Skip to Content

Tag Archives: dangerosité

«Les malades vont être dans la peur du soignant», Chemla P.

Les psychiatres des hôpitaux publics désapprouvent le projet de loi sur le consentement aux soins pour les personnes « atteintes de maladie mentale ». En effet, le législateur passerait de « l’hospitalisation contrainte » aux « soins contraints ».

Patrick Chemla, psychiatre, dirige le secteur de psychiatrie de Reims. il est un des fondateurs du collectif « la Nuit sécuritaire », qui s’était constitué après le discours ultra-sécuritaire de Nicolas Sarkozy à l’hôpital psychiatrique d’Antony (Hauts-de-Seine), en décembre 2008. Il prend position contre le projet de Sarkozy.

Propos recueillis par Eric Favereau, Libération, 06 04 2010

Pourquoi êtesvous opposé à des soins obligatoires en ambulatoire, et ­plus généralement à la loi qui se prépare?

D’abord, il y a quelque chose de pervers dans l’esprit même de cette loi, avec une reprise sous-jacente du nécessaire dépérissement des hôpitaux psychiatriques. On nous présente cela sous un aspect séducteur : en clair, pour éviter les internements des patients, il suffit de donner des soins obligatoires.

Mais le gros morceau reste la conception de la folie et du soin que ce projet sous-tend._ La folie serait comme le diabète, une maladie purement biologique. Et il suffit de mettre tout le monde sous neuroleptique pour éradiquer la folie. Voilà une conception hygiéniste et erronée. Aujourd’hui, la quasi-totalité des psychotiques sont sous neuroleptique. On ne peut pas dire qu’ils soient guéris.

Et quid de la conception du soin ?

Si on a cette conception de la folie comme trouble biologique, le soin devient simpliste; il suffit de donner des neuroleptiques. Mais le problème, c’est que l’on se heurte à la folie. La folie résiste. On croit que la folie et son déni seraient solubles dans les neuroleptiques et dans l’application de la loi. C’est une folie sociale que de penser cela. Les malades vont être dans la peur du soignant, ils vont les fuir. C’est une rupture gravissime de toute notre pratique.

C’est-à-dire?

On oublie complètement que le délire est aussi une tentative de guérison. La folie n’est pas à réduire, elle est aussi source de savoirs, ce que nous ont appris Freud, Lacan et d’autres. Ce n’est pas seulement une maladie qu’il faut faire taire … Certes, mais que dites-vous aux familles et aux proches qui ne rencontrent aucune aide ?

C’est un problème réel. Mais ce n’est pas qu’un problème de moyens. 11 y a une démission des saignants depuis une vingtaine d’années: ils délaissent leurs fonctions et leurs engagements. Les ma­1ades sont souvent mal accueillis. Il y a réellement une faute de la société à ne pas répondre à ce désarroi des proches et des patients.

Villejuif: enquête sur une folie enfermée à double tour

Voici un article de Carine Fouteau qui permet d’entrevoir dans quel état d’esprit se trouve le personnel “soignant” d’une UMD (Villejuif).

J’en retire surtout le point suivant: ce personnel soignant est pris dans un logique très spéciale. Il s’agit pour eux de faire en sorte que les personnes qui y sont hospitalisée “n’aient pas envie de revenir» et de leur “ faire reconnaitre” les actes (dangereux) qu’ils ont commis. Cela choque car ce traitement consiste donc à administrer le dégoût et obtenir l’aveu. Soit: une confusion des genres…

Comme le fait remarquer, à juste titre, le journaliste: “ On s’étonne de ce que les malades soient définis uniquement par les risques qu’ils présentent sans que ne soit évoquée leur souffrance “.

_________________________________________________________

Par Carine Fouteau, article publié sur Mediapart.fr

“ L’hôpital psychiatrique Paul-Guiraud, à Villejuif dans le Val-de-Marne, conserve l’allure de l’hospice d’aliénés qu’il fut lors de sa création à la fin du XIXe siècle. Imposantes bâtisses en pierres, allées de platanes, pelouses encadrées de buis, sensation de silence et d’espace sous contrôle. Ses portes s’ouvrent sur un monde clos. Au fin fond du parc, se trouve l’unité pour malades difficiles (UMD) Henri-Colin, quatre pavillons entourés de murs rehaussés de parois obliques.

Forteresse médicalisée ou prison dans l’asile, on hésite. À l’intérieur, des hommes et des femmes envahis de telles bouffées délirantes qu’ils ont pu tuer père et mère, des paranoïaques suicidaires ou des patients «agités» et «perturbateurs». De l’extérieur, seuls sont visibles des bouts de toits et de grillages, des lucarnes obstruées et des éclairages puissants. Au-delà, la ville reprend ses droits, avec précaution. L’hôpital est séparé des barres d’immeubles, au loin, par un parterre de tombes en enfilade: le cimetière municipal.

Après le meurtre, fin 2008, dans les rues de Grenoble d’un étudiant par un patient schizophrène, Nicolas Sarkozy déclare vouloir multiplier les UMD, au risque de faire d’un cas particulier un problème de société et d’assimiler maladie mentale et délinquance. À quoi ressemblent ces lieux «haute-sécurité» où sont enfermés ces «fous dangereux» dont la société veut se protéger? Dans quelles conditions sont-ils retenus? De quels recours disposent-ils pour faire valoir leurs droits?

