Le Corona vide-rues

Le coronavirus est un monstre.

C’est la raie prise dans les filets des pêcheurs de la côte italienne.

Dans La dolce vita, Marcello se rend sur la plage et assiste à une telle scène. Les pêcheurs viennent de ramener une raie énorme qu’ils échouent devant la troupe intriguée. C’est une chose bizarre, presque informe, « je ne sais quoi de dégueulasse qu’on extrait de la mer avec un filet 1».

Un objet dont nous avons du mal à cerner le désir. Qui nous réduit aux suppositions les plus diverses.

Pour Paolo Giordano : « le CoV-2 [le SARS-CoV-2, le type de coronavirus qui provoque l’épidémie de Covid-19] est la forme de vie la plus élémentaire que nous connaissions. Afin de comprendre son action, nous devons adopter son intelligence limitée, nous voir ainsi qu’il nous voit. Et nous rappeler que le CoV-2 ne s’intéresse guère à nous, à notre âge, à notre sexe, à notre nationalité ou à nos préférences 2».

Littéralement, il ne nous voit pas. Comme le souligne Marcello : « c’est mort ! La pauvre chose ! Et cela continue à regarder ! ».

Face à l’énigme de ce machin bizarre, nous avons plusieurs réponses.

Continuer la lecture de « Le Corona vide-rues »

Un rapport dans le miroir ?

Cette animation est fascinante 1….

Dans ce miroir, nous pourrions penser que l’amour existe….

Qu’il y aurait un « rapport sexuel » contrairement à ce que les psychanalystes prétendent….

Réfléchissons.

Nous pouvons compter quatre plans :

a – Il y a notre regard de spectateur extérieur à la scène

b- il y a l’image d’une scène dans le miroir accroché au mur. Un couple s’enlace. La dame étend sa main dans un geste d’extase (?). Le monsieur reprend cette main. Il y a un mouvement, le couple continuera sa geste. Allons-nous penser que ces deux-là connaîtront une jouissance partagée ? Continuer la lecture de « Un rapport dans le miroir ? »

Dieu ? Un fake !

 

Pris dans un accès de crise existentielle Frank Underwood, le président des Etats-Unis d’Amérique (1), réquisitionne la cathédrale de Washington, ainsi que l’évêque qui s’y trouve, d’urgence, en pleine nuit. Après avoir posé des questions métaphysiques sur la fonction du président des US à l’évêque, il demande à se recueillir seul devant le Christ sur la croix. Le prêtre le laisse seul dans ce face à face.

Alors, ayant vérifié que personne ne l’observe, Frank crache sur le Christ en plâtre !

Puis, le Jésus en plâtre lui tombe sur la figure ! Continuer la lecture de « Dieu ? Un fake ! »

Le comique signe la présence de l’objet

Regardez les séquences de la répétition de l’opéra « Mme Butterfly » au moment de son suicide (avec Roberto Alagna, Histoire d’opéras, Madame Butterly, Sttatsoper de Munich (2012), documentaire diffusé sur Arte le 01 12 2013).

On voit l’une de ses collègues attendre son cri, puis son voisin lui faire un signe : c’est bon ! C’était bien ! Bravo mon gars ! Un moment hilarant alors qu’il s’agit d’un suicide tragique !

Lire la suite : https://efleury.fr/suicidequotidien/2016/12/19/le-comique-signe-la-presence-de-lobjet/

La riposte de Philippe Merieu

Philippe Merieu a été interviewé par Jacques Alain Miller sur l’hégémonie du cognitivisme dans l’éducation. Cet entretien a été publié dans L’âne, en février 2008.

Le texte figure à cette adresse: https://frama.link/M_4cawbg

Philippe Merieu est l’auteur d’un essai qui va sans doute faire date : La riposte. Écoles alternatives, neurosciences et bonnes vieilles méthodes : pour en finir avec le miroir aux alouettes. Paru le 29 août 2018.

Las !

Michel Blanquer lui donne raison sur toute la ligne !

Continuer la lecture de « La riposte de Philippe Merieu »

Fakes news de Rasmus

Pourquoi Franck Ramus tient-il tant à confondre la psychanalyse avec l’homéopathie ? Gérard Pommier nous l’explique dans l’éditorial qu’il vient de publier sur le « Quotidien du médecin » en ligne. A cette adresse : https://frama.link/NDcZgx-S

Mr Ramus est déjà une vieille connaissance, toujours très attentif à l’égard de la psychanalyse…..


La psychanalyse peut aider à résoudre le désastre de la psychiatrie

Le quotidien du médecin, n° 9756, le 11 06 2019, https://frama.link/NDcZgx-S

Dans son édition du 6 mai, le «Quotidien du Médecin» a publié un article de M. Franck Ramus, au titre polémique : « La psychanalyse a-t-elle une place dans la psychiatrie du XXIème siècle ? ». La situation est la suivante : la souffrance psychique est la première pathologie française, alors que la psychiatrie va au plus mal. M. Ramus veut-il soigner la psychiatrie ? Il n’est ni psychiatre, ni médecin, ni psychologue : c’est un psycholinguiste. Il n’a jamais suivi de cures difficiles d’enfants, ou de psychotiques en situation dramatique – ce dont j’ai l’expérience. Mais admettons qu’un chercheur peut expertiser une pratique sans l’avoir exercée.

Continuer la lecture de « Fakes news de Rasmus »

Les amours politiques de Game of throne

J’avoue, je voudrais une suite à cette série !

Les fans de Game of throne 1 l’ont appelée de leurs vœux, dans une pétition qui, à ce jour, a déjà reçu plus de un million cinq cent mille signatures.

Mais, je voudrais une suite qui a le sérieux de la psychanalyse, comme le dit Lacan, lors d’une conférence sur le symptôme à Genève en 1975 : « le sérieux de la série…. ».

Si le final de la série Game of throne a déçu, je pense, à la suite de Slavoj Zizek 2, que ce n’est pas seulement à cause d’un effet de fin, de conclusion, mais qu’il s’agit d’un effet de scansion.

Continuer la lecture de « Les amours politiques de Game of throne »

De l’école, par Jean-Claude Milner

Jean-Claude Milner a écrit un livre1 sur l’école, en réaction aux réformes successives de cette institution. Ce livre souligne que c’est le savoir qui anime l’institution. Il permet de comprendre comment la confusion produite par les discours d’indifférenciation, porte atteinte à la démocratie.

(Il existe un site de partage internet qui vous permet de télécharger le livre. A cette adresse : https://frama.link/orvFEHTy )

Le raisonnement de Milner s’appuie sur une axiomatