Skip to Content

Le blog

Psychothérapeute, mode d’emploi !

Vendredi 17 décembre 2010, 20 h 30

à l’URIOPSS, 34 rue Patou à Lille

Avec François-Régis Dupond Muzart
Juriste, Président de l’Association « Analyser »

 

Le Cartel Santé mentale de l’A.l.e.p.h.
Vous invite à une soirée organisée par l’Association pour L’Etude de la Psychanalyse et de son Histoire et le Collège de Psychanalystes-ALEPH

 

« La loi relative au titre de psychothérapeute a, non sans mal, de-puis l’amendement du député Bernard Accoyer en , trou-vé son application par décret du mai . Désormais, pour faire usage du titre de psychothérapeute, il faudra respecter un cadre strict défini par cette loi et ce décret. Cette soirée sera l’occasion de mieux comprendre les enjeux d’une telle évolu-tion législative en matière de santé mentale. François-Régis Du-pond Muzart répondra notamment en juriste de Droit public aux questions que se posent en particulier les psychanalystes, les psychologues, les psychothérapeutes, les médecins et qui concernent le devenir de la profession ou activité professionnelle que désigne le titre de psychothérapeute. »
Ouvert à tous ; frais : participation 8 €, réduit 4 €

Freud is not a terrorist !

Nietzsche s’essaie aux techniques de dompteur des TCC !

Lire Irvin Yalom est jubilatoire !

Par exemple, le passage que je vous cite en bas de ce post. Lou salomé a demandé à Joseph Breuer de soigner Friedrich Nietzsche alors que la psychanalyse n’est pas encore inventée. La situation s’inverse quand finalement Nietzsche prend la thérapie de Breuer en main.

Las ! En bon débutant qui se respecte, Nietzsche n’invente d’abord qu’un comportementalisme de base dont vous pouvez vous faire une idée dans l’extrait en bas de ce post. Notre chère TCC (Thérapie Cognitivo-Comportementale) en est la digne héritière. Quelle poilade !

Je laisse la parole à Breuer qui raconte une séance de sa thérapie avec Nietzsche.

«Extrait des notes du Dr Breuer sur Friedrich Nietzsche

… Aujourd’hui il m’a demandé d’imaginer Bertha en bébé qui aurait fait dans ses couches, puis moi lui disant comme elle est belle alors qu’elle me regarde en louchant et en se tordant le cou.

. . . Aujourd’hui il m’a recommandé de mettre un kreuzer dans mon soulier chaque fois que je pense à Bertha, et de marcher toute la journée avec. Mais où trouve-t-il donc toutes ces idées? Il semble en avoir des milliers!

… hurler « Non! » et me pincer, recenser tous mes fan­tasmes dans un carnet, marcher avec des pièces de monnaie dans mes chaussures, donner de l’argent à Schonerer[1] … me punir pour m’être laissé ronger par le tourment. Pure folie!

J’ai entendu que l’on apprenait aux ours à danser et à se tenir debout sur deux pattes en chauffant les pavés du sol sous eux. Y a-t-il une grande différence entre cette méthode et la sienne? Il essaie de modeler mon esprit à coups de petites punitions intelligentes.

Mais je ne suis pas un ours, et mon esprit est trop fin pour se plier à des techniques de dompteur. Tous ces efforts sont vains – et dégradants!

Pourtant je ne peux pas lui en vouloir. C’est moi qui lui ai demandé d’aborder mes symptômes de front. Il veut me faire plaisir; mais son cœur n’y est pas. Il n’a eu de cesse de rappeler que l’accomplissement était plus important que la consolation.

Il doit bien y avoir une autre voie »,

Et Nietzsche a pleuré, Irvin Yalom, Le livre de poche, Galaade éditions, 31760, 1992, p. 348


[1] – antisémite notoire

Le roman familial des névrosés par Sigmund Freud

(1909) [1]

Que l’individu au cours de sa croissance se détache de l’autorité de ses parents, c’est un des effets les plus nécessaires mais aussi les plus douloureux du développement. Il est tout à fait nécessaire que ce détachement s’accomplisse et l’on peut admettre que chaque être humain ayant évolué normalement l’a, dans une certaine mesure, réalisé. En vérité, le progrès de la société repose d’une façon générale sur cette opposition des deux générations. D’un autre côté, il est une classe de névrosés dont on peut reconnaître que l’état est conditionné par le fait qu’ils ont échoué dans cette tâche. Read more »

Le front de lutte au travail : la santé mentale au Canada

Le Canada se prépare à la guerre !

Un rapport récent produit par la commission de la santé mentale au Canada, sous la direction de Martin Shain, juriste, et intitulé « Une bataille juridique tout à fait légitime », démontre que les employeurs sont dans l’obligation juridique de maintenir un environnement de travail « sain » sur le plan psychologique.

Peu à peu se développe le concept de « milieu de travail sain » lancé en 2009 au Canada.

Selon les auteurs, les tribunaux seraient de plus en plus vigilants et « blâment aussi toute inconduite qui pourrait causer un préjudice psychologique. Dans l’ensemble, la valeur des indemnisations monétaires pour ce type de préjudices a augmenté de 700 % au cours des cinq dernières années », souligne Martin Shain.

