Skip to Content

Category: suicide

Le comique signe la présence de l’objet

Regardez les séquences de la répétition de l’opéra « Mme Butterfly » au moment de son suicide (avec Roberto Alagna, Histoire d’opéras, Madame Butterly, Sttatsoper de Munich (2012), documentaire diffusé sur Arte le 01 12 2013).

On voit l’une de ses collègues attendre son cri, puis son voisin lui faire un signe : c’est bon ! C’était bien ! Bravo mon gars ! Un moment hilarant alors qu’il s’agit d’un suicide tragique !

Lire la suite : http://efleury.fr/suicidequotidien/2016/12/19/le-comique-signe-la-presence-de-lobjet/

« Travailler à en mourir », le documentaire

« Travailler à en mourir », Infrarouge, émission du 10 février 2011. Documentaire réalisé par Paul Moreira. Produit par Premières Lignes Télévision rue Charlot Production. Avec la participation de France 2.

Voir la vidéo en cliquant sur ce lien

Documentaire. Réalisé par Paul Moreira. Produit par Premières Lignes Télévision rue Charlot Production. Avec la participation de France 2.

« Qu’est ce qui détruit les hommes dans le monde de l’entreprise ?… Cette question,
nous voulions que ce soit d’abord les salariés qui y répondent. Ceux qui avaient plongé dans la dépression, frôlé le geste ultime du suicide, ceux que le stress avait usés jusqu’à la maladie. Pour remonter aux racines du mal, ce documentaire a raconté l’histoire d’hommes et de femmes qui ont travaillé dans trois secteurs industriels particulièrement pathogènes : la banque, les plateformes téléphoniques et la sidérurgie. Travailler à en mourir montre comment certaines méthodes de travail ont un pouvoir bien plus destructeur que celui de petits chefs aux manières autoritaires. Où l’on découvre que ce sont plus souvent des mécaniques, des technologies, des modes d’organisation, qui rendent malades. Dans le monde de la banque, les concentrations de ces dernières années ont bouleversé les méthodes de management et soumis leurs employés à une pression inconnue jusqu’alors. Les salariés qui ne s’adaptent pas deviennent des perdants. Nous avons rencontré deux d’entre eux : Jean-Marc et Roger. La révolution numérique a libéré des forces créatives mais dans les plateformes téléphoniques, elle a aussi multiplié les capacités de contrôle. Claudia parlait trente secondes de trop en moyenne. Trente secondes qui sont devenues un cauchemar. Contrats à durée déterminée. Intérim. Soustraitance. A la marge des grandes entreprises, les travailleurs précaires sont les premières victimes de la réorganisation du travail. Ils sont ceux sur lesquels
tombent toute la pression de l’urgence. Des dégâts d’autant plus terribles qu’ils sont difficilement repérables. Voire invisibles. Rudy et Jean-Luc était précaires dans la métallurgie. L’un est mort d’arrêt cardiaque après 21 heures de travail, l’autre est dans le coma. Travailler à en mourir explore une zone grise du salariat, un lieu l’angoisse où des logiques nouvelles broient des hommes et des femmes. Plus qu’une enquête, ce film est une dissection. Journalistes Virginie Roels et Sandra Fréquelin ».

_______________________________________

Dossier de France 2

Derrière l’Ukraine et les USA, la France est le troisième pays où les dépressions au travail sont les plus nombreuses. A travers trois secteurs professionnels – la banque, les plateformes téléphoniques, la sidérurgie –, le réalisateur Paul Moreira dissèque ces méthodes de travail, de management, d’organisation au pouvoir destructeur. Devant la caméra, les témoignages d’hommes et de femmes écrasés, usés, brisés par leur vie professionnelle.Travailler à en mourir, un documentaire Infrarouge poignant et alarmant.