Ce mercredi après-midi de mars, la porte de l’UMD Henri-Colin s’entrouvre. On entre. «Visite» encadrée par la médecin-chef par intérim, Magali Bodon-Bruzel, à l’air sévère et affairé. Interdiction de noter les noms des patients et les raisons de leur internement.

Dans le pavillon des femmes, Sophie G. est assise seule à sa table, les autres pensionnaires l’écoutent. «C’est un coup monté de ma famille! Je suis là, sans raison depuis trois mois. Personne ne vient me voir. À Noël, j’ai eu une boîte de chocolats, c’est tout. On me les a donnés au compte-gouttes!» Le ton est vindicatif. C’est l’heure du dîner. Sophie brandit la barquette en plastique qui contient son repas, une viande en sauce marron. «On bouffe rien, ici, on crève la dalle du matin au soir, tout le monde a faim! C’est un camp de la mort! À l’armée, au moins, ils ont double ration…»

Les mots s’entrechoquent. «C’est des couilles, ça, des couilles, oui, regardez!» L’infirmier rectifie. «Mais non, c’est du rein, Sophie, des rognons, ça n’a rien à voir…» «C’est un coup monté, reprend-elle, on me martyrise! persécute! torture! harcèle! sadise! On subit des abus de pouvoir, de confiance et de conscience! Mais pas de trace de connaissance, là-dedans!» De nouveau, l’infirmier l’interrompt. «La visite doit se poursuivre. La journaliste s’en va, voilà, elle s’en va.»

Cet épisode a lieu à l’issue de trois heures au cours desquelles Magali Bodon-Bruzel, porte-clefs en main, ouvre et referme à double tour des portes, une multitude de portes. «Ici, c’est la culture du verrou», dit-elle, laconique. Dans cette unité pour malades difficiles, comme dans les quatre autres dispersées en France, sont retenus des malades mentaux considérés comme dangereux pour la société. Des auteurs d’homicides hantés par des voix divines cohabitent avec des automutilateurs chroniques et des personnalités convaincues qu’elles sont persécutées. La majorité d’entre eux souffrent de schizophrénies et de troubles de la personnalité.

«Ils sont presque tous passés à l’acte, indique la psychiatre, ce qui ne signifie pas nécessairement qu’ils aient tué qui que ce soit.» En plus de son poste à l’UMD, où elle travaille depuis huit ans, Magali Bodon-Bruzel est chef du service médico-psychologique régional de la prison de Fresnes. Dans cet établissement pénitentiaire, elle participe, «sans état d’âme» dit une consœur, à la création du premier centre fermé post-peine.

Etat dangereux majeur?

Dans le bureau de Magali Bodon-Bruzel, portes capitonnées, 17 heures.
— À quoi reconnaît-on un malade «difficile»?

Difficile, ce n’est pas un très bon terme. La réalité, c’est que ce sont des malades mentaux qui présentent un danger pour autrui et, plus rarement, pour eux-mêmes. On les définit par leur dangerosité. Un texte régit les UMD, c’est l’arrêté du 14 octobre 1986. Il dit que les patients présentent ‘un état dangereux majeur, certain ou imminent, incompatible avec leur maintien dans une unité d’hospitalisation’ classique.

— Et l’approche médicale, que dit-elle?

Il y a des critères cliniques, évidemment. Ce sont des malades violents, pour lesquels la violence a le plus souvent déjà été accomplie. Qu’ils viennent d’hôpitaux psychiatriques ou de prison, dans un cas comme dans l’autre, les personnels soignants ne parviennent plus à les maîtriser. Ils les renvoient vers nous. Par exemple, on ne va pas accueillir quelqu’un pour une baffe ou une altercation. En revanche, celui qui essaie de planter sa fourchette dans l’œil d’un autre, on le prend. Quand ils sont dangereux, en général, ils ne reconnaissent pas leur acte, en lien avec la maladie mentale. Soit ils ne reconnaissent pas leur maladie, soit ils refusent les soins, soit les soins sont inefficaces, on dit qu’ils sont chimio-résistants. Prenons l’exemple d’un patient délirant qui a commis un acte violent. S’il continue à délirer et que son traitement ne marche pas, on a tout lieu de penser qu’il risque de recommencer, c’est ce type de personnes qui viennent ici.

Notion subjective, la dangerosité recouvre différentes situations selon qu’elle est considérée sous l’angle psychiatrique (risque de passage à l’acte lié aux troubles mentaux) ou criminologique (risque de commettre un délit ou un crime). On perçoit des glissements, y compris dans les propos des soignants. On s’étonne de ce que les malades soient définis uniquement par les risques qu’ils présentent sans que ne soit évoquée leur souffrance.

S’ils ont des effets «apaisants», les traitements servent en priorité à «réduire les comportements violents» et à «faire reconnaître, par le patient, les actes qu’il a commis».

— La violence ne se retourne-t-elle pas le plus souvent contre les malades eux-mêmes, comme c’est le cas en prison?

Des suicides, il y en a, mais c’est rare car le système de surveillance est très fort et les locaux très sécurisés. Il y a des grands automutilateurs, des gens qui avalent tout, mais ça aussi c’est rare, même s’il y en a une chez les femmes en ce moment. Le plus souvent, l’agressivité s’exerce contre les infirmiers et les aides-soignants.

