« L’escabeau » est une notion apportée par Jacques Lacan concernant la sublimation.

Animated GIF  - Find & Share on GIPHY

Il l’écrit « S K beau » : S comme « esse » (l’être du « parle-être »), K comme le « ça » et le « beau » qui renvoie à la sublimation (Lacan J., « Joyce le symptôme », Autres écrits, Paris, Le Seuil, 2001, p. 565).

J. A. Miller prendra ce concept pour préciser une nouvelle définition du réel qui permet de penser un nouvel abord du « symptôme » : le « sinthome ».

Il conclut : « Les escabeaux sont là pour faire de la beauté, parce que la beauté est la défense dernière contre le réel. Mais, une fois les escabeaux renversés, brûlés, il reste encore au parl-être analysé à démontrer son savoir-faire avec le réel, son savoir en faire un objet d’art, son savoir dire, son savoir le bien dire » (Miller J.A.,« L’inconscient et le corps parlant », Le réel mis à jour, au XXIe siècle, Collection Huysmans, Paris, 2014, p. 315).

Pour en savoir plus, lire un texte de Philippe Lacadée sur le sujet : http://urlz.fr/4WXD