Skip to Content

Tag Archives: science

Le traitement de l’autisme par la méthode ABA n’est ni efficace, ni scientifique !

Les critiques à l’encontre de la méthode ABA fusent dans le monde pédiatrique, médical et scientifique. La méthode ABA n’y apparaît ni efficace, ni scientifique ! 

La méthode ABA est une méthode cognitivo-comportementale de prise en charge éducative de l’autisme.

D’ailleurs, s’agit-il d’un traitement ou d’une psychothérapie ? Ne serait-ce pas plutôt une méthode d’éducation de l’enfant ?

Il lui est reproché :

– son absence d’efficacité selon l’étude de Spreckley et Boyd  (1)

– l’évaluation de la méthode manque de rigueur scientifique selon l’étude de Zachary Warren (2), ce que les pédiatres américains ont remarqué (3)

– l’absence de preuve des allégations de bons résultats par les promoteurs de la méthode ABA, selon l’étude de l’université Vanderbilt pour l’agence américaine pour la qualité des soins (Agency for Healthcare Research and Quality). Trop peu d’enfants participent à ces études. Donc, leurs résultats n’ont pas de pertinence statistique (4)

Je résume : la méthode ABA n’est pas efficace. Les études qui affirment le contraire ne sont ni pertinentes sur le plan scientifique et statistique, ni convaincantes en ce qui concerne leurs arguments. Elles ne remplissent donc pas les critères scientifiques exigés pour parler de preuve (evidence).

________________________

1- Spreckley, M. ; Boyd R. (2009) « Efficacity of applied behavioral intervention in preschool children with autism … a systematic review and meta analysis », Journal of Pediatrics 154, 3, pp. 338-344, http://www.jpeds.com/article/S0022-3476(08)00777-4/abstract

2- Zachary Warren, http://pediatrics.aappublications.org/content/early/2011/04/04/peds.2011-0426.abstract

3- http://efleury.fr/laba-laisse-les-pediatres-americains-sceptiques/

4- « Therapies for children with autism spectrum disorders ». Comparative effectiveness review, n° 26. Autism report for the Agency for Healthcare Researchand Quality, 14-04-2011, http://www.effectivehealthcare.ahrq.gov/ehc/products/106/656/CER26_Autism_Report_04-14-2011.pdf

L'ABA laisse sceptiques les pédiatres américains

L’Association Américaine de Pédiatrie se montre légèrement sceptique quand elle examine l’efficacité des méthodes éducatives intensives de traitement de l’autisme (ABA). 

L’association des pédiatres américains avait déjà pris position pour mettre en garde les familles d’enfants autistes contre « les mythes et les idées fausses  » qui circulent à propos du traitement de l’autisme.

Cette fois-ci, l’association prend position pour nuancer les résultats de la méthode ABA dans le traitement de l’autisme. L’association prend en compte les résultats récents de l’étude de Zachary Warren et de ses collaborateurs dans le Tenesse (2). Il s’agit d’une méta-analyse dans laquelle, les auteurs estiment que 23 des études sur l’efficacité de l’ABA sont mauvaises sur le plan scientifique, et 10 de qualité médiocre. Une seule étude leur parait remplir les critères d’un minimum de sérieux et de rigueur scientifique.

Du coup, l’association des pédiatres prend ses distances sur la prétendue spectaculaire efficacité des méthodes telles que l’ABA dans la prise en charge de l’autisme : « les éléments de preuve n’ont pas fourni de preuve solide en faveur d’une approche d’intervention précoce unique (1) » (« the existing evidence did not provide strong evidence in favor of any single early intervention approach »).

Ces termes euphémiques, assez caractéristiques de l’idéologie de la médecine « basée sur les preuves », indique seulement qu’il n’y a pas d’unanimité au sein de l’association des pédiatres sur l’efficacité de la méthode ABA.

C’est tout. Pas plus, pas moins. Pas de quoi en faire un fromage, quoi !

Avec beaucoup de réalisme, cette association réclame que les prétendus bon résultats de l’ABA soient confirmés par des études plus convaincantes à l’avenir. Il leur faudrait en effet, des recherches plus poussées pour les convaincre.

Les articles concernés :

  1. http://pediatrics.aappublications.org/content/early/2011/04/04/peds.2011-0426.abstract
  2. http://www.healthychildren.org/English/news/Pages/Evidence-Review-of-Interventions-for-Autism.aspx?nfstatus=401&nftoken=00000000-0000-0000-0000-000000000000&nfstatusdescription=ERROR%3a+No+local+token

Rions un peu (de la psy qui se prend pour la science…)

Pour me détendre et rire un peu, je vais souvent jeter un coup d’oeil sur Ig scientist. L’auteur de ce site se pique de produire un article sur n’importe quoi. Il argumente sur des liens farfelus pour en souligner l’absurdité. Ce sont donc des canulars. Un site fameux mais dangereux. Les vrais journalistes s’y font prendre de temps en temps. Après ça, il est difficile d’écouter nos experts patentés. Cela montre le burlesque de la psychologie actuelle. Celle qui se croit scientifique (genre : TCC, cognitivisme, etc… l’article sur la manipulation mentale est pas mal…)

Pour vous en rendre compte, jetez juste un coup d’oeil sur Psychopium, vous y trouverez le must de la production psy : du futile, de la vanité et des prétentions intenables. Reviens Tartuffe, tu as du travail chez nous !

Un des articles d’Ig scientist relie les effets néfastes des téléphones portables, le délire de certains sur la diffusion des ondes dans le cerveau et la liberté de la presse. Protéger l’industrie en hospitalisant les journalistes pour leur délire sur les ondes des téléphones portables, il fallait y penser. Et cela me fait inévitablement penser à une autre sorte de délire sur les ondes. Celui de la psychiatrie moderne.

Celle-ci vente justement le massage du crâne par les ondes. Et ce serait le must de la pointe de l’avancée de la science psychiatrique. Excusez du peu !

Je souris, mais un peu jaune quand l’on sait que plusieurs services de psychiatrie se sont effectivement dotés d’une consultation de « stimulation transcranienne ». Et nous ne sommes plus là dans le domaine du burlesque. La « stimulation transcranienne », c’est la (fausse) croyance des psychiatres en l’effet des ondes sur le crâne érigée en psychothérapie labellisée par l’université. Je ne sais pas trop par quel article paru dans je ne sais quelle revue internationale de psychiatrie, ne me le demandez pas ! C’est ce que l’on appelle une « médecine fondée sur la preuve » (Evidence Based Medecine). Résultat, quand vous vous lancez dans ce genre de thérapie, vous devez vous rendre plusieurs fois par semaine dans un centre où l’on vous buzze le crâne pendant plusieurs heures. Ca chatouille et ca gratouille, mais cela thérapouille-t-il ?

Le fait que ces centres soient en général dans des centres hospitaliers universitaires est-il vraiment un gage de sérieux ? Vous y croyez, vous ?

Une autre chose est très amusante. Sur le site d’Ig scientist, c’est la publicité de l’hébergeur de leur site. De la pub pour une méthode d’hypnose…. MDR !