Skip to Content

Category: Infos, évènements et activités

Psychanalyse du travail : du symptôme au suicide, 8 janvier 2011 à Lille

Journée d’étude organisée par ALEPH et CP-ALEPH

Samedi 8 janvier 2011 (9h – 18h)

Skema de Lille, avenue Willy Brandt, 59000 Lille (Euralille), amphi A
Ouvert à tous, participation aux frais 30€ (10€ pour les étudiants et les demandeurs d’emploi)
Renseignements : www.aleph.asso.fr

Argument

Au cours des dix dernières années, le thème du travail et les problématiques politiques et sociales qui lui sont associées ont émergé régulièrement sur la scène médiatique : débat autour de la réduction ou de l’augmentation du temps de travail, loi sur le harcèlement moral au travail, questionnements récurrents sur la « perte de sens » au travail, etc. Plus récemment, la question du suicide au travail a pris une ampleur particulière avec la série de suicides survenus au technocentre de Renault, au point que le ministère du travail a commandé en mars 2008 une étude épidémiologique sur le stress au travail. Cette tendance s’est accentuée non seulement en France mais aussi en Chine, au Japon, en Inde, en Italie, etc. Le suicide au travail paraît ainsi accompagner l’extension de la mondialisation et de ses crises.

Alors que semblent s’opposer d’un côté un discours médiatique accusateur qui rend l’organisation du travail responsable de ces suicides et, de l’autre, un déni des directions concernées qui essaient d’effacer tout lien entre le travail et la souffrance psychique, il nous semble essentiel de rétablir la dimension subjective qu’escamotent ces positions contraires. La psychanalyse permet en effet d’interroger d’une autre façon le rapport complexe du sujet au « travail », et sa rencontre singulière avec des situations concrètes de travail.

Intimement lié au désir, le travail peut être une source de création, l’occasion de dépasser des contraintes, un terrain d’expérimentation ou de découverte. Il peut être la scène sur laquelle le sujet cherche à faire reconnaître sa singularité, tout en étant reconnu socialement et intégré. Ainsi Freud a souligné la valeur du travail, conçu comme une des voies possibles de la sublimation qui permet « d’(y) transférer les composantes narcissiques, agressives, voire érotiques de la libido »1.

Il implique dans tous les cas une confrontation au réel, soit à ce qui dans la réalité, est « impossible à supporter ». Il prend ainsi pour le sujet la place d’un symptôme : « ce qui ne cesse pas de ne pas s’écrire », selon Lacan, soit ce qui insiste dans la réalité comme un « os » voire un problème. Il est alors la source d’une souffrance qui peut, dans certains cas, mener à l’extrême du suicide.

Lien privilégié entre l’individu et la société, le travail est une part éminente du « Malaise dans la culture » décrit par Freud. Dans ce colloque, qui réunira des psychanalystes et des spécialistes du monde du travail, nous explorerons la place, toujours singulière, du travail dans la subjectivité de celui qui travaille…ou ne travaille pas. Nous réfléchirons donc aux raisons pour lesquelles le travail, dans notre société, a valeur de symptôme : symptôme individuel dont le sujet ne cesse de parler et/ou de se plaindre, symptôme collectif quand il devient un signifiant incontournable du discours économique, politique ou médiatique mais également du discours commun. Nous chercherons aussi les causes de la vague actuelle de suicides au travail. Nous soumettrons à une interrogation critique les pratiques qui se développent dans le monde du travail, se généralisent à toutes les institutions passant de l’entreprise à l’école, l’université, l’hôpital, l’administration, sur le postulat de leur nécessité soi-disant évidente. Quid, par exemple, du recours systématique à l’évaluation, avec ce qu’elle suppose de formatage et de normalisation irréversibles : l’évaluation ne revient-elle pas finalement à une demande d’effacement du singulier, et au désir de faire disparaître ce qui relève du sujet dans le travail ? Pourquoi l’évaluation séduit-elle tellement, malgré l’appauvrissement des pratiques auquel elle conduit ? Cet effacement du sujet serait-il rassurant pour certains ?

1 Freud S., Le malaise dans la culture, PUF, 2007

Programme

9 h – Accueil des participants

9 h 15 – Introduction

Franz Kaltenbeck, psychanalyste, rédacteur en chef de la revue Savoirs et clinique

9 h 30 – 11 h

Présidente de séance : Bénédicte VIDAILLET, de conférences à l’Université de Lille 1

« Aime ton travail comme toi-même ! »

Geneviève MOREL, psychanalyste, docteur en psychologie clinique et psychopathologie, auteur, entre autres, de Clinique du suicide (sous la dir. de, Erès, 2002 et 2010)

Au moment de la grande dépression de 1929, Freud notait que « La grande majorité des hommes ne travaille que par nécessité, et les problèmes sociaux les plus difficiles proviennent de cette aversion naturelle des hommes pour le travail » (Le malaise dans la civilisation, ch.2). La nécessité est pour Lacan une caractéristique du symptôme — ce qu’est devenu le travail pour nombre d’analysants qui en parlent à longueur de séance. Ils ne témoignent cependant de nulle aversion mais plutôt d’une aspiration angoissée à bien faire leur travail, au-delà de tout motif rationnel comme la peur d’être « viré » en cette période de crise. Ils en sont même si tourmentés que l’on peut se demander si « Aime ton travail comme toi même ! » n’est pas un commandement du surmoi culturel de notre époque. Nous étudierons cliniquement les formes prises par cette idéologie du travail bien fait dans une société qui ne protège plus guère de diverses formes de précarité.