« Si je reprends le travail, le soir même, je suis hospitalisé » ; « J’ai fait un malaise dans le magasin parce qu’ils m’ont licenciée » ; « Je préfère mourir que d’y retourner »… Des mots échappés d’un sanglot. Au service de pathologie professionnelle de l’hôpital de Créteil, les salles d’attente ne se désemplissent pas. En quatre ans, les consultations pour souffrance au travail ont même été multipliées par trois. Une augmentation significative, symptomatique d’un mal épidémique qu’aucune étude statistique globale ne permet aujourd’hui de réellement quantifier. Le corps médical alerte. L’actualité (la série de suicides au sein de la société Renault) parle d’elle-même. Pour beaucoup de salariés, l’entreprise est devenue un lieu de souffrance, le travail un univers anxiogène, parfois destructeur. Si le harcèlement au travail a souvent été pointé du doigt, les nouvelles méthodes de travail, d’organisation et de management méritent elles aussi d’être mises en accusation.

Les blessés de la finance
Immersion dans l’univers de la banque où règne le culte de l’objectif, du rendement à tout prix. « J’ai été frappé par l’émergence d’une vocabulaire guerrier, explique Paul Moreira.Dans cette guerre, ceux qui échouent doivent faire face à leur honte ». Ici, pour être efficace, le salarié doit apprendre à devenir agressif, quitte à oublier sa propre nature. Pour l’aider, des stages de motivation au cours desquels il se retrouve spectateur d’un bien étrange folklore : différentes mises en situation professionnelles – succession de saynètes sordides et caricaturales – jouées par les managers de la boîte. Pour Jean-Marc, conseiller en gestion de patrimoine, le message est rude : « On ridiculisait la manière dont j’avais toujours travaillé ». Une dévalorisation professionnelle amplifiée par de nouvelles procédures : communication par écrans interposés, agenda géré à distance… « J’avais l’impression qu’il y avait une espèce de système anonyme qui me broyait et que les hommes ne me reconnaissaient plus ». Et celui qui ne parvenait même plus à s’asseoir à son poste de travail finit par s’ « écrouler » lors d’une visite médicale annuelle. Jean-Marc est déclaré inapte au travail. Définitivement. Au sommet de l’échelle hiérarchique, même pression. Quand on demande à Roger, manager, de « traiter les gens à coups de pieds au cul », l’homme, à bout, est victime d’une crise d’angoisse. Aujourd’hui encore, il se sent incapable de reprendre une activité professionnelle. Pour Michel Francoz, psychiatre, les patients font preuve d’une « hypersensibilité, une hyperémotivité, décrites comme des états de stress post-traumatiques, comme après un attentat, une guerre. On retrouve les mêmes symptômes. »

Sous totale surveillance
Claudia, ex-téléopératrice d’un grand groupe de téléphonie mobile, a frôlé la mort de très près quand elle a tenté de mettre fin à ses jours sur son lieu de travail. « Je ne voulais pas mourir mais m’effacer », confie-t-elle à la caméra de Paul Moreira. Un passage à l’acte alarmant quand on sait qu’une étude médicale a récemment révélé que, dans les centres téléphoniques, un salarié sur trois serait en détresse psychologique. Pour Claudia, tout a commencé à cause d’un dépassement moyen de 30 secondes dans ses temps de communication. « C’est très déstabilisant de se savoir écoutée à n’importe quel moment, quand on sait qu’on est dans le collimateur, la faute se trouve toujours ». Dans une ambiance de total espionnage, la surveillance est permanente : contrôles des ventes en cours, temps de pause chronométrés, communications écoutées par un superviseur… lui-même surveillé à distance !

Les invisibles de la précarité
Les travailleurs précaires sont les premières victimes de la réorganisation du travail. L’un des ouvriers d’une des sociétés de sous-traitance présentes sur les chantiers d’un géant de la sidérurgie à Dunkerque témoigne : « ils gardent les postes stratégiques. Tout ce qui est travail de saleté, de chaleur, poussières, c’est sous-traité. Le matin, l’après-midi, la nuit… C’est des postes supplémentaires quand on est au repos…Quand ils ont besoin, ils appellent (…) Ca me bouffe les nerfs », ajoute-il. Les intérimaires, une population salariale plus flexible, docile aussi, car non syndiquée… Cette flexibilité, Jean-Luc Pruvost en a fait les frais. Victime d’une crise cardiaque, l’homme est plongé dans le coma depuis un an et demi. Un accident survenu alors qu’il était censé être au repos… En attente d’un CDI, l’homme acceptait les heures sans rechigner dans l’espoir de se faire un jour intégrer. C’est chose faite aujourd’hui. Un rêve contraint, un peu tard, par l’inspection du travail…

par Céline Boidin-Lounis

Les insuffisances des quartiers disciplinaires quand au suicide en prison

Le rapport du Dr Albrand est très attendu. Avant cela, le ministère « communique » en forme de bulletin de « victoire »: un bilan « positif » selon lui ! Il veut « humaniser » les quartiers disciplinaires. Mais en quoi le principe des quartiers pourrait-il être humain ?