La violence, pas toujours symbolique, exercée sur les patients par l’institution, voire le personnel, est passée sous silence. On l’apprendra par la suite, les pratiques de vexation, d’humiliation et de maltraitance, signalées par plusieurs témoins, sont étouffées par une «loi de l’omerta» à l’œuvre dans certains services.

L’UMD Henri-Colin dispose de 80 lits. Des hommes mais aussi quelques femmes. Seules deux UMD en France accueillent des femmes. Taux d’occupation: 100%. Durée moyenne de séjour: 300 jours. Plusieurs années pour les uns (certains y sont restés plus de vingt ans), quelques mois pour les autres. «C’est toujours plein, dit Magali Bodon-Bruzel. On attribue des numéros aux patients pressentis pour sortir. Quand il y a une entrée, on regarde si le premier sur la liste est prêt à partir. On se débrouille. À nous de ne pas nous endormir: si un traitement ne marche pas, il faut changer de molécule.» Équipe médicale et administrative: une petite centaine de personnes, «le même effectif la semaine et le week-end».

Placés là d’office, par arrêté préfectoral, les patients viennent d’hôpitaux psychiatriques (80%) ou de prisons (20%). Privés de liberté, ils sont soumis au régime de l’hospitalisation sous contrainte et non de l’enfermement carcéral. Les dossiers sont présentés par des médecins hospitaliers et acceptés, ou refusés, à l’UMD par des confrères. «La procédure est encadrée, ce ne sont ni des juges, ni des procureurs, ni des policiers qui nous les envoient», insiste-t-elle.

Les demandes d’enfermement («trois ou quatre par semaine») excèdent les sorties («une ou deux par semaine»). La file d’attente s’allonge. La pression politique exercée via les préfets au nom de la lutte contre la récidive est telle que de plus en plus de personnes ayant bénéficié de non-lieux psychiatriques sont orientées vers ce type de structures même si elles ne présentent plus de signes de dangerosité.

Camisoles, électrochocs, pantoufles

On sort du secteur administratif pour entrer dans la zone réservée aux patients et aux infirmiers. Portes, clefs. D’un bâtiment à l’autre, la psychiatre, pragmatique, détaille l’organisation «séquentielle» des soins. Trois pavillons pour trois états, du pire au mieux. Plus un réservé aux femmes. D’aspect vieillot, ils ont, pour partie tout du moins (on n’a pas pu aller partout), été rénovés, couleurs crème au mur à l’effet aseptisant, surfaces lisses, odeurs d’hôpital, sons assourdis, sauf quand ça dégénère.

Le pavillon 38, c’est là que débarquent les nouveaux arrivants, «en état clinique aigu». Une vingtaine d’hommes, cheveux ras, jogging bleu, pantoufles, l’air ailleurs, réunis dans une pièce commune. La télévision est allumée, mais personne n’y prête attention. Certains déambulent, d’autres sont assis par terre, en attendant le dîner. Aucun signe de délire ou d’angoisse. Dehors, dans une cour grillagée, quelques-uns sont attablés sur un mobilier arrimé au sol. Impossible de déplacer une table ou une chaise.

«Tout est ultra sécurisé, répète Magali Bodon-Bruzel, y compris les vêtements et les chaussons qui n’ont pas de cordons.» Les patients l’interpellent pour savoir quand est-ce qu’ils vont sortir de cet espace au vide assourdissant. «Pas tout de suite», pas de date de sortie, pas de décompte possible. Assommés par les médicaments, qu’on leur donne quatre fois par jour en veillant à ce qu’ils ne les recrachent pas, ils n’ont rien à faire, à part dormir, se vêtir et se dévêtir (en slip dans le couloir, sans intimité), se nettoyer, manger (à la cuillère, sans couteau ni fourchette), fumer des cigarettes à heure fixe et regarder la télévision quand c’est autorisé. Aucune activité thérapeutique n’est prévue, ils ne sont pas là pour ça.

«L’objectif est de réduire les comportements violents et qu’ils n’aient pas envie de revenir», prévient la psychiatre. Dans les chambres, individuelles, auxquelles ils n’ont accès que pour dormir et faire la sieste, il n’y a rien, aucune affaire personnelle, aucun vêtement, juste un lit, un lavabo, une douche et un WC. Lumière, ouverture de la fenêtre et de la porte, tout est actionné de l’extérieur par l’équipe soignante. La nuit, ils sont bouclés à double tour, dans «leur» chambre, dans «leur» pavillon et dans l’UMD.

Camisoles et électrochocs font partie des meubles. Ici, on préfère dire «contention» et «sismothérapie», comme pour atténuer la violence de leur usage. Un infirmier, Patrice Chignac, précise qu’une personne peut être attachée «au maximum 48 heures, avec une poche à urine». «Avant, ajoute-t-il, on leur croisait les bras pour les attacher, c’était pire. Ils pouvaient rester comme ça une semaine et ils se faisaient sur eux. Heureusement, cela a été aboli il y a dix ans.» Il évoque aussi l’existence de «ceintures de force», utilisées pour les sorties hors de l’UMD, «une large ceinture en cuir avec des lanières pour attacher les poignets le long du corps».

Selon Magali Bodon-Bruzel, «contention et sismothérapie sont utilisées en dernier recours quand les médicaments ne suffisent plus. Lorsqu’ils sont réalisés avec professionnalisme et calme, ils peuvent être très efficaces». On n’en saura pas plus sur la régularité et les effets secondaires.

«En 1945, dit-elle, on faisait des électrochocs à tour de bras et on utilisait les camisoles très couramment. Que pouvait-on faire d’autre? Aujourd’hui, les traitements chimiothérapiques se sont beaucoup développés. La sécurisation des lieux passe aussi par là. C’est important, parce qu’avant les équipes étaient pléthoriques, c’est comme ça qu’ils géraient les patients. Maintenant, les soignants sont moins nombreux, heureusement que les traitements sont plus efficaces.» Comme si le développement des neuroleptiques, à partir des années 1970, avait permis de compenser la réduction des effectifs liée aux plans d’économies budgétaires successifs.

«Nous sommes des prestataires de service»

Quand «ils vont mieux», les patients du 38 sont transférés au pavillon 37. On sort, sans repasser devant les retenus. On traverse cinquante mètres de pelouse, 18 heures, au pas de course, pas le temps de s’épancher.

— Ces personnes ont-elles une chance, un jour, de retrouver une place dans la société?

Ce n’est pas qu’on s’en fiche, mais, franchement, on n’a pas le temps de s’occuper de savoir ce qu’elles deviennent. Quand elles sortent, notre mission est terminée. Nous sommes des prestataires de service. L’UMD fonctionne en dérivation des secteurs psychiatriques, on prend les patients à un moment donné, pour un soin intensif parce qu’ils sont dans une situation clinique particulière. Quand ils vont mieux, ils retournent d’où ils viennent, en hôpital psychiatrique ou en prison, sauf si leur peine s’est achevée entre-temps. Après, on n’en entend plus parler.

Avant d’ouvrir la porte du pavillon 37, la médecin-chef demande de ranger l’enregistreur «pour ne pas attirer l’attention». Dans la pièce commune, petite, plafond bas, l’atmosphère est moins lourde et moins tendue, plus familière. Musique en fond sonore, deux patients jouent au ping-pong, décorations aux murs. Mais le sentiment d’étouffement et de lassitude persiste. Pas assez de chaises pour tout le monde, certains tournent en rond, d’autres s’adossent au mur.

Les dix-sept résidants ne sont plus en jogging bleu. Ici, ils sont autorisés à revêtir leurs tenues «civiles». Comme au 38, ils interpellent la médecin-chef sur leur date de sortie. «Leur obsession», dit-elle. «Dans leur chambre, ils ont le droit d’écouter leur mp3, ils peuvent avoir des livres ou des magazines. Après, pour leurs affaires de toilette, c’est le strict minimum. S’ils veulent écrire, ils doivent nous demander des feuilles et des crayons. Ça peut être dangereux un crayon», dit l’un des infirmiers.

Le personnel soignant («au moins deux hommes sur quatre») explique la mission de ce pavillon «intermédiaire». Il s’agit de «travailler avec les patients pour leur faire admettre leur maladie et leurs actes». Des «activités» (jeux de société, dessins) et des soins psychologiques et psychomoteurs sont prévus.

Belle-Épine

Dernière étape avant la sortie, le pavillon 35. Une vingtaine d’hommes sont là encore regroupés dans une salle commune. Il est presque 19 heures, préparation du dîner. La télé est allumée. La journée reste ritualisée, mais l’étau se desserre un peu. Le mobilier n’est plus scellé au sol, les affaires personnelles sont rapatriées dans les chambres. La nuit, ils sont toujours enfermés à clef, mais ils peuvent ouvrir et fermer eux-mêmes la lumière. «C’est le dernier maillon de la chaîne, indique l’un des infirmiers de service ce soir-là. La crise, la violence est passée. Si possible, on fait en sorte qu’ils adhèrent aux soins, qu’ils critiquent ce qu’ils ont fait, qu’ils reconnaissent leur état de santé, ce serait un miracle, mais bon.»

De l’autre côté de la cour, les patients ont accès, de temps en temps, à une «salle-cinéma» munie d’un grand écran de télévision. «C’est à eux de se mettre d’accord sur le programme télé, s’ils n’y arrivent pas, c’est nous qui tranchons.» Dans un coin, un vélo d’appartement et un baby-foot. «L’une de leurs principales revendications est de pouvoir regarder le film du soir, dit l’infirmier, mais ce n’est pas permis. Sinon, ils se plaignent aussi beaucoup de l’alimentation, ils trouvent qu’il n’y en a pas assez et que ce n’est pas bon.»

Comme «activité», ils ont la possibilité de se rendre à l’«atelier reliure», situé dans un bâtiment à quelques mètres de là. Un grand espace vitré, à l’étage, équipé de tables hautes et de toutes sortes de machines et de fournitures de bureau, y compris des objets tranchants comme des cutters et des ciseaux. Encadrés par des intervenants, ils y font des travaux manuels.

«Ils collent, ils plient, ils découpent, ils reçoivent des consignes, énonce fièrement la psychiatre, ils travaillent ensemble, ils aiment beaucoup venir ici. Comme ils ont des traitements forts, c’est bien qu’ils se bougent. Pour les infirmiers, c’est un lieu d’observation sur leur état de santé, leur capacité à être à plusieurs.» Cela s’appelle l’«ergothérapie». Les patients, en revanche, sont privés d’exercice physique: la salle de sport n’est pas utilisée, en raison du manque de personnel.