Suicide au travail : organisation du travail et responsabilité

Rachel SAADA, avocate, spécialiste de droit social, défend les familles de salariés qui se sont suicidés

Argument à préciser

11 h – 11 h 15 Pause café

11 h 15 – 12 h 45

Présidente de séance : Chantal DALMAS, psychiatre et membre de l’Aleph

« Pèse-moi ! » ou : de l’étrange désir d’être évalué

Bénédicte VIDAILLET, maître de conférences à l’Université de Lille 1, auteur de Les ravages de l’envie au travail (2007, Prix du livre RH Science Po/Le Monde)

On ne compte plus le nombre de recherches montrant que le développement systématique des systèmes et outils d’évaluation dans de nombreuses organisations a des conséquences désastreuses : inhibition du travail en équipe, compétition stérile, appauvrissement de l’activité, intensification du travail, production de contre-performances, etc. La plupart des personnes s’en plaignent. Pourtant force est de constater que ces méthodes ne cessent de se développer. Nous posons l’hypothèse que ce développement fulgurant n’est rendu possible que grâce au consentement, plus ou moins caché sinon inconscient, des salariés eux-mêmes. Ceux-ci ne sont pas simplement victimes d’un système ; ils y participent activement. A quelle demande inconsciente correspond le désir d’être évalué ? A qui cette demande s’adresse-t-elle et que met-elle en jeu ? De « comme sortir de l’idéologie de l’évaluation ?», la problématique devient alors : « comment faire sortir de soi l’idéologie de l’évaluation ? »

Commentaire de Chantal DALMAS : l’évaluation en psychiatrie

Présentation et projection du film « Et voilà le travail ! »

Florette EYMENIER, réalisatrice

Premier Prix au Festival de l’Acharnière (mai 2010), sélectionné au Festival Documentaire Traces de vie (novembre 2010) et au Festival Filmer le travail (janvier 2011), Et voilà le travail ! est un film de 17 minutes, qui met en forme le travail du XXI° siècle. A partir de témoignages de travailleurs très divers – du cadre « nomade » à l’intérimaire en passant par le stagiaire ou l’opératrice d’un centre d’appel -, des récits ont été écrits puis portés à l’écran par des comédiens. Parce qu’ils sont portés par d’autres corps, à la fois relais et alias, ces textes ainsi devenus génériques montrent de manière saisissante combien la « nouvelle économie » trouve son principe formel dans la désincarnation même des rapports sociaux.

12 h 45 – 14 h 15 Déjeuner

14 h 15 – 15 h 45

Président de séance : Philippe SASTRE-GARAU, psychiatre, psychanalyste et membre de l’Aleph

Suicide au travail : du diagnostic à la prévention

Dominique HUEZ, médecin du travail, auteur de Souffrir au travail : comprendre pour agir (2008), Président de l’association Santé et médecine du travail

Comment le travail peut-il nous pousser au suicide ? Quel rapport y a-t-il entre un mal de dos et un travail auquel vous pensez, chaque jour, en vous disant : « J’en ai plein le dos » ? Est-ce une première étape qui, de fil en aiguille, va vous conduire vers l’arrêt de travail, puis, qui sait, vers une dépression et même un suicide ? A partir de mon expérience en tant que médecin du travail depuis trente ans, j’aborderai la question du suicide au travail et de ses causes, notamment organisationnelles. Je réfléchirai également au rôle du médecin du travail, à la manière dont il peut prévenir et dépister les atteintes à la santé du fait du travail, à la posture éthique qui peut le guider et aux moyens pratiques (travail en réseau, formation, etc.) qui lui permettent de jouer pleinement son rôle.

Dire que non…Portrait de Bartleby en révolutionnaire

Sylvette EGO, formatrice d’adultes, membre de l’Aleph

Gilles Deleuze et Slavoj Zizek font de Bartleby, personnage éponyme d’une nouvelle de Melville, l’emblème d’une véritable alternative à la subordination dans le travail. La « formule » de Bartleby : «I would prefer not to», et les effets qu’elle produit, sont au centre de leur interprétation. Cette promotion semble se faire au prix d’une sorte d’oubli des deux auteurs : la fin tragique de Bartleby. Sa mort rend pourtant le récit moins « violemment comique » que ne le dit Deleuze et laisse perplexe sur la portée révolutionnaire du renoncement de Bartleby que pose Zizek ; même si tous deux s’accordent finalement à voir de la violence dans ce que crée le personnage. S’il n’est guère possible de faire une analyse du personnage Bartleby en termes de structure psychique, puisqu’il parle si peu, il peut être intéressant d’interroger ce qui engage les deux auteurs à situer l’alternative au processus capitaliste dans la souffrance d’un « au moins un » qui le mettrait en cause.

