Skip to Content

Le blog

Le roman familial des névrosés par Sigmund Freud

(1909) [1]

Que l’individu au cours de sa croissance se détache de l’autorité de ses parents, c’est un des effets les plus nécessaires mais aussi les plus douloureux du développement. Il est tout à fait nécessaire que ce détachement s’accomplisse et l’on peut admettre que chaque être humain ayant évolué normalement l’a, dans une certaine mesure, réalisé. En vérité, le progrès de la société repose d’une façon générale sur cette opposition des deux générations. D’un autre côté, il est une classe de névrosés dont on peut reconnaître que l’état est conditionné par le fait qu’ils ont échoué dans cette tâche. Read more »

Le front de lutte au travail : la santé mentale au Canada

Le Canada se prépare à la guerre !

Un rapport récent produit par la commission de la santé mentale au Canada, sous la direction de Martin Shain, juriste, et intitulé « Une bataille juridique tout à fait légitime », démontre que les employeurs sont dans l’obligation juridique de maintenir un environnement de travail « sain » sur le plan psychologique.

Peu à peu se développe le concept de « milieu de travail sain » lancé en 2009 au Canada.

Selon les auteurs, les tribunaux seraient de plus en plus vigilants et « blâment aussi toute inconduite qui pourrait causer un préjudice psychologique. Dans l’ensemble, la valeur des indemnisations monétaires pour ce type de préjudices a augmenté de 700 % au cours des cinq dernières années », souligne Martin Shain.

Le démontage social

Publié dans Courrier international, n°1038, le 23 09 2010

La psychanalyse pense l’instinct au contraire de le « glorifier »

Marie Bonaparte rappelle une idée fondamentale à propos de la psychanalyse. La psychanalyse tourne le dos au nazisme.

L’une des premières psychanalystes en France, une pionnière à sa façon, s’est exprimée à la mort de Sigmund Freud, le 4 octobre 1939, au moment où la violence explose en Europe. Et elle nous rappelle avec simplicité quelques évidences. Des choses qu’il s’agirait peut-être de ne pas oublier et sur lesquelles Michel Onfray ne semble pas vouloir porter sa haute et claire attention philosophique :

  • Les conquêtes de l’esprit sont plus hautes que les actions de force et de puissance
  • La matière étudiée par la psychanalyse est l’instinct
  • Les instruments de cette étude sont la raison, l’investigation et la connaissance
  • la psychanalyse étudie l’instinct (Freud) au contraire de le « glorifier » (Onfray)

Read more »

De la servitude moderne…

« De la servitude volontaire » est un manifeste de Jean-François Brient et Victor León Fuentes, publié en juillet 2009.

Il est disponible sur internet, libre d’accès, sous la forme d’un texte, d’un site et de trois vidéos.

Et surtout, ne perdez pas de temps à faire autre chose avant prendre connaissance de la « Servitude volontaire » !

Le film complet est visible en streaming ci-dessous, ou bien téléchargeable ici

Vous pouvez aussi regarder les bandes annonces

contact : tempsbouleverses@gmail.com

Marie Bonaparte et la sexualité féminine…

lemel.1284712652.jpgMarie Bonaparte a pris une part majeure dans le développement de la psychanalyse en France. Mais, ses théories n’ont pas toutes fait l’unanimité, loin de là ! Si bien que le livre de Lemel est un atout pour comprendre les débats qui ont déchiré les analystes d’avant guerre. En particulier, le conflit qui a opposé Marie Bonaparte, Mélanie Klein et Anne Freud, sur la sexualité féminine.

La sexualité selon Marie Bonaparte

Par Alain Rubens, lexpress, le 22 09 2010, dans un essai remarquable, Alix Lemel éclaire les théories freudiennes sur la sexualité féminine

sur Amazon

« Les 200 clitoris de Marie Bonaparte, voilà qui ne manque pas d’air. En 1924, la princesse Marie Bonaparte (1882-1962) signe un article médical où elle avance, à partir d’un improbable échantillon de deux cents femmes, les raisons purement anatomiques de la frigidité. Le clitoris serait trop éloigné du vagin pour permettre l’orgasme total. La chirurgie fera l’affaire. Un vague délire scientiste ? Marie Bonaparte, c’est l’égérie de la psychanalyse française. De sa rencontre avec Freud à la mort du vieil homme qu’elle a aidé à quitter la Vienne des années noires. Marie aime Jack l’Eventreur, le Vampire de Düsseldorf et les amants louches. Filouterie et armes blanches. C’est une femme volontaire et décidée à n’être point victime.

Dans sa conception inaugurale de la sexualité, Freud ne décrit pas, il légifère. Injonction est faite à la femme d’abandonner le clitoris, simple “pénis vestigial”, pour migrer vers l’orgasme totalement vaginal. C’est donc se placer sous la dépendance du plaisir de l’homme. Le 30 septembre 1925, Marie Bonaparte rencontre Freud, moins comme névrosée que comme femme combattante de l’ordre mâle. Dans ce cabinet feutré où trône le divan, la lutte s’engage contre Freud, le “Grand Exciseur” symbolique. Marie ne cède pas. En 1927, elle se rend en Suisse pour libérer son clitoris, au moyen d’une légère résection. Au total, trois opérations qui ne servent à rien.