Le grand jour, c’est celui du permis de sortie. En fin de parcours, chaque patient, chaperonné par trois infirmiers, a le droit à une visite hors les murs. «En général, ils vont à Belle-Épine [le centre commercial du Val-de-Marne] pour manger au restaurant chinois et s’acheter des affaires», indique Magali Bodon-Bruzel. «Cela permet de voir si les patients sont prêts à quitter l’UMD.» La commission du suivi médical, composée d’«experts indépendants» (*), peut alors décider de les libérer, ou pas.

Au cours de l’internement, tout dérapage est sanctionné. Le pavillon 35 est équipé de «chambres d’apaisement» en cas de bouffée délirante ou d’accès de violence. «Certains se pensent près de la sortie et se remettent à déconner. On les place là deux, trois heures dans la journée, dit un infirmier, comme ça ils récupèrent un peu, et nous, ça nous soulage.»

Le tarif est plus élevé si un aide-soignant, pire, un médecin, est pris à partie (retour au 37, voire au 38). Lorsqu’ils sont autorisés à partir, la parenthèse est refermée, retour à la case départ, ce qui pour un «processus de soin» semble paradoxal. L’équipe n’en entend parler qu’en cas de récidive, s’ils sont de nouveau jugés ingérables ou dangereux. «Quelques-uns reviennent, dit la chef de l’unité, mais ce n’est pas la majorité. Ce n’est jamais bon, parce qu’ils reviennent, ils se sentent chez eux, ça ne leur fait plus rien. Comme la règle sécuritaire est très stricte à Henri-Colin, normalement, ce qui est opérant, c’est qu’ils évitent d’y revenir.»

La boucle est bouclée. Ce mercredi de mars, la nuit est tombée. On s’apprête à prendre congé. Un dernier tour de clef, et l’on se retrouverait dehors. Mais la clef se bloque dans l’ultime serrure. Impossible de la décoincer, léger affolement, la psychiatre sort son téléphone pour appeler à l’aide. Un infirmier accourt, au bout d’un instant, il parvient à déverrouiller la porte. Quelques minutes, ce n’est pas long, mais cela semble une éternité.

(*) La commission du suivi médical est composée du médecin inspecteur de la santé de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales chargé des problèmes de santé mentale et de trois psychiatres hospitaliers, qui n’exercent pas dans l’UMD “.

URL source: http://www.mediapart.fr/journal/france/260509/villejuif-enquete-sur-une-folie-enfermee-double-tour

Liens:
[1] http://www.mediapart.fr/club/blog/carine-fouteau
[2] http://www.mediapart.fr/diaporama.php?d=20090522UMDdiapo&t=caf3a0f7a32a4caeeed4ed34d9ecb9ea
[3] http://www.mediapart.fr/files/UMDarrete.pdf
[4] http://www.mediapart.fr/files/santementale.pdf
[5] http://www.santementale.fr/index.php?option=com_virtuemart&page=shop.product_details&flypage=shop.flypage&category_id=7&product_id=267&Itemid=66
[6] http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=JFP&ID_NUMPUBLIE=JFP_019&ID_ARTICLE=JFP_019_0019
[7] http://books.google.fr/books?id=rNikL7FzZIgC&printsec=frontcover&dq=Les unités pour malades difficiles&ei=WST4ScfjAZ2EyASvwbWcBQ#PPA6,M1
[8] http://pagesperso-orange.fr/psycause/004/quelle_peut_etre_la_place_004.htm
[9] http://www.dailymotion.com/video/x5rra9_berurier-noir-pavillon-36_music
[10] http://www.paroles-de-chanson.eu/imprimer-paroles-de-chanson-berurier-noir/pavillon-36.pdf
[11] http://paroles-de-chansons.abazada.com/
[12] http://www.santementale.fr/index.php?option=com_virtuemart&page=shop.product_details&flypage=shop.flypage&category_id=7&product_id=9402&Itemid=66
[13] http://champpenal.revues.org/document6183.html
[14] http://champpenal.revues.org/document6013.html
[15] http://www.vacarme.org/article1490.html

La nuit sécuritaire

Signer la pétition   –   Voir les signataires


Le 2 décembre 2008, dans une enceinte psychiatrique hospitalière, se saisissant d’un crime pourtant très rare commis par un patient diagnostiqué comme schizophrène, le président Sarkozy a annoncé un plan pour la psychiatrie aux conséquences dévastatrices.

Dans ce discours, les fondements même de la psychiatrie ont été attaqués avec la plus grande brutalité, celle qui amadoue pour mieux exécuter.

Il aura suffi d’un fait divers dramatique pour relancer une politique de la peur dont le projet de centres de rétention de sûreté tout comme les soins sans consentement en ambulatoire sont le parachèvement.

En amalgamant la folie à une pure dangerosité sociale, en assimilant d’une façon calculée la maladie mentale à la délinquance, est justifié un plan de mesures sécuritaires inacceptables.