15 h 45 – 16 h Pause café

16 h – 17 h 45

Président de séance : Jean-Claude DUHAMEL, psychologue clinicien et membre de l’Aleph

Le travail, un possible anti-dépresseur ?

Aurélien ROCLAND, auteur – réalisateur, co-auteur de la série documentaire « 1000 chercheurs parlent d’avenir »

En octobre dernier, 21 chercheurs de tous horizons ont été interrogés à propos de leur métier et de leur vision de l’avenir. Quels mots ont-ils choisi face à la caméra ? Le résultat inattendu de cette rencontre entre l¹art et la recherche est assurément l¹émergence quasi-systématique d¹une subjectivité où transparaît le point d’appui que peut constituer le travail pour les individus lorsque celui-ci leur apporte une satisfaction évidente. Grâce au lien aux autres qu’il organise et qu’il soutient et parce qu’il reste en lien avec le désir, le travail, dans ce cadre particulier apparaît comme le meilleur antidépresseur qui soit.

Le travail n’est pas sans risque

Dr Emmanuel FLEURY, psychiatre, psychanalyste, Lille

Comment passe-t-on de la « sécurité sociale » (Conseil National de la Résistance, 1944) aux « risques psycho-sociaux » du rapport Légeron et Nasse en 2008 ? Disons-le tout net, alors que les firmes comme Apple affichent une fraternité qui cache mal la tyrannie régnant dans ses ateliers délocalisés en Asie (Foxconn), la prévention des risques plonge l’idéal de sécurité dans l’horreur de l’esclavage. L’histoire d’un cadre travaillant dans une institution publique en voie de privatisation me permettra de montrer la dangereuse glissade de la « sécurité » au « risque » qui a manqué de l’entrainer dans la destruction pure et simple.

Renseignements pratiques

Skema de Lille, avenue Willy Brandt, 59000 Lille (Euralille), amphi A

Participation aux frais 30€ (10€ pour les étudiants et les demandeurs d’emploi)

Renseignements www.aleph.asso.fr – contacter Bénédicte Vidaillet (bvidaillet@aleph.asso.fr) uniquement pour les demandes d’informations non trouvées sur le site

Psychothérapeute, mode d'emploi !

Vendredi 17 décembre 2010, 20 h 30

à l’URIOPSS, 34 rue Patou à Lille

Avec François-Régis Dupond Muzart
Juriste, Président de l’Association « Analyser »

 

Le Cartel Santé mentale de l’A.l.e.p.h.
Vous invite à une soirée organisée par l’Association pour L’Etude de la Psychanalyse et de son Histoire et le Collège de Psychanalystes-ALEPH

 

« La loi relative au titre de psychothérapeute a, non sans mal, de-puis l’amendement du député Bernard Accoyer en , trou-vé son application par décret du mai . Désormais, pour faire usage du titre de psychothérapeute, il faudra respecter un cadre strict défini par cette loi et ce décret. Cette soirée sera l’occasion de mieux comprendre les enjeux d’une telle évolu-tion législative en matière de santé mentale. François-Régis Du-pond Muzart répondra notamment en juriste de Droit public aux questions que se posent en particulier les psychanalystes, les psychologues, les psychothérapeutes, les médecins et qui concernent le devenir de la profession ou activité professionnelle que désigne le titre de psychothérapeute. »
Ouvert à tous ; frais : participation 8 €, réduit 4 €

Psychothérapeute, mode d’emploi !

Vendredi 17 décembre 2010, 20 h 30

à l’URIOPSS, 34 rue Patou à Lille

Avec François-Régis Dupond Muzart
Juriste, Président de l’Association « Analyser »

 

Le Cartel Santé mentale de l’A.l.e.p.h.
Vous invite à une soirée organisée par l’Association pour L’Etude de la Psychanalyse et de son Histoire et le Collège de Psychanalystes-ALEPH

 

« La loi relative au titre de psychothérapeute a, non sans mal, de-puis l’amendement du député Bernard Accoyer en , trou-vé son application par décret du mai . Désormais, pour faire usage du titre de psychothérapeute, il faudra respecter un cadre strict défini par cette loi et ce décret. Cette soirée sera l’occasion de mieux comprendre les enjeux d’une telle évolu-tion législative en matière de santé mentale. François-Régis Du-pond Muzart répondra notamment en juriste de Droit public aux questions que se posent en particulier les psychanalystes, les psychologues, les psychothérapeutes, les médecins et qui concernent le devenir de la profession ou activité professionnelle que désigne le titre de psychothérapeute. »
Ouvert à tous ; frais : participation 8 €, réduit 4 €

