Segantini (3) : un suicide en double

J’ai évoqué le suicide inconscient du peintre Giovanni Segantini à deux reprises. Selon sa face inconsciente et  pulsionnelle. Sa vie était marquée par la mort. Sa tentative de la sublimer par la peinture a été un échec. Segantini n’a pas su faire autrement que de se suicider.

Je pense qu’il y a encore beaucoup de choses à dire sur Segantini. En effet, pourquoi son « aspiration à la mort » n’est-elle d’abord qu’une fascination pour le cadavre avant, bien plus tard, de devenir une conduite vers la mort ? Continuer la lecture de « Segantini (3) : un suicide en double »

Segantini (2) : l’aspiration à la mort

La mort du peintre Giovanni Segantini était un suicide inconscient. Comme je l’ai souligné dans le billet précédent, à la suite d’Abraham. Un montagnard expérimenté comme Segantini, ne pouvait méconnaitre les dangers du froid. Son imprudence fût surprenante.

Abraham donne plusieurs exemples de « suicide inconscient ». Il indique que ces cas sont « non exceptionnels 1». C’est par exemple le cas de ceux qui négligent de prendre des mesures de sécurité élémentaires, qui se précipitent au-devant d’une voiture « par mégarde », avalent un produit toxique « par erreur », se blessent « par maladresse ». Abraham range aussi les accidents de montagne dans ces suicides inconscients. Continuer la lecture de « Segantini (2) : l’aspiration à la mort »

Giovanni Segantini: un suicide inconscient ?

La mort du peintre Giovanni Segantini est assez étrange. Pour Abraham, cela ne fait aucun doute : il s’agit d’un suicide pour des motifs inconscients.

Un suicide inconscient ? Passer à l’acte sans motif apparent ?

Ne serait-ce pas pour cela que nombre de ceux qui sont passé à l’acte ont beaucoup de mal à reconnaître qu’ils avaient le désir de mourir ? Même longtemps après-coup ?

Continuer la lecture de « Giovanni Segantini: un suicide inconscient ? »

Avant leur suicide, beaucoup se sont déjà présenté aux urgences

La majorité des personnes décédées de suicide (dans cette étude), s'étaient présenté aux urgences de l'hôpital dans l'année précédente. 
Au moins une fois, parfois plusieurs fois..... Ci-dessous, l'abstract de l'étude en question 
__________________________________________

Emergency department contact prior to suicide in mental health patients

D Da CruzA PearsonP SainiC MilesD WhileN SwinsonA WilliamsJ ShawL ApplebyN Kapur

The Centre for Suicide Prevention, Psychiatry, University of Manchester, Manchester, England

Emerg Med J doi:10.1136/emj.2009.081869

  1. Correspondence to Mr Damian Da Cruz, The National Confidential Inquiry, University of Manchester, Community Based Medicine, Floor 2, Jean McFarlane Building, Oxford Road, Manchester, M13 9PL, UK; damian.dacruz@manchester.ac.uk

Objectives To describe attendance at emergency departments (EDs) in the year prior to suicide for a sample of mental health patients. To examine the characteristics of those who attended (particularly those who attended frequently) prior to suicide.

Design Case review of ED records for 286 individuals who died within 12 months of mental health contact in North West England (2003–2005).

Method Cases identified through the National Confidential Inquiry into Suicide were checked against regional EDs to establish attendance in the year prior to death. Records were examined to establish the number of attendances, reason for the final, non-fatal attendance, treatment offered and outcome.

Results One hundred and twenty-four (43%) individuals had attended the ED at least once in the year prior to their death, and of these, 35 (28%) had attended the ED on more than three occasions. These frequent attenders died by suicide significantly sooner after their final, non-fatal attendance than other attenders. A clinical history of alcohol misuse was also associated with early death following ED attendance.

Conclusions Over 40% of our clinical sample attended an ED in the year prior to death, and some individuals attended particularly frequently. EDs may therefore represent an important additional setting for suicide prevention in mental health patients. The majority of attendances prior to suicide were for self-harm or to request psychiatric help. Clinicians should be alert to the risk associated with such presentations and to the possible association between frequent attendance and suicide.