Suicide en prison : un rapport regrette des « insuffisances »

Alain Salles, Le Monde, 22 01 2009

hargé d’une mission sur le suicide en prison par le cabinet de Rachida Dati, le docteur Louis Albrand estime qu’« il existe des insuffisances dans le dispositif mis en place par l’administration pénitentiaire ». Tout en parlant de « bilan globalement positif », il déplore « l’absence encore trop fréquente de définition d’un véritable plan individualisé de protection active de la personne détenue suicidaire ». Selon lui, le placement sous surveillance spéciale « consiste en fait essentiellement à des rondes supplémentaires qui peuvent se révéler dans certaines situations plus anxiogènes que protectrices ».

Le docteur Albrand a fait ces constats dans un pré-rapport de novembre 2008, dévoilé par Libération du 22 janvier et dont Le Monde a eu connaissance. Il doit remettre la version finale de son rapport à la fin du mois. Le nombre de suicides continue à augmenter, avec 115 morts en 2008 et 14 morts depuis le début de l’année, selon l’Observatoire international des prisons.

MANQUE DE MOYENS ET DE VOLONTÉ

En 2003, le psychiatre Jean-Louis Terra avait fait dix-sept recommandations qui ont commencé à être mises en œuvre par l’administration pénitentiaire. Le nombre de suicides a d’ailleurs baissé en 2006 et 2007.

Mais le docteur Albrand constate que plusieurs recommandations n’ont pas été appliquées. La mise en place d’un recueil d’informations à partir du moment où une personne à comportement suicidaire est placée en garde à vue s’est heurtée à la résistance de la police. L’administration pénitentiaire n’a pas mis en œuvre un placement des détenus suicidaires en cellule sécurisées, pendant soixante-douze heures, plutôt qu’en quartier disciplinaire, faute de moyens et de volonté du personnel. Idem pour une expérience de formation de certains codétenus, une information auprès des médias et une expérimentation de la vidéosurveillance.

Louis Albrand constate que la grille d’évaluation du potentiel suicidaire n’est utilisée que dans 48,7 % des cas. Dans les deux tiers des cas, il n’y a pas de surveillance spéciale avant et après le procès du détenu, notamment en maison d’arrêt, alors que ce sont des moments où il est fragilisé. La suppression des points d’accroche – alors que 95 % des suicides ont lieu par pendaison – n’est réellement effective que dans les nouveaux établissements, car cela « nécessite un budget conséquent ».

Le pré-rapport préconise « une prise en compte plus globale de la personne détenue (ses relations familiales, ses activités, un travail ou une formation qui pourraient l’occuper) ». Il propose aussi de mettre en place un système d’échanges d’informations, « accessibles aussi en dehors des heures ouvrables » pour associer « véritablement » les familles qui pourraient faire part de leurs inquiétudes par le biais d’un numéro vert, par exemple. Il suggère de diminuer le recours au quartier disciplinaire, « en privilégiant des mesures alternatives à la cellule disciplinaire, mais aussi en faisant des quartiers disciplinaires des lieux d’exécution d’une sanction plus humanisée ».

Dans un bilan sur les suicides de 2008, l’administration pénitentiaire indique que 71,56 % des personnes qui se sont suicidées avaient été repérées comme suicidaires : « Pour ces personnes, des mesures spécifiques de suivi ont été mises en place, mais pas forcément un plan de protection complet », reconnaît l’administration pénitentiaire.

Alain Salles

Ce qui manque au champ de l’Autre

Etudier un roman 1 est une excellente façon d’étudier le suicide quand on voit comment Lacan a su tirer avantage de Hamlet dans « Le désir et son interprétation 2 ». Déjà, dans ce séminaire, Lacan élabore le suicide comme un « suprême effort de don » du phallus à l’idole, le grand Autre qui a ce dont le sujet manque. Pour Hamlet en l’occurrence, c’est un suprême effort de don à sa mère.