Colloque “Simone de Beauvoir et la psychanalyse”, 19 et 20 mars 2009

Université Paris 7 (Denis-Diderot), 19 et 20 mars 2010

2009-12-07_220503

Colloque organisé sous l’égide de l’Association pour les Études Freudiennes

Avec le soutien de l’Institut Émilie du Châtelet et du

Laboratoire Cerilac, Lettres, arts, cinéma, Université Denis Diderot, Paris 7

 

Sous la direction de Danièle Brun et de Julia Kristeva

Contact : beauvoir.psy@gmail.com

En 1976, Simone de Beauvoir déclare à Alice Schwarzer : « Il y a une autre chose que j’aimerais beaucoup faire si j’avais aujourd’hui 30 ou 40 ans : c’est un travail sur la psychanalyse. Pas en repartant de Freud, mais en retraçant le chemin d’un point de vue féministe : selon le regard d’une femme et non celui d’un homme » (Simone de Beauvoir aujourd’hui, 94).

Par cette phrase, Simone de Beauvoir rappelle à la fois son intérêt pour la psychanalyse et sa position critique vis-à-vis de l’oeuvre de Freud. C’est ce rapport de Beauvoir à la psychanalyse qui sera étudié lors du colloque qui se tiendra à l’Université de Paris 7, les 19 et 20 mars 2010.

Après avoir enseigné les théories freudiennes dans ses classes de lycée, Beauvoir les a souvent utilisées, critiquées ou simplement évoquées dans son oeuvre écrite. C’est, bien sûr, plus particulièrement le cas du Deuxième Sexe (1949), oeuvre qui révèle l’enchevêtrement entre l’histoire du féminisme et les théories psychanalytiques en matière de sexualité. En établissant un rapport étroit entre la sexualité et l’émancipation des femmes, Beauvoir ouvre la voie à de nouvelles générations de féministes qui intégreront dans leur réflexion la question de la différence des sexes.

Dans son oeuvre romanesque et autobiographique aussi, Simone de Beauvoir a donné beaucoup d’importance à la psychanalyse. Elle raconte ses rêves ; elle met en scène des psychanalystes.

Le colloque que nous organisons invite des psychanalystes et des philosophes à relire les textes de Simone de Beauvoir pour débattre de sa position face à la psychanalyse.

Programme

Vendredi 19 mars 2010

 

Vendredi après-midi 13h – 17h 30

13h. Accueil du public

13h30 : Ouverture :

Danièle Brun, Université Paris 7 – Psychanalyste – Présidente du comité scientifique du colloque

Françoise Barret-Ducrocq, Présidente de l’IEC

13h45 : Conférence inaugurale :

Présidence : Francis Marmande, directeur du laboratoire CERILAC, Université Paris 7

Conférence d’Élisabeth Roudinesco, Historienne – Psychanalyste :

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe à l’épreuve de la psychanalyse

 

14h30 : Discussion ouverte par Danièle Brun.

15h : Pierre Bras, University of California at Santa Barbara – Membre du comité scientifique du colloque : Panorama bibliographique sur le thème « Beauvoir et la psychanalyse »

 

16h -17h30 : Table ronde n° 1 : L’écriture du roman et de l’autobiographie

Présidence : Françoise Gorog, Chef du service de psychiatrie à Sainte-Anne – Psychanalyste

Présentation par Danièle Brun de la problématique de la table ronde : La part du rêve dans l’écriture de Beauvoir.

Lisa Appignanesi, Écrivaine et Présidente, English PEN :L’écriture autobiographique

Françoise Gorog : Simone de Beauvoir et les impasses de la vie amoureuse.

Laurie Laufer, M.C. Université Paris 7 – Psychanalyste : Simone de Beauvoir et la psychanalyse : haine, attrait ou résistance ?

 

Débat avec la salle

 

Samedi 20 mars 2010

 

Samedi matin : 8 heures 30– 11h30 heures

 

8h30 : Accueil du public

 

9h00 Retour sur Le Deuxième Sexe.

Présidence : Jacques Sédat, Vice-président de l’Association Internationale d’Histoire de la Psychanalyse – Psychanalyste

Conférence plénière de Monique Schneider,

Directrice de recherche au CNRS – Psychanalyste :

La maternité : une aliénation ?

Discutantes :

Juliet Mitchell, Jesus College, University of Cambridge – Psychanalyste

Jacqueline Rose, Queen Mary University of London

 

Débat avec la salle

Déjeuner libre : 11h30 – 13h.

Samedi après-midi : 13h00 – 16h30

 

13 :00 Table ronde n° 2 : Questions sur « la psychanalyse existentielle »

Présidence : Michel Kail, co-directeur de la Revue L’Homme et la Société – Membre du comité scientifique du colloque

Présentation par Michel Kail de la problématique de la demi-journée

Ulrika Björk, Université d’Uppsala : L’argument de Simone de Beauvoir contre le naturalisme.

Cécile Decousu, Université Denis Diderot Paris 7 : Beauvoir – Merleau-Ponty, La psychanalyse comme chiasme.

Geneviève Fraisse, directrice de recherche au CNRS – Philosophe : Étude, souffrance, jouissance.

Débat avec la salle

15h00: Présidence : Lisa Appignanesi, Écrivaine et Présidente, English PEN

 

Conférence de clôture par Julia Kristeva, Université Paris 7 – Psychanalyste

 

Conclusion du colloque : Conrad Stein, directeur d’Études freudiennes. – Psychanalyste

Tarif public : 60€ ;

Tarif étudiants : 20€ sur présentation de la carte

Formation continue : 80 €

Les organisateurs remercient la Société littéraire de La Poste et France Télécom et sa secrétaire générale Danielle Mazens pour leur soutien et leur accueil.

Les organisateurs se réservent le droit d’opérer des modifications dans le programme.

 

Comité scientifique : Danièle Brun, Julia Kristeva, Pierre Bras, Agnès Cousin de Ravel, Cécile Decousu, Danièle Fleury, Pierre-Louis Fort, Michel Kail, Liliane Lazar.

La web thérapie en Irak

LE MONDE | 12.01.09 | 13h47 • Mis à jour le 12.01.09 | 17h03
BERLIN CORRESPONDANCE

eigneur, que suis-je donc en train de vivre ? Reverrai-je seulement un jour ma famille ? J’imagine mon propre cadavre jeté au milieu de nulle part. Je sais trop la douleur que je vais causer aux miens. Et je pleure… Humilié, terrorisé, sans espoir d’être secouru. » C’était il y a deux ans. N., 24 ans au moment des faits, travaillait alors comme consultant pour une société de transport à Bagdad, quand un gang d’hommes armés a fait irruption dans les bureaux de l’entreprise… La suite, il n’a jamais réussi à la raconter à quiconque.

Assis devant l’écran d’ordinateur d’un café Internet, téléguidé par un « web-thérapeute », le jeune Bagdadi s’y est finalement résolu. La violence des coups qu’il a reçus pendant son kidnapping, le pistolet qu’on lui a placé sur la tempe, les exécutions dont il fut témoin ont déjà fait l’objet de deux précédents mails. L’exercice a ensuite consisté à se focaliser sur son ressenti.

« Cette étape est la plus périlleuse. Les patients doivent s’efforcer de décrire dans le détail ce dont ils peuvent à peine se souvenir sans défaillir. A ce stade, nombre d’entre eux veulent laisser tomber », explique la psychologue Christine Knaevelsrud, initiatrice, en partenariat avec l’université de Zurich, du programme « Interapy », lancé au printemps 2008 par le Centre de traitement des victimes de torture (BZFO) de Berlin. « A ceux qui craquent, nous disons que cette confrontation est nécessaire, afin qu’un jour ils puissent reprendre le contrôle sur leur traumatisme », poursuit la directrice du département recherche du BZFO, qui, fondé en 1992, compte aujourd’hui dans le monde de nombreuses antennes, financées par l’Union européenne et l’ONU.

Etrange thérapie à distance, où jamais le patient et son psychothérapeute ne se rencontrent, où aucun des deux ne sait même à quoi ressemble l’autre, quel est le timbre de sa voix. « C’est pourtant la solution la plus adéquate pour venir en aide aux Irakiens », insiste Mme Knaevelsrud, qui rappelle que les psychothérapeutes se comptent littéralement sur les doigts de la main aujourd’hui en Irak : « Tous ont fui le pays. »

Témoins ou victimes d’attentats, d’exécutions, d’enlèvements, de viols…, les quelque 300 Irakiens qui, comme N., sont à ce jour entrés en contact avec l’équipe de web-thérapeutes du BZFO (une douzaine de professionnels des troubles de stress post-traumatiques, tous arabophones et formés à la web-thérapie) ont chacun eu vent du soutien psychologique en ligne gratuit qu’on leur proposait via les médias arabes, auxquels le BZFO a recouru pour se faire connaître : sur Al-Arabiya, CNN ou la BBC en arabe, ils ont pour la première fois entendu parler de ce concept que les pays occidentaux eux-mêmes commencent seulement à découvrir.

Mise au point aux Pays-Bas à la fin des années 1990, la « web-thérapie » ou « thérapie écrite » est aujourd’hui pratiquée en Scandinavie, en Australie, aux Etats-Unis… même si elle est encore loin d’y être systématiquement prise en charge par les sécurités sociales locales.

« Le scepticisme reste fort à son égard : la sacro-sainte relation entre le psy et son patient y paraît inexistante, alors qu’elle n’est que dématérialisée, souligne Christine Knaevelsrud. Pour un certain type de patients, elle n’en est pas moins la forme de thérapie la mieux adaptée. Pour les Irakiens aujourd’hui, elle est même idéale. »

Et ce, pas seulement parce qu’il n’existe pas pour eux d’alternative. Mais aussi parce que le caractère anonyme de la web-thérapie facilite leur prise de parole. Après un questionnaire qui permet de diagnostiquer la nature de leurs troubles, la thérapie, qui dure en moyenne cinq mois, comprend la rédaction de dix mails, dont chacun doit être écrit en 45 minutes, selon un calendrier fixé avec le thérapeute. Dans ce cadre rigoureux, les patients irakiens « sont doublement plus « efficaces » dans la progression de leur travail : l’amélioration de leurs symptômes est deux fois plus significative », constate Christine Knaevelsrud.

Alors que, dans le monde arabe, le sentiment de perte de dignité éprouvé par un individu rejaillit aussitôt sur sa famille ou sa collectivité – ce qui rend toute confidence impossible, de peur d’être stigmatisé -, ou que les pensées suicidaires, condamnées par la religion, y sont inavouables, les web-patients du BZFO, libérés des regards qui seraient portés sur eux, vont droit aux faits. C’est notamment le cas des femmes de plus en plus nombreuses à participer à ce programme fréquenté par 60 % d’hommes, âgés en moyenne de 35 ans, et majoritairement issus de milieux éduqués.

Leurs mots écrits parlent d’ailleurs autant que des mots prononcés, Mme Knaevelsrud en témoigne : « La taille des caractères utilisés, l’agencement des mots sur la page m’ont parfois fait entendre un cri immense qui traversait l’écran de mon ordinateur. »

L’ordinateur, justement, s’il rend possible cette expérience inédite, en marque aussi les limites. « Les Irakiens qui disposent d’un chez eux sont plus que rares, et les cafés Internet ne sont ni légion ni la panacée, au regard de l’intimité requise pour un tel exercice », rappelle Ferhad Ibrahim, politologue spécialiste de l’Irak et ancien enseignant à la Freie Universität de Berlin. Selon lui, un maximum de 2 % à 3 % de la population irakienne a accès au Web. Sans compter que cet accès dépend in fine du courant électrique, très irrégulièrement assuré.

De fait, le nombre de patients touchés par le BZFO en Irak reste dérisoire au regard des besoins. « Mais c’est toujours mieux que de ne rien faire ! », réplique Christine Knaevelsrud, qui, au vu de l’ampleur de la tâche, n’envisage cependant pas pour l’instant d’élargir le champ de l' »Interapy » à d’autres populations, malgré son potentiel d’application énorme dans le monde. L’idéal restant bien sûr l’ouverture sur place d’antennes du BZFO, comme c’est déjà le cas dans le nord – relativement sûr – de l’Irak, à Kirkouk, et bientôt à Erbil et Souleimaniyé. Mais d’ouverture à Bagdad, il n’est pour l’instant pas question.

« Il y a un proverbe qui dit que la balle qui ne te tue pas te rend plus fort », écrit N. à un ami fictif. C’est la troisième et ultime étape de la web-thérapie, celle au cours de laquelle le patient – dont l’écriture s’est, en cours de route, singulièrement clarifiée et structurée – doit adresser une lettre imaginaire à qui il veut, l’essentiel étant qu’il tire un trait symbolique sur le passé.

Depuis qu’il a écrit cette « lettre d’adieu », N. dort mieux, ses angoisses et crises de vertige se sont apaisées. Il l’a tout de même imprimée pour pouvoir la relire, si le besoin s’en faisait sentir. Car, dans un quotidien fait d’insécurité permanente, le moindre incident peut entraîner la rechute. Autant que les difficultés d’accès à Internet, c’est là la plus sérieuse entrave au succès de l' »Interapy ».

Sur Internet : www.ilajnafsy.org.

Lorraine Rossignol

Culture psychiatrique et culture judiciaire : relire Michel Foucault

Colloque international dans le cadre de « Dialogue interculturel : la rencontre des folies »Lundi 15 et mardi 16 septembre 2008 de 9h30 à 18h Grande Halle de la Villette Entrée libre

Prise en charge possible dans le cadre de la formation professionnelle

Contact Association TranSFaire Tél : 01 53 69 08 80 / Fax : 01 53 69 09 99 /info@transfaire.org

Organisé dans le cadre de « 2008 – Année européenne du dialogue interculturel », ce colloque international portera sur la santé mentale en Europe. Dans le contexte des récentes controverses en France et en Europe sur les questions de l’expertise psychiatrique, de la responsabilité pénale des malades mentaux et de la dangerosité dans la société contemporaine, d’éminentes personnalités du monde psychiatrique, judiciaire et philosophique interrogeront ces notions, avec l’œuvre de Michel Foucault comme horizon de réflexion.

LUNDI 15 SEPTEMBRE MATIN FOUCAULT ET LA FOLIE Modération : Martin LEGROS, rédacteur en chef adjoint de Philosophie Magazine Avec Maître Robert BADINTER, Mme Élisabeth ROUDINESCO, M. Colin GORDON, M. Frédéric GROS APRÈS-MIDI LA RENCONTRE DU PSYCHIATRIQUE ET DU JUDICIAIRE : L’EXEMPLE DE L’EXPERTISE Modération : Martin LEGROS Avec Mme Claude FINKELSTEIN et des représentants d’associations européennes d’usagers de la psychiatrie, M. Frédéric CHAUVAUD, Dr. Daniel ZAGURY, Jean DANET MARDI 16 SEPTEMBRE MATIN LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DES MALADES MENTAUX Modération : Claude-Olivier DORON (sous réserve) Avec M. Denis SALAS, Juge Edward ORMSTON, Mme Claude FINKELSTEIN, M. Alain BOULAY APRÈS-MIDI LA DANGEROSITÉ : SURVEILLER ET SOIGNER Modération : Martin LEGROS Avec Mme Françoise DIGNEFFE, Dr. Mario COLUCCI, M. Claude-Olivier DORON, M. Le Procureur Général Jean-Olivier VIOUT Laurence Février ponctuera les débats de lectures de textes de Michel Foucault, et présentera, en collaboration avec Brigitte Dujardin, une installation vidéo reprenant les paroles d’usagers et de personnels de santé collectées à l’hôpital de Montfavet. Avec le soutien de la Commission européenne dans le cadre de « 2008 – Année européenne du dialogue interculturel » Télécharger le programme complet >>>> à venir

Culture psychiatrique et culture judiciaire : Pourquoi relire Foucault aujourd’hui ? Depuis le 19ème siècle, par le détour de l’expertise psychiatrique, la psychologie de l’inculpé se retrouve au cœur des débats judiciaires. La justice examine à la fois des actes dont le caractère délictueux doit être établi, et des sujets dont la responsabilité doit être évaluée. Aujourd’hui, la prise en compte accrue du ressenti des victimes et des peurs de la société réinterroge les rapports entre le domaine pénal et le domaine médical. De ces rapports toujours instables et conflictuels, Michel Foucault a fait l’histoire ; une histoire qui vise à déranger nos partages trop évidents, nos certitudes prétendument immémoriales. Si le code pénal a évolué, les questions posées par le philosophe à cette entrée du savoir psychiatrique dans le pouvoir judiciaire restent d’actualité : à quelle légitimité prétend l’expertise psychiatrique ? Jusqu’où la justice doit-elle se préoccuper de la psychologie des individus ? A quelles stratégies répond le suivi socio-judiciaire des malades jugés « dangereux » ? Ces trois questions seront abordées au cours d’un colloque qui ne se propose pas tant de commenter Foucault, que d’utiliser certaines de ses grilles de lecture pour analyser l’inquiétude actuelle des professionnels et des usagers. A l’heure où la santé mentale devient un enjeu de la politique commune européenne, ce colloque se veut international. Mais pourquoi revenir aujourd’hui à une pensée qui a accompagné les combats d’hier, liés à un contexte médical différent, comme ceux de l’antipsychiatrie ? Publié en 1961, L’Histoire de la folie est devenu un ouvrage classique, au risque d’être classé, comme un monument. Sa thèse principale semble aussi connue que contestée. L’actualité éditoriale internationale nous invite cependant à souffler la poussière accumulée. Dans les pays de langue anglaise, ce n’est que l’an dernier que le grand public a pu accéder à la première traduction intégrale de L’Histoire de la folie. A travers le monde, la publication des cours au Collège de France, entamée en France en 1997, a profondément renouvelé notre approche de l’œuvre foucaldienne. Au sein de ce corpus foisonnant, les deux cours consacrés à la psychiatrie (1973-1974 : Le pouvoir psychiatrique et 1974-1975 : Les anormaux) opèrent des déplacements importants par rapport au travail inaugural de 1961. Pour une jeune génération de chercheurs, relire Foucault a d’abord été synonyme de l’entendre pour la première fois. Par ailleurs, le philosophe français a été particulièrement sensible à la dramaturgie de la folie qui a habité notre culture, de Calderon à Artaud. Le lieu même de La Villette nous invite à honorer cet aspect à travers les paroles collectées par Laurence Février, comédienne et metteur en scène, ainsi que l’installation « Dots Obsession » de Yayoi Kusama présentée dans la Grande Halle cet été. Philippe Chevallier Coordinateur scientifique Comité scientifique Philippe Artières, historien, chargé de recherche LAHIC-CNRS Daniel Defert, sociologue, maître de conférences à l’université Paris VIII Claude Finkelstein, présidente de la Fédération Nationale des Associations de Patients et ex-patients en Psychiatrie François Gibault, avocat à la Cour d’appel de Paris Tim Greacen, psychologue, directeur du laboratoire de recherche de l’EPS Maison Blanche Frédéric Gros, philosophe, professeur à l’université Paris XII Jean-Louis Senon, psychiatre, professeur à la Faculté de Médecine, Université de Poitiers En partenariat avec l’association TranSFaire

L’année européenne 2008 est celle du dialogue interculturel. L’objectif est de favoriser les relations entre les cultures existantes et de développer le sentiment d’appartenance à une citoyenneté européenne. « Vivre ensemble la diversité » en est la devise. Pour participer à cette belle opération, vous pouvez consulter le site européen : http://www.dialogue2008.eu/ et le site français : www.dialogue.interculturel.culture.fr


 

Pas assez fou

Trouvé sur Wikipédia sur les jeux paraolympiques d’été de 2000 par bulle de papier :  » L’équipe d’Espagne de basket-ball déficiente intellectuelle a du rendre sa médaille d’or après que le Comité Paralympique Espagnol se fut rendu compte que 10 des 12 joueurs de l’équipe n’avaient aucun handicap mental. Ce scandale a abouti à l’exclusion des handicapés mentaux aux Jeux paralympiques d’Athènes en 2004. Le Comité international paralympique a considéré qu’il était trop difficile de déterminer le niveau de handicap des athlètes déficients intellectuels ».

« Nous sommes tués – il ne faut pas le dire », Hélène Cîxous

Le Monde des livres, 23 05 2008

« Un jour j’ai perdu un fils, perdu de manière perdissime.

Où est-il passé ? Selon moi, je ne pourrai jamais en parler. Mais on ne sait jamais. Les secrets font leur chemin de taupe et ils apparaissent selon leur volonté. Un garçon me hante, il est un des fantômes intérieurs les plus puissants parce qu’il est le plus faible.

Il faut écrire une tombe. Les tombes peuvent mourir. Ressusciter. J’ai ressuscité la tombe de mon père l’année dernière. Après cinquante années, nous nous sommes retrouvés. Etreintes. Ce que mon père m’a dit pendant que je lui caressais la tombe, je ne peux pas le dire. Peut-être un jour si j’arrive à écrire Hamlet.

Un jour j’ai confié à mon ami Jacques Derrida le secret du Livre-que­-je-n’écris-pas. Jacques Derrida est le champion des Secrets. Le Secret par excellence c’est lui, le-livre-que-­je-n’écris-pas. Toute ma vie à ne pas l’écrire. Je n’en pouvais plus. Comment ne pas en parler’? On ne peut en-parler sans-en-parler qu’en en parlant à celui qui est plus moi-même que moi. C’était devenu urgent. Je voulais lui dire : il y a un Livre-que-je-n’écris-pas. C’est lui qui est l’origine et la cause de tous mes livres. Je lui ai tout dit. Il garde le Secret.

« Tu n’écriras pas ce livre », dit le Secret. C’est la loi des lois qui scande ce qui aura été mon œuvre. C’est mon «Tu ne tueras point» paradoxal. La voix de mon Secret est terriblement douce, soyeuse, gris ciel, impérieuse et confiante. Elle m’interdit et me confirme. Elle anticipe. Elle précède et sème. Elle ajoute: c’est ce qui fait que tu écris tous ces livres autres. Jure ! Je jure que je ne l’écrirai jamais. Naturellement je ne pense qu’à ça: à ce Livre, au serment, au parjure. Je vis de ce spectre. Ah! si je pouvais l’écrire. J’ai promis. Le livre-pro­mis, je continuerai à ne-pas-l’écrire. Il m’accompagne, me veille, me tente, me surveille, me survit. C’est l’amant mystique, l’arbre paradisiaque. Je ne renonce pas, c’est-à-dire je ne renonce pas à renoncer. Je le conjure. Je n’ai jamais vu son visage. Je le vois passer. Je le suis. Il m’appelle! Chaque fois que (je) commence un livre, c’est tout de suite déjà un nouvel adieu et un salut au Livre-que-je-n’écrirai-pas. Ce serait le plus beau livre du monde, le plus stupéfiant, le plus impitoyable, le plus innocent. Si je l’écrivais nous serions tués, j’en mourrais. Si je ne l’écris pas j’en mourrai encore longtemps après ma mort

Je pourrai peut-être – Non -­

Une fois que je ne serai plus là pour le garder, le secret ne restera plus secret, c’est une consolation posthume, ce qui n’a pas lieu a autrement lieu. J’aurais tellement voulu être là, dans cent ans, pour voir Ie visage de ce Livre de mes yeux vivants.

Voilà pourquoi je suis à jamais inconsolable. Du moins le jour.

Heureusement il y a les rêves. Je dors dans leur jardin. Tandis que moi je ne sais pas, ils savent tout pour moi, les rêves. Les secrets qu’ils sont, je ne les détiens pas, ils s’interprètent eux-mêmes, je respire dans leur réserve, tout est su, vu, lu, sauvé, ils me jouent des pièces inavouables sous leurs scènes d’aveu. La nuit je vis sous On, je vois en contrebande, je goûte le mal sous le masque, il y a orgie d’aveux et tandis que je reste fidèlement aveugle à travers l’aveu même, je suis toute avouée tout s’avoue, tout m’est avoué sans que rien n’ait jamais échappé à la garde de l’inavouable. Je crois tout ce qu’ils m’arrivent. Comme il fait pur clair et intrépide dans le Vent de la Nuit! Je dis tout ce qu’il ne faut pas dire. Enfin je hais en paix, j’adore comme je veux. Mes morts vivent. J’écris en une demi-heure Le Livre ­que-tu- n’écriras-pas.

Mourir, rêver peut-être ? Je l’espère. J’attends ça. Il doit faire bien Vrai sous la terre ».

1 2 3