Mark Solms vient de publier une tribune sur son blog, le « Cambridge core blog », pour défendre la psychanalyse. La psychanalyse est fondée sur les preuves et il en fait la démonstration. Ces preuves sont au nombre de trois :
(1) les affirmations théoriques fondamentales de la psychanalyse sur le fonctionnement de l’esprit émotionnel en santé et en maladie
(2) le mode d’action de la thérapie psychanalytique par rapport à ces affirmations
(3) son efficacité thérapeutique mesurée par des essais contrôlés randomisés
Puis, il en tire les leçons pour demander « comment se fait-il que la psychiatrie se soit égarée si mal, si littéralement elle a «perdu la tête»? (…) Les questions concernant la signification et le but des symptômes psychiatriques – en d’autres termes, leur intentionnalité (qu’est-ce que le patient essaie de faire?) – ne sont plus posées (en psychiatrie). Nous semblons trouver de telles questions embarrassantes et non scientifiques. Mais il n’y a pas de bonne raison de prendre ce point de vue. L’intentionnalité est le facteur essentiel qui distingue les symptômes psychiatriques des symptômes physiques. Mon article tente d’expliquer le fondement significatif commun de cette approche psychologique de la psychiatrie, qui est l’approche adoptée par la psychanalyse ».
Vous pouvez lire cette tribune à cette adresse : https://frama.link/DEtuUr2G
et consulter son article publié dans le BJP, en février 2018, à cette adresse : https://frama.link/1e1f3_Ct