Car, la scène finale dans laquelle Hamlet meurt à l’issue d’un duel contre Claudius, est une sorte de gigantesque passage à l’acte suicidaire. Après avoir très longtemps hésité. Et, comme le souligne Lacan, alors que Hamlet a déjà eu l’occasion rêvée de tuer Claudius, il est longtemps resté inhibé quand à l’acte.

Car, pour un tel névrosé, l’enjeu était « de ne pas révéler » la castration de sa mère, aussi bien que la sienne. En ce sens, Lacan est hyper freudien : l’horreur, c’est la castration. C’est-à-dire que le sujet n’a pas le phallus, alors qu’il croit l’être pour sa mère. Il suppose que l’Autre l’a.

Pourquoi Hamlet se décide-t-il ?

Là-dessus, Lacan évoque l’importance du suicide d’Ophélie qui semble tout précipiter dans la pièce. Mais, c’est plutôt sur un passage du séminaire « L’angoisse » qui retient notre attention.reverse-trap-hamlet

L’objet est déjà perdu

La façon dont les psychanalystes expliquent le suicide dans la mélancolie est restée à ce jour très classique, freudienne.

Freud met plusieurs conditions aux passages à l’acte dans la mélancolie : « Personne ne trouve l’énergie psychique pour se tuer si, premièrement, il ne tue pas du même coup un objet avec lequel il s’est identifié, et, deuxièmement, ne retourne par là contre lui-même un désir de mort qui était dirigé contre une autre personne 2».

D’où la question de savoir si l’objet n’est pas toujours déjà perdu dans le suicide.

A part la question de l’objet perdu, il y a aussi la relation au grand Autre.

Le sujet est dans un rapport d’aliénation à l’Autre. Il est prêt à tout pour obtenir sa reconnaissance. Y compris par sa propre perte. Il vaut mieux encore se laisser appeler « mon lapin » ou « mon chou » par ses parents, que de courir le risque de se voir ignoré par l’Autre.

Mais, cette remarque ne suffit pas à aborder la question de l’Autre dans le suicide.

Avant de l’examiner, nous proposons d’abord de voir comment Lacan définit cette relation dans la séance du 16 janvier 1963 du séminaire « L’angoisse 5».

Un tien vaut mieux que deux

Dans la mélancolie, le sujet fait retour à une « exclusion fondamentale » dans laquelle il se sent quand se conjuguent « la loi et le désir ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Si le sujet fait du désir sa loi fondamentale, le sujet est fondamentalement exclu de son désir.

Freud raconte l’histoire de « La jeune homosexuelle » qui est aussi celle de sa défenestration du haut des quais d’une station ferroviaire. C’est après son passage à l’acte que Freud la reçoit à la demande du père de la jeune homosexuelle. Cette jeune fille fait scandale par son amour pour une femme de Vienne, une « femme de réputation suspecte ». Les parents de la jeune homosexuelle désapprouvent la liaison.

Le commentaire de Lacan est fondamental.

Pour lui, la jeune homo fait de « sa castration de femme », le « support » de « ce qui manque au champ de l’Autre » : une « loi du père, un phallus absolu ». Ainsi, elle s’est lancée dans un amour absolu pour la dame, un amour sans faille. La loi du père c’est l’exigence que le père aime sa fille.

Car, exigeant que le père la désire, l’aime, elle perçoit en même temps que ce père aimant fait défaut. Juste avant cet amour pour la dame, les parents de la jeune homosexuelle viennent d’avoir un garçon. Ce qui met en échec la loi de l’amour du père pour sa fille. Le champ de l’Autre est en manque de cet amour pour la jeune homo. Elle est déçue et se venge par l’amour pour la dame. Pour montrer à son père ce qu’est un vrai amour.