Mélanie Klein et la « cible » du suicide

Mélanie Klein n’a pas beaucoup parlé du suicide. Il faut chercher pour trouver des références dans sa production. Mais, il y a quand même quelques références. Cette absence de commentaire est surprenante. Son frère était pourtant mort jeune. Et, sa mort ressemblait assez fortement à un suicide…

Dans Essai de psychanalyse, en 1940, p. 367, Mélanie Klein évoque le cas de D. Sa mère va décèder au cours de son analyse. D. a jeté sa voiture contre un poteau. c’était une « tentative inconsciente de suicide, dont le but était de détruire » les mauvaises représentations de ses parents. Son suicide était donc « une représentation en même temps qu’une extériorisation d’un désastre intérieur ». De quel « désastre » ? D. n’avait pas conscience de sa haine. Identifié à sa mère, il s’en prennait à elle.

En 1934, Mélanie Klein avait déjà évoqué le cas de D. Son interprétation est classique et freudienne: « le suicide est dirigé contre l’objet introjecté » p. 326 et 327. C’est un acte lancé comme une flèche par un arc dont la cible est une représentation. Mais, elle s’intéresse aussi aux bénéfices escomptés du passage à l’acte. Car, le suicide « vise tout aussi bien à sauver » les « objets d’amour ».

Le sujet souhaite se « débarasser » de « quelque objet réel » : la partie du moi identifiée à l’objet de sa haine. Une haine « dangereuse, incontrôlable et sans cesse jaillissante » qui constitue une menace. Si je supprime ma haine en me détruisant, alors, celui ou celle que j’aime survivra. Klein pense qu’en faire prendre conscience au sujet lui permettra de dépasser le désastre.

Corbu et les corbeaux, Frédéric Rébéna

Frédéric Rébéna illustre deux pages sur la vie de l’architecte Le Corbusier. Ces pages font écho à la sortie aux éditions Dupuis de l’album de bande dessinée “Le Corbusier, un architecte parmi les hommes” scénarisé par Jean-Marc Thévenet (lui-même commissaire de l’exposition « Architecture et Bande dessinée » programmée à la Cité de l’Architecture de juin à octobre 2010).? Libération, 03 07 2010, voir la Présentation de “Architecte parmi les hommes”, Dupuis, 2010

boum

Deux actions judiciaires au pénal contre trois directeurs de France-Telecom -Orange

Le parquet de Paris vient d’ouvrir une instruction judiciaire contre France Telecom – Orange, après le signalement de S. Catala, inspectrice du travail, auprès du procureur de Paris, pour infractions aux dispositions de l’article L1152-1 et L1152-2 du code du travail: méthodes de gestion caractérisant le harcèlement moral, en application de l’article 40 du code procédure pénal.

Non seulement à l’encontre des personnel morales mais aussi des personnes physiques. C’est-à-dire à l’encontre des trois directeurs de France Telecom et sa filiale Orange : Didier Lombard, Louis Pierre Wenes et Olivier Barberot.

L’argument est simple: la réorganisation de ces sociétés porte atteinte à la santé mentale et elle a été prise par ces directions en 2005.

Résumons:

  1. l’inspection du travail reconnait la nocivité d’un type d’organisation du travail quand à la santé mentale
  2. l’organiser est une infraction au pénal
  3. les 3 directeurs sont l’objet d’une enquête judiciaire (et non pas seulement une “personne morale”).

Notons aussi qu’il ne s’agit pas de la seule action « au pénal » en cours contre France Telecom – Orange, puisque  le parquet de Besançon vient d’ouvrir un instruction judiciaire, lui aussi.

Ces actions confirment le pronostic déjà formulé par Anne Thébaud-Mony : la capitalisation de la vie elle-même mène le capitaliste au tribunal !

A lire ailleurs sur le net :

– l’article de Rue89 qui donne accès au rapport de S. Catal, l’inspectrice du travail, au procureur

– ouverture de l’instruction judiciaire de Paris, France Info

– ouverture d’une information judiciaire à Besançon, un Crouycien

– un nouveau suicide à Lille, NouvelObs

– « le statut des fonctionnaires empêchait un licenciement classique » : Maitre Jean-Paul Teissonnière, avocat du syndicat SUD

– l’histoire des décisions de la direction de France Telecom par la rédaction de Médiapart

(Article modifié le 14 04 2010)