Alors que les professionnels alertent régulièrement les pouvoirs publics non seulement sur les conditions de plus en plus restrictives de leur capacité de soigner, sur l’inégalité croissante de l’accès aux soins, mais aussi sur la mainmise gestionnaire et technocratique de leurs espaces de travail et d’innovation, une seule réponse leur a été opposée : attention danger, sécurisez, enfermez, obligez, et surtout n’oubliez pas que votre responsabilité sera engagée en cas « de dérapage ».

Un pas vient d’être franchi, l’heure est trop grave pour que la résignation l’emporte.

Que peut signifier cette prétendue méconnaissance, en réalité cette volonté délibérée d’ignorer les réalités de la psychiatrie ?

Il y a les faits, il y a les chiffres : le rapport de la Commission « Violence et santé mentale » dénombre qu’en 2005 sur 51 411 mis en examen dans des affaires pénales (crime ou délit) 212 ont bénéficié d’un non-lieu pour irresponsabilité mentale, c’est à dire 0,4 % des crimes et délits ! Mais en revanche, la prévalence des crimes violents contre les patients psychiatriques est 11,8 fois plus importante que par rapport à la population générale. La proportion des vols à leur encontre est 140 fois plus importante !

Nous, soignants en psychiatrie, n’acceptons pas que la plus haute autorité de l’État répande de tels propos, qui laisseraient croire que les personnes atteintes de troubles psychiques font bien plus souffrir la société que celle-ci ne les aliène. Nous n’acceptons pas non plus que ces citoyens soient jetés en pâture à la vindicte populaire pour maintenir de manière forcenée, irresponsable, le ferment de la peur.

« La politique de civilisation » annoncée est une politique de « rupture » du lien car elle tente de bafouer les solidarités sociales qui ont permis de sortir du grand enfermement de la folie. Il n’y a pas d’exercice possible de la psychiatrie sans respect constant des valeurs de la République : celles qui en énonçant le respect de la séparation des pouvoirs permettent à la démocratie de rassembler solidairement afin de ne pas exclure les plus démunis.

Devant tant de « dangerosité » construite, la psychiatrie se verrait-elle expropriée de sa fonction soignante, pour redevenir la gardienne de l’ordre social ?

Nous, citoyens, psychiatres, professionnels du soin, du travail social, refusons de servir de caution à cette dérive idéologique de notre société.

Nous refusons de trahir notre responsabilité citoyenne et notre éthique des soins dans des compromissions indignes et inacceptables.

Nous refusons de voir la question des soins psychiques réduite à un pur contrôle sécuritaire criminalisant outrageusement la maladie mentale.

Nous refusons d’être instrumentalisés dans une logique de surveillance et de séquestration.

Pour maintenir la fonction soignante en articulation permanente entre le singulier et le collectif, nous refusons l’aveuglement d’une supposée culture de l’efficacité immédiate concernant des problèmes qui n’existent que peu.
Dans le champ de la psychiatrie, des actions s’opposent à la normalisation des enseignements (sauvons la clinique), des pratiques prédictives (pas de zéro de conduite), des dérives scientistes assignant à la psychiatrie le devoir de prévoir l’avenir (non à la perpétuité sur ordonnance, politique de la peur).

Nous soutenons et accompagnerons toute perspective de regroupement de ces initiatives car elles vont toutes dans le même sens : défendre et soutenir la dignité des patients qui nous sont confiés ou qui se confient à nous.

Faudrait-il que nous entrions en résistance par la désobéissance civile, pour soutenir la possibilité d’une psychiatrie au service des sujets en souffrance, respectueuse du sens de leur existence, et non une psychiatrie servant au maintien de l’ordre sécuritaire stigmate de l’asservissement de la population par la peur ?

« Il faut de la crainte dans un gouvernement despotique: pour la vertu, elle n’y est point nécessaire, et l’honneur y serait dangereux. » Montesquieu

