suis fini, je ne saurai pas faire son top série de merde à Gosn (sic) et à Hamel, pardon, bonne chance. » Très bien noté, apprécié de sa hiérarchie, il n’avait pas supporté la pression qu’il subissait du fait de ces objectifs, avait plaidé l’avocate à l’audience. « Nous pensons d’abord à la famille », a commenté Pierre Nicolas, de la CGT du Technocentre. « Nous espérons que l’accumulation de décisions allant dans le même sens va conduire Renault à revoir son système d’évaluation et d’entretiens annuels. » Pour le syndicaliste, « la notation qui renvoie aux individus la responsabilité des problèmes de l’entreprise et les culpabilise est très mal vécue par les salariés ». Les trois suicides survenus au Technocentre entre 2006 et 2007 ont été reconnus comme accidents du travail, et la justice a reconnu la faute inexcusable pour l’un d’eux, mais Renault a fait appel.

Lucy Bateman, L’Humanité, 10 03 2010