« Sans doute, ressentiment et vengeance sont-ils décisifs dans le rapport de cette fille avec son père. Le ressentiment et la vengeance sont cela, cette loi, ce phallus suprême. Voici où je le place; c’est elle qui est ma dame, et puisque je ne peux pas être ta femme soumise et moi ton objet, (depuis la naissance de mon petit frère), je suis celle qui soutient, qui crée le rapport idéalisé à ce qui est de moi-même insuffisance, ce qui a été repoussé. N’oublions pas que la fille a cessé, a lâché la culture de son narcissisme, ses soins, sa coquetterie, sa beauté, pour devenir chevalier servant de la dame 6 ».

S’appuyant sur la force de son « ressentiment » et de la « vengeance », la jeune homo se propose alors de combler ce manque d’amour absolu en y substituant son propre amour pour la dame. Elle promeut un Autre pourvu d’un « phallus absolu ».

Dans la scène du passage à l’acte, la jeune homo croise son père qui la voit aux côtés de sa dame. La jeune homo lit dans le regard de son père, un « regard irrité », une signification de désapprobation que la dame vient attester en lui disant que « ça a assez duré ».

Soit, la « confrontation » du « désir du père », avec la « loi qui se présentifie dans le regard du père », dont la jeune fille se sent « fondamentalement exclue ». Le regard de son père est « en trop ». C’est de l’ordre de l’embarras, ce regard est insupportable.

Deux conditions au passage à l’acte

Sur ce, la dame désapprouve. Cela effondre d’un coup tout ce que la jeune homo avait mis en place pour parer au manque dans l’Autre. Si la dame désapprouve, la jeune homo ne peut plus se faire le phallus absolu qui vient suppléer au manque dans l’Autre. Sa construction s’effondre, elle lui est soustraite, elle est « en moins ».C’est de l’ordre de l’émotion, une « impossibilité à y faire face 7 ».

Il y a donc « deux conditions » au passage à l’acte :

  1. l’émotion du regard du père, qui est « en trop ».
  2. l’embarras de la scène de son amie, ce qui est « en moins ».

Ces deux conditions de Lacan se réfèrent à l’Autre dont le sujet se sent exclu. Elles s’ajoutent à celles posées par Freud. Alors, l’objet petit a vient sur la scène du passage à l’acte.

A la place de cet effondrement, se produit ce que Freud avait discerné comme conditions nécessaires au passage à l’acte : le retournement de la pulsion, la régression, l’identification du sujet à l’objet définitivement perdu. « L’objet dont nous portons le deuil était celui qui s’était fait (…) le support de notre castrationviii ».

« Ce qui vient » alors c’est : « son identification absolue à ce petit a, à quoi elle se réduit », c’est ceci, par quoi elle se sent « définitivement identifiée », et du même coup « rejetée, déjetée hors de la scène ». « Seul le laissez tomber, le se laisser tomber peut le réaliser ». C’est-à-dire que la jeune, dans le passage à l’acte, s’est identifiée à l’objet du désir de l’Autre, l’enfant que l’on met bas, l’enfant qui tombe, niederkomt.

Mais, Lacan l’affirme : « les conditions posées par Freud ne suffisent pas à comprendre le passage à l’acteix ». Ces conditions sont donc nécessaires, mais pas suffisantes. Les deux conditions ajoutées par Lacan soulignent le fait qu’il se démarque d’une int
erprétation strictement oedipienne du passage à l’acte.

L’Autre manquant est déjà là

Que retenir de tout cela ? Quelle place donner à l’Autre dans ce processus ?

Il est clair que l’exigence de la jeune homo à l’égard de son père ou de la dame, est une exigence d’un Autre qui a le phallus et que la jeune homo se doit d’être ce phallus. C’est la loi de son désir et dont elle se sent exclue fondamentalement. Donc, l’Autre manquant pourvu d’un phallus est un préalable aux deux conditions lacaniennes du passage à l’acte. Du coup, ce que le sujet commence en premier à refuser, c’est que l’Autre soit manquant. En réponse, dans un second temps, le sujet fait tout pour doter l’Autre de son phallus. A cet Autre, elle sacrifie « ce qu’elle a », son phallus 10. C’est le « suprême effort de don » à l’idole de Lacan. Le refus d’un Autre manquant est la prémisse, le temps zéro, le point de départ, l’ouverture du drame, le cadre de ce tout ce qu’il s’en suit. C’est ce qui mobilise le désir du sujet. Un désir qui vise à reconnaître ce qui fait désirer cet Autre pour identifier le phallus qui pourrait lui être accolé.

