Quand l’entourage ne croit pas au suicide

En ce qui concerne l’entourage d’un suicidaire ou des endeuillés après un suicide, deux choses sont importantes. Cet entourage le sait-il ?

Est-il prêt à le croire ? Que ce soit de croire ce que lui dit celui qui veut mourir ou de croire que l’acte du défunt est bel et bien un suicide.

Cette façon de poser le problème permet de distinguer des situations différentes selon que l’on sait ou pas ; que l’on y croit ou pas.

Lire la suite

L’importance de voir le visage de l’autre…..

La Société Française de Pédiatrie vient de publier une tribune dans le Quotidien du médecin, ce 13 mai 2020.

Les pédiatres prennent clairement position contre le port du masque devant les tout petits enfants dans cette période de dé-confinement.

L’enfant a en effet besoin d’un appui imaginaire pour grandir. Il lui faut pouvoir voir l’autre.

Continuer la lecture de « L’importance de voir le visage de l’autre….. »

Le Corona vide-rues

Le coronavirus est un monstre.

C’est la raie prise dans les filets des pêcheurs de la côte italienne.

Dans La dolce vita, Marcello se rend sur la plage et assiste à une telle scène. Les pêcheurs viennent de ramener une raie énorme qu’ils échouent devant la troupe intriguée. C’est une chose bizarre, presque informe, « je ne sais quoi de dégueulasse qu’on extrait de la mer avec un filet 1».

Un objet dont nous avons du mal à cerner le désir. Qui nous réduit aux suppositions les plus diverses.

Pour Paolo Giordano : « le CoV-2 [le SARS-CoV-2, le type de coronavirus qui provoque l’épidémie de Covid-19] est la forme de vie la plus élémentaire que nous connaissions. Afin de comprendre son action, nous devons adopter son intelligence limitée, nous voir ainsi qu’il nous voit. Et nous rappeler que le CoV-2 ne s’intéresse guère à nous, à notre âge, à notre sexe, à notre nationalité ou à nos préférences 2».

Littéralement, il ne nous voit pas. Comme le souligne Marcello : « c’est mort ! La pauvre chose ! Et cela continue à regarder ! ».

Face à l’énigme de ce machin bizarre, nous avons plusieurs réponses.

Continuer la lecture de « Le Corona vide-rues »

Un rapport dans le miroir ?

Cette animation est fascinante 1….

Dans ce miroir, nous pourrions penser que l’amour existe….

Qu’il y aurait un « rapport sexuel » contrairement à ce que les psychanalystes prétendent….

Réfléchissons.

Nous pouvons compter quatre plans :

a – Il y a notre regard de spectateur extérieur à la scène

b- il y a l’image d’une scène dans le miroir accroché au mur. Un couple s’enlace. La dame étend sa main dans un geste d’extase (?). Le monsieur reprend cette main. Il y a un mouvement, le couple continuera sa geste. Allons-nous penser que ces deux-là connaîtront une jouissance partagée ? Continuer la lecture de « Un rapport dans le miroir ? »

Dieu ? Un fake !

 

Pris dans un accès de crise existentielle Frank Underwood, le président des Etats-Unis d’Amérique (1), réquisitionne la cathédrale de Washington, ainsi que l’évêque qui s’y trouve, d’urgence, en pleine nuit. Après avoir posé des questions métaphysiques sur la fonction du président des US à l’évêque, il demande à se recueillir seul devant le Christ sur la croix. Le prêtre le laisse seul dans ce face à face.

Alors, ayant vérifié que personne ne l’observe, Frank crache sur le Christ en plâtre !

Puis, le Jésus en plâtre lui tombe sur la figure ! Continuer la lecture de « Dieu ? Un fake ! »

Le comique signe la présence de l’objet

Regardez les séquences de la répétition de l’opéra « Mme Butterfly » au moment de son suicide (avec Roberto Alagna, Histoire d’opéras, Madame Butterly, Sttatsoper de Munich (2012), documentaire diffusé sur Arte le 01 12 2013).

On voit l’une de ses collègues attendre son cri, puis son voisin lui faire un signe : c’est bon ! C’était bien ! Bravo mon gars ! Un moment hilarant alors qu’il s’agit d’un suicide tragique !

Lire la suite : https://efleury.fr/suicidequotidien/2016/12/19/le-comique-signe-la-presence-de-lobjet/

Sigmund Freud: « Sur les transformations des pulsions particulièrement dans l’érotisme anal »

Voici la version de l’article publiée dans la Revue Française de Psychanalyse, Tome II, n° 4, Éd. Doin et Cie, 1928, pp. 609-616. Elle est traduite en français par Edouard Pichon et Henri Hoesli.

_________________________________________

Guidé par les observations psychanalytiques, j’ai émis, il y a quelques années, l’hypothèse que, quand un même sujet était à la fois soigneux, parcimonieux et têtu, la rencontre de ces trois traits de caractère indiquait un renforcement de la composante érotico anale dans sa constitution psychique. Ces modes de réaction particulièrement chers au moi du sujet se développeraient, au cours de l’évolution de celui ci, par consommation de l’érotisme anal.

Continuer la lecture de « Sigmund Freud: « Sur les transformations des pulsions particulièrement dans l’érotisme anal » »