Contact : elie.winter@free.fr


  • yacine AMHIS (Psychiatre reims membre de la criée ),
  • Jean-marc ANTOINE (Psychologue. association aurore. paris. directeur du pôle aurore habitat.),
  • Mathieu BELLAHSEN (Interne en psychiatrie,secrétaire d’utopsy),
  • Dominique BESNARD (Psychologue et représentant des cemea),
  • Antoine BESSE (Psychiatre, psychanalyste ),
  • Guilhem BLEIRAD (Psychologue),
  • Olivier BOITARD (Psychiatre, président du casp),
  • Hervé BOKOBZA (Psychiatre, saint martin de vignogoul),
  • Loriane BRUNESSAUX (Interne en psychiatrie, présidente d’utopsy),
  • Patrice CHARBIT (Psychiatre psychanalyste vice-président de l’afpep-snpp),
  • Jean-paul CHARDON (Chef de service pédopsychiatrie, ),
  • Franck CHAUMON (Psychiatre, psychanalyste ),
  • Patrick CHEMLA (Psychiatre chef de service , centre antonin artaud reims , président de la criée, membre del’usp ),
  • Sarah COLIN (Psychiatre à reims),
  • Guy DANA (Psychiatre psychanalyste chef de service),
  • Alexandra DE SEGUIN (Interne en psychiatrie, vice-présidente d’utopsy),
  • Pierre DELION (Professeur de psychiatrie),
  • Barbara DIDIER (Psychologue, psychanalyste),
  • Eric DIDIER (Psychanalyste),
  • Léa DIDIER (Etudiante en psychologie clinique),
  • Bernard DURAND (Psychiatre, président de la fédération d’aide à la santé mentale fasm croix marine ),
  • Joël DUTERTRE (Médecin (mp4 champ social)),
  • Lysia, EDELSTEIN (Psychologue clinicienne à la protection judiciaire de la jeunesse, pantin (93), snpes/pjj/fsu),
  • Roger FERRERI (« psychiatre chef de service infanto juvénile 91000 evry, association «  »pratiques de la folie » » »),
  • Florent GABARRON-GARCIA (Vice président d’utopsy, moniteur psychiatrique à la clinique de la borde),
  • Yves GIGOU (Infirmier de secteur psychiatrique – militant associatif),
  • Pascale GIRAVALLI (Psychiatre, marseille),
  • Roland GORI (Professeur de psychopathologie clinique à l’université d’aix-marseille, président du séminaire inter-universitaire européen d’enseignement et de recherche en psychopathologie et psychanalyse (siueerpp) et psychanalyste),
  • Michaël GUYADER (Chef de service du 8ème secteur de psychiatrie générale de l’essonne, psychanalyste),
  • Liliane IRZENSKI (Psychiatre. psychanalyste),
  • Serge KLOPP (Cadre de santé, chargé des questions de psychiatrie commission santé du pcf),
  • Olivier LABOURET (Psychiatre public, chef de service),
  • Jean-jacques LABOUTIERE (Psychiatre),
  • Paul LACAZE (Neuropsychiatre, psychanalyste, montpellier),
  • Laurent LE VAGUERESE (Psychiatre, psychanalyste responsable du site oedipe.org),
  • Emile LUMBROSO (Centre van gogh reims, président d’euro-psy, membre de la criée), < li>Paul MACHTO (Psychiatre. psychanalyste. montfermeil 93. pratiques de la folie. usp),
  • Jean-pierre MARTIN (Psychiatre),
  • bénédicte MAURIN ,
  • Simone MOLINA (Psychanalyste, psychologue clinicienne présidente du point de capiton (vaucluse)),
  • Isabelle MONTET (Psychiatre, chef de service, sph),
  • Jean OURY (Médecin directeur de la clinique de la borde, cour cheverny),
  • Angelo POLI (Psychiatre président de cme de st cyr (69)),
  • Gérard RODRIGUEZ (Cadre de santé, reims),
  • Pierre SADOUL (Psychiatre désaliéniste du service public, ex mcs en pédopsychiatrie, ex-vp de l’api, administrateur de l’asepsi),
  • Olivier SCHMITT (Président de l’afpep-snpp (association des psychiatres d’exercice privé, syndicat national des psychiatres privés)),
  • Bruno TOURNAIRE BACCHINI (Psychiatre, praticien hospitalier),
  • Anne TUFFELLI (Psychiatre),
  • Valérie VALLET (Psychologue),
  • Elie WINTER (Psychiatre)

Signer la pétitionVoir les signataires

Dangerosité en psychiatrie

Mis à part une excellente analyse des réactions des psychiatres à l’intervention de notre cher président de la République dans un hôpital psychiatrique la semaine dernière et à ses propositions sur l’enfermement des fous en psychiatrie, Cécile Prieur dans Le Monde, nous donne une information capitale et qui mérite réflexion et considération.

L’étude de 2005 menée par Anne Lovell, anthropologue, montre que les patients en psychiatrie sont victimes de crimes violents (11.8 fois plus que la population "normale") et de vols (140 fois plus). Déjà souffrant de leurs symptômes, le plus souvent psychotiques, les patients en psychiatrie sont exposés socialement et paraissent plus souvent victimes qu’à leur tour .

La campagne actuelle visant à les stigmatiser encore plus et à aggraver leur précarité sociale, si ce n’est à les exclure en les retirant du social pour les enfermer en prison, n’améliorera certainement pas ces chiffres…

Ci-dessous, l’article de Cécile Prieur.

 

Psychiatrie : la régression sécuritaire, par Cécile Prieur

LE MONDE | 05.12.08

amais un hôpital psychiatrique n’avait encore reçu un président de la République en ses murs : la visite de Nicolas Sarkozy, mardi 2 décembre, au centre hospitalier spécialisé d’Antony (Hauts-de-Seine) devait donc faire date. Elle restera effectivement dans les annales mais comme un point de rupture, un moment de fracture entre la communauté médicale et les pouvoirs publics. Annonçant la multiplication des moyens d’enfermement au sein des établissements et un durcissement des conditions de sortie des patients hospitalisés d’office, le chef de l’Etat a surpris et choqué les professionnels du soin : l’ensemble des organisations publiques représentatives des psychiatres a dénoncé "une approche exclusivement sécuritaire de la psychiatrie, qui apparaît comme une régression inacceptable".

Alors que la psychiatrie publique traverse une crise profonde – crise de moyens, d’identité et de valeurs -, le discours de M. Sarkozy paraît au mieux inadapté, au pire dangereux. Prononcé trois semaines après le meurtre, le 12 novembre, d’un jeune homme par un patient schizophrène échappé de l’hôpital psychiatrique de Grenoble, il tourne le dos à toute amélioration de la prise en charge sanitaire pour ne retenir que des solutions de type carcéral : création d’unités fermées avec vidéosurveillance, multiplication des chambres d’isolement, pose de bracelet GPS aux patients en promenade, sorties décidées par les préfets après avis d’un collège de trois professionnels du soin au lieu d’un seul aujourd’hui… On ne saurait mieux faire passer le message que tout patient hospitalisé sous contrainte est un individu dangereux dont la société doit se prémunir.

