Skip to Content

Daily Archives: 10 janvier, 2016

Je ne suis pas un tire-au-flanc….

« Je ne suis ni un client, ni un consommateur, ni un usager de vos services, je ne suis pas un tire-au-flanc, un pique assiette, un mendiant ou un voleur…

Je ne suis pas un numéro de sécurité sociale, un simple bug sur un écran !

Jamais je n’ai manqué à mon devoir, j’ai toujours payé ce que je devais et j’en suis fier…

Je ne suis pas un flagorneur, je regarde mon voisin dans les yeux et si je peux le faire, je l’aide…

Je ne cherche, ni accepte la charité..

Je me nomme Daniel Blake, je suis un humain, pas un chien !

En tant que tel, je veux que l’on respecte mes droits. Je demande à ce qu’on me traite avec respect, moi, Daniel Blake, je suis un citoyen. Je ne suis rien de plus et rien de moins qu’un citoyen ! ».

« Moi, Daniel Blake », Ken Loach, 2016

 

« L’éthique analytique est contre le sacrifice, c’est très clair », Catherine Millot

Catherine Millot a été interviewée par Daniel Friedmann en 2007. Elle a aussi travaillé sur les mystiques dont Simone Weil.9782070781409

« (Simone Weil) avait l’idée de sacrifier son corps. Et c’était le point d’horreur (concernant son corps). (…) Les mystiques parlent de liberté. En tout cas, intérieure. Un dégagement des empêchements, des obstacles, des obstructions mentales. Ce qui est aussi l’un des buts de l’analyse, elle cherche à désemcombrer. (…). L’analyse est foncièrement athée et conduit à l’athéisme. Lacan a dit que l’athéisme ne s’atteint qu’au terme de l’ascèse analytique. Il y a quelque chose comme une mise à plat ».

La Vie parfaite : Jeanne Guyon, Simone Weil, Etty Hillesum, Paris, Gallimard, coll. « L’Infini », 2006. Présentation du livre par Michel Plon sur ce lien.

Catherine Millot dans « Etre psy », épisode 5, 2007, interview par Daniel Friedmann