Montrer l’Autre

Il s’agit bien de l’Autre et non pas du semblable. En effet, cet autre n’est pas comme les autres personnes de son entourage. L’autre est un objet « suprême 11 » (la « dame » de la jeune homo). C’est ce qu’il s’agit aussi de montrer dans le passage à l’acte : montrer que « ça est » et que c’est « autre que ça n’est ». Montrer comme « Autre ». « Ca » : avoir un enfant.

Donc, la place de l’Autre est un espace fondamental, indispensable au sujet, vital, il faut que l’Autre soit là sans faille. Il est, préablablement au passage à l’acte, idéalisé, promu, élevé, complété et doté de l’objet phallique. Sinon, comment l’objet pourrait-il tomber ?

Ne s’adirait-il pas de préserver à tout prix un Autre complet afin de l’élever au rang « suprême » ?

Hollywood

A Hollywood, il est connu que les suicidaires aiment à se jeter au bas du panneau géant. Ce panneau était une réclame pour une agence immobilière, « Hollywoodeland ». Les quatre dernières lettres sont tombées avec le temps pour ne plus laisser que celles de Hollywood. Il est connu que ce son souvent des acteurs et des actrices qui s’y précipitent. Au même endroit que ces quatre lettres déchues (land). Cela laisse penser que, selon ce que nous venons de voir, si une star est déchue, elle souhaite maintenir par son acte la grandeur de cet Autre hollywoodien par le même genre de précipitation qui a fondé le mythe hollywoodien.

De même, nous avons l’exemple d’Alexandre Fadeïv : après le rapport secret de Khrouchtchev au XXème congrès du parti communiste, il s’est mis une balle dans la tête. Il ne pouvait supporter l’écroulement du rêve d’une communauté idéale.

Et l’exemple d’un maire allemand qui se suicide à la libération en 1945. Les américains l’avaient forcé à visiter un camp de concentration dont il était voisin. Cet homme savait très bien ce qu’il se passait là-bas, le problème n’était pas là. C’était que « l’Autre (…) ne savait pas 12 », ce maire essayait de « sauver l’ignorance » de l’Autre. C’est-à-dire qu’il refusait le manque dans l’Autre.

Le suicide est un « moyen permettant de résoudre l’impasse du doute », sur l’Autre (…), « en me supprimant pour la Cause, ce sera la preuve en acte que je crois vraiment 13 », comme le précise Zizek.

L’essentiel, c’est que l’Autre reste infaillible.

Si le point fondamental, c’est que l’Autre reste entier, cette exigence est élevée au niveau d’un impératif qui fait fonction de loi universelle.

Il faut à tout prix que l’Autre soit infaillible. Au prix de son suicide, le sujet tente de résoudre son « exclusion fondamentale » de cette loi du désir de l’Autre. C’est-à-dire qu’il faut que le manque dans l’Autre reste secret et voilé.

 

 

1 – intervention à l’atelier sur le suicide de Savoirs et clinique, le 16 10 2006. Une bibliographie orientée est disponible à http://psychanalysesuicide.free.fr/?page_id=245

2 – leçon du 24 juin 1969, séminaire inédit

3 – Freud S., « Sur la psychogenèse d’un cas d’homosexualité féminine », Névrose, psychose et perversion, PUF, Paris, 1974, p. 261

5 – p. 125 à 129, édition AFI, document interne à l’association

6 – p. 127

7 – nous retrouvons ce trait dans les récits des traumatisés : « je ne pouvais rien y faire » ou « je ne savais pas y faire face ». Ce trait permet d’ajouter une réponse à la série des réactions possibles au traumatisme. Après le syndrome de Stockholm ou le syndrome de Londres (1958, la victime s’est crue invulnérable car elle n’y croyait pas. Donc, elle a cru pouvoir abattre l’agresseur. Cette personne en est morte), il y a la réaction suicide.

8 – p. 128

9 – p. 128

10 – p. 141

11 L’angoisse, leçon du 23 01 1963, p. 140

12 – Zizek S., Bienvenue dans le désert du réel, Flammarion, Paris, 2002, p. 123 et 124

13 – Ibid