La réalité est tout autre. Les 600 000 personnes souffrant de schizophrénie sont bien moins meurtrières, en proportion, que les amants jaloux ou les délinquants notoires. En 2005, sur 51 411 mis en examen dans des affaires pénales (crime ou délit), 212 ont bénéficié d’un non-lieu pour irresponsabilité pour cause psychiatrique, soit 0,4 % de l’ensemble. Aucune étude n’a prouvé scientifiquement que les malades mentaux seraient plus dangereux que la population générale. Mais il est démontré qu’ils sont les premières victimes des faits de violence, à cause de la stigmatisation dont ils font l’objet : selon le rapport de la commission "Violence et santé mentale" de l’anthropologue Anne Lovell, publié en 2005, la prévalence des crimes violents envers les patients en psychiatrie est 11,8 fois plus importante que par rapport à l’ensemble de la population ; celle des vols sur personnes est 140 fois plus élevée.

Multiplier les mesures d’enfermement au sein des hôpitaux psychiatriques pour se prémunir contre la violence éventuelle de malades mentaux est de toute façon illusoire : en psychiatrie encore moins qu’ailleurs, le risque zéro ne peut exister. Sauf à vouloir éradiquer la maladie mentale, abomination que seul le régime nazi a tentée, aucun psychiatre ne peut certifier qu’un individu ayant fait preuve de dangerosité ne commettra pas un nouvel acte violent un jour. Au contraire, la prise de risque est consubstantielle à la psychiatrie, elle est la condition même du soin. Même sous la contrainte, le traitement ne peut s’envisager que dans une perspective d’amélioration du patient : ce qui implique, si son état le permet, qu’il puisse progressivement retourner dans la cité et que les mesures attentatoires à sa liberté soient levées.

Il est en effet possible de soigner les malades mentaux dignement et de tenter de les réinsérer dans la société, sans avoir recours à des mesures aveugles d’éviction. Depuis la révolution aliéniste impulsée par Philippe Pinel en 1792, qui a symboliquement libéré les malades mentaux de leurs chaînes, à l’hôpital Bicêtre, c’est tout le sens de la démarche psychiatrique, qui tente de concilier les impératifs de sécurité avec les nécessités de soin. Grâce à l’invention des neuroleptiques dans les années 1950, les psychiatres et leurs malades ont pu progressivement s’ouvrir à la cité, s’insérer dans le tissu social, changer progressivement le regard de la société sur la folie. Depuis la création du secteur dans les années 1960, la France s’est engagée dans un mouvement de déinstitutionnalisations, visant à fermer progressivement les grands asiles.

UNE VOLONTÉ AVEUGLE D’ÉCONOMIES

Une politique de création des structures d’enfermement dans les établissements viendrait contredire ce mouvement en reconstruisant les murs au sein de l’hôpital. A moins qu’elle ne vienne parachever un mouvement de casse de la psychiatrie que dénoncent depuis plusieurs années les professionnels du soin. Focaliser sur les questions de sécurité a en effet un grand mérite : cela permet de ne pas s’attarder sur la grave crise que traverse cette spécialité et qui mine les pratiques soignantes. Depuis dix ans, la psychiatrie s’enfonce ainsi dans la paupérisation, dans l’indifférence polie des pouvoirs publics.

La politique de fermeture des lits – 50 000 en vingt ans – justifiée au départ par un souci d’ouverture de l’hôpital à la cité a été poursuivie avec une volonté aveugle de faire des économies. La pénurie de personnel médical – environ un millier de postes sont vacants sur 4 500 psychiatres publics – et la perte de savoir-faire infirmier depuis la fin de leur formation spécifique en psychiatrie ont transformé les hôpitaux en lieux de passage, qui n’accueillent plus que les patients en crise.

A peine stabilisés, les patients sont poussés vers la sortie : beaucoup d’entre eux, notamment les schizophrènes qui se sont marginalisés de leur famille, échouent dans la rue, faute d
e places suffisantes dans des structures relais à l’hospitalisation. Ces laissés-pour-compte trouvent de plus en plus un refuge paradoxal en prison, où ils sont incarcérés après avoir commis des délits sur la voie publique. Selon une étude menée en 2004, un détenu sur quatre présenterait des troubles psychotiques. Inimaginable il y a encore quelques années, la trilogie hôpital psychiatrique-rue-prison s’est ainsi installée dans le paysage de la santé mentale.

Rien ne devrait atténuer ce sombre tableau dans les prochaines années. Au contraire, les préoccupations essentiellement sécuritaires de M. Sarkozy en matière de psychiatrie ne devraient qu’accentuer la tendance à la pénalisation de la folie. Tout se passe comme si l’on cherchait à dénier à la psychiatrie sa fonction soignante et à lui assigner un autre rôle, celui d’enfermer et de surveiller. Peu à peu, les frontières se brouillent entre l’hôpital et la prison : la prise en charge des malades mentaux, elle, reste hors sujet.


Courriel : prieur@lemonde.fr.