Le démontage social

Publié dans Courrier international, n°1038, le 23 09 2010

La psychanalyse pense l’instinct au contraire de le « glorifier »

Marie Bonaparte rappelle une idée fondamentale à propos de la psychanalyse. La psychanalyse tourne le dos au nazisme.

L’une des premières psychanalystes en France, une pionnière à sa façon, s’est exprimée à la mort de Sigmund Freud, le 4 octobre 1939, au moment où la violence explose en Europe. Et elle nous rappelle avec simplicité quelques évidences. Des choses qu’il s’agirait peut-être de ne pas oublier et sur lesquelles Michel Onfray ne semble pas vouloir porter sa haute et claire attention philosophique :

  • Les conquêtes de l’esprit sont plus hautes que les actions de force et de puissance
  • La matière étudiée par la psychanalyse est l’instinct
  • Les instruments de cette étude sont la raison, l’investigation et la connaissance
  • la psychanalyse étudie l’instinct (Freud) au contraire de le « glorifier » (Onfray)

Read more »

De la servitude moderne…

« De la servitude volontaire » est un manifeste de Jean-François Brient et Victor León Fuentes, publié en juillet 2009.

Il est disponible sur internet, libre d’accès, sous la forme d’un texte, d’un site et de trois vidéos.

Et surtout, ne perdez pas de temps à faire autre chose avant prendre connaissance de la « Servitude volontaire » !

Le film complet est visible en streaming ci-dessous, ou bien téléchargeable ici

Vous pouvez aussi regarder les bandes annonces

contact : tempsbouleverses@gmail.com

Marie Bonaparte et la sexualité féminine…

lemel.1284712652.jpgMarie Bonaparte a pris une part majeure dans le développement de la psychanalyse en France. Mais, ses théories n’ont pas toutes fait l’unanimité, loin de là ! Si bien que le livre de Lemel est un atout pour comprendre les débats qui ont déchiré les analystes d’avant guerre. En particulier, le conflit qui a opposé Marie Bonaparte, Mélanie Klein et Anne Freud, sur la sexualité féminine.

La sexualité selon Marie Bonaparte

Par Alain Rubens, lexpress, le 22 09 2010, dans un essai remarquable, Alix Lemel éclaire les théories freudiennes sur la sexualité féminine

sur Amazon

« Les 200 clitoris de Marie Bonaparte, voilà qui ne manque pas d’air. En 1924, la princesse Marie Bonaparte (1882-1962) signe un article médical où elle avance, à partir d’un improbable échantillon de deux cents femmes, les raisons purement anatomiques de la frigidité. Le clitoris serait trop éloigné du vagin pour permettre l’orgasme total. La chirurgie fera l’affaire. Un vague délire scientiste ? Marie Bonaparte, c’est l’égérie de la psychanalyse française. De sa rencontre avec Freud à la mort du vieil homme qu’elle a aidé à quitter la Vienne des années noires. Marie aime Jack l’Eventreur, le Vampire de Düsseldorf et les amants louches. Filouterie et armes blanches. C’est une femme volontaire et décidée à n’être point victime.

Dans sa conception inaugurale de la sexualité, Freud ne décrit pas, il légifère. Injonction est faite à la femme d’abandonner le clitoris, simple “pénis vestigial”, pour migrer vers l’orgasme totalement vaginal. C’est donc se placer sous la dépendance du plaisir de l’homme. Le 30 septembre 1925, Marie Bonaparte rencontre Freud, moins comme névrosée que comme femme combattante de l’ordre mâle. Dans ce cabinet feutré où trône le divan, la lutte s’engage contre Freud, le “Grand Exciseur” symbolique. Marie ne cède pas. En 1927, elle se rend en Suisse pour libérer son clitoris, au moyen d’une légère résection. Au total, trois opérations qui ne servent à rien.

Mais la lecture de La lettre volée d’Edgar Poe lui permet de jeter une clarté inattendue sur le passé de Freud. La princesse tient Freud par la barbichette, il n’a jamais admis qu’une femme en prenne à son aise avec la jouissance. Des choses cachées depuis la fondation de la psychanalyse. Un Freud aux abois vacillant sur le dogme vaginal face à une Marie qui ne s’en laisse pas conter. Etrange permutation des rôles. En 1926, devenue l’éminence du mouvement psychanalytique français, la princesse s’est rendue indispensable à un Freud contesté. En 1937, dans l’adieu fait au divan, “Analyse terminée, analyse interminable”, il consigne sa défaite devant le “continent noir”, cette grande énigme de la sexualité féminine. Un livre exceptionnel, lumineux, bien écrit et une critique de haute tenue qui tient la dragée haute à Freud ».

Rions un peu (de la psy qui se prend pour de la science…)

Pour me détendre et rire un peu, je vais souvent jeter un coup d’oeil sur Ig scientist. L’auteur de ce site se pique de produire un article sur n’importe quoi. Il argumente sur des liens farfelus pour en souligner l’absurdité. Ce sont donc des canulars. Un site fameux mais dangereux. Les vrais journalistes s’y font prendre de temps en temps. Après ça, il est difficile d’écouter nos experts patentés. Cela montre le burlesque de la psychologie actuelle. Celle qui se croit scientifique (genre : TCC, cognitivisme, etc… l’article sur la manipulation mentale est pas mal…)

Read more »

1 2 ... 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 ... 18 19