Mais la lecture de La lettre volée d’Edgar Poe lui permet de jeter une clarté inattendue sur le passé de Freud. La princesse tient Freud par la barbichette, il n’a jamais admis qu’une femme en prenne à son aise avec la jouissance. Des choses cachées depuis la fondation de la psychanalyse. Un Freud aux abois vacillant sur le dogme vaginal face à une Marie qui ne s’en laisse pas conter. Etrange permutation des rôles. En 1926, devenue l’éminence du mouvement psychanalytique français, la princesse s’est rendue indispensable à un Freud contesté. En 1937, dans l’adieu fait au divan, “Analyse terminée, analyse interminable”, il consigne sa défaite devant le “continent noir”, cette grande énigme de la sexualité féminine. Un livre exceptionnel, lumineux, bien écrit et une critique de haute tenue qui tient la dragée haute à Freud ».

Rions un peu (de la psy qui se prend pour la science…)

Pour me détendre et rire un peu, je vais souvent jeter un coup d’oeil sur Ig scientist. L’auteur de ce site se pique de produire un article sur n’importe quoi. Il argumente sur des liens farfelus pour en souligner l’absurdité. Ce sont donc des canulars. Un site fameux mais dangereux. Les vrais journalistes s’y font prendre de temps en temps. Après ça, il est difficile d’écouter nos experts patentés. Cela montre le burlesque de la psychologie actuelle. Celle qui se croit scientifique (genre : TCC, cognitivisme, etc… l’article sur la manipulation mentale est pas mal…)

Pour vous en rendre compte, jetez juste un coup d’oeil sur Psychopium, vous y trouverez le must de la production psy : du futile, de la vanité et des prétentions intenables. Reviens Tartuffe, tu as du travail chez nous !

Un des articles d’Ig scientist relie les effets néfastes des téléphones portables, le délire de certains sur la diffusion des ondes dans le cerveau et la liberté de la presse. Protéger l’industrie en hospitalisant les journalistes pour leur délire sur les ondes des téléphones portables, il fallait y penser. Et cela me fait inévitablement penser à une autre sorte de délire sur les ondes. Celui de la psychiatrie moderne.

Celle-ci vente justement le massage du crâne par les ondes. Et ce serait le must de la pointe de l’avancée de la science psychiatrique. Excusez du peu !

Je souris, mais un peu jaune quand l’on sait que plusieurs services de psychiatrie se sont effectivement dotés d’une consultation de « stimulation transcranienne ». Et nous ne sommes plus là dans le domaine du burlesque. La « stimulation transcranienne », c’est la (fausse) croyance des psychiatres en l’effet des ondes sur le crâne érigée en psychothérapie labellisée par l’université. Je ne sais pas trop par quel article paru dans je ne sais quelle revue internationale de psychiatrie, ne me le demandez pas ! C’est ce que l’on appelle une « médecine fondée sur la preuve » (Evidence Based Medecine). Résultat, quand vous vous lancez dans ce genre de thérapie, vous devez vous rendre plusieurs fois par semaine dans un centre où l’on vous buzze le crâne pendant plusieurs heures. Ca chatouille et ca gratouille, mais cela thérapouille-t-il ?

Le fait que ces centres soient en général dans des centres hospitaliers universitaires est-il vraiment un gage de sérieux ? Vous y croyez, vous ?

Une autre chose est très amusante. Sur le site d’Ig scientist, c’est la publicité de l’hébergeur de leur site. De la pub pour une méthode d’hypnose…. MDR !

Nous sommes tous des français d'origine étrangère

Tee-shirt à la commande au : http://www.comboutique.com/shop/homeboutique-42483.html

Le continent inhumain

Un très beau travail, à consulter toutes affaires cessantes !

Pour cela, cliquer sur le lien suivant et laissez vous guider (consulter l’onglet « Explorer le livre » directement »)  : http://www.theinhumancondition.org/

google earth

Jacques Lacan : la psychanalyse réinventée

« Jacques Lacan, la psychanalyse réinventée », documentaire réalisé par E. Kapnist et E. Roudinesco

Présentation sur Arte :  » Penseur inoubliable pour qui a assisté à l’une de ses conférences, Jacques Lacan s’intéresse tout d’abord à la folie, en particulier la folie féminine. Psychiatre à Sainte-Anne, il consacre sa thèse à la psychose paranoïaque. Mais il évolue rapidement vers la psychanalyse. Fils de famille bourgeoise et catholique, à la fois baroque et libertin, conformiste et extravagant, Lacan bouleverse les dogmes d’une psychanalyse entravée par des querelles d’écoles et des scléroses institutionnelles. « Je suis celui qui a lu Freud », dira-t-il. Comédien dans l’âme, à la fois séducteur et terrible, il impressionnait son public même si ses paroles restaient parfois obscures : « Quand je comprenais, je trouvais ça génial, déclare Françoise Dolto. Le reste, c’était plutôt un climat, peut-être en la mineur. » Théoricien de l’amour et du désir, il analyse les transformations de la famille occidentale, le déclin du patriarcat, les illusions de la révolution. Mais son apport théorique concerne principalement la réflexion psychanalytique sur l’inconscient. À la fin de sa vie, controversé sur sa pratique clinique, Lacan se verra aussi reprocher de « trop flirter avec la psychose. »

Ce documentaire d’Arte paru en 2001, se trouve sous la forme de 4 vidéos sur Youtube:

n°1 : http://www.youtube.com/watch?v=ahuNN96G7jM

n° 2 : http://www.youtube.com/watch?v=h5seDIumGwQ&feature=related

n° 3 : http://www.youtube.com/watch?v=ZYWf2nbF-wg

n° 4: http://www.youtube.com/watch?v=kfmYy0kb5Ho&feature=related

n° 5 : http://www.youtube.com/watch?v=WFS4hIZPP0U&NR=1

Présentation du documentaire sur le site d’Arte : http://www.artepro.com/programmes/65547/presentation.htm

Présentation du documentaire en PDF : http://www.artepro.com/fr_fichiers/fichiers/01364582.pdf

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 17 18