Elyn Saks est professeur de droit, de psychologie et de psychiatrie à l’USC Gould School of law (Southern California). Elle témoigne et ça percute !images

Son témoignage est visible sur cette page : http://www.ted.com/talks/elyn_saks_seeing_mental_illness.html

Voici quelques citations :

« Tout le monde devient psychotique à sa façon »

« Il n’y a pas « des schizophrènes », il y a des personnes atteintes de schizophrénie. Et ces gens peuvent être votre conjoint, votre enfant, votre voisin, votre ami,votre collègue…. ».

« Les associations libres consistent à assembler des mots qui peuvent sembler très semblables mais qui n’ont pas de sens. Et si les mots se mélangent suffisamment, on appelle ça « une salade de mots ».

« l’esprit schizophrénique n’est pas divisé mais, brisé ».

« Je ne devrais pas être ici mais, je le suis. Et pour trois raisons : j’ai eu un traitement excellent. Une psychothérapie psychanalytique (…), une excellente psychopharmacologie. (…), (un entourage qui me connaît), ces relations ont donné un sens à ma vie et une profondeur et elles ont aussi aidé à naviguer (dans ma vie ) face aux symptômes (…) et je travaille dans un milieu favorable (…) c’est un endroit qui accueille non seulement mes besoins (mais aussi en réalité) qui les embrassent. C’est aussi un lieu très intellectuellement stimulant,  (qui a occupé mon esprit) avec des problèmes complexes, (ce qui a été) ma meilleure et la plus puissante et la plus fiable défense contre ma maladie mentale ».

« L’humanité que nous partageons tous est plus importante que la maladie mentale (que nous ne pouvons pas partager). Ce que veulent ceux qui souffrent de maladie mentale est ce que tout le monde veut, selon les termes de Sigmund Freud,  to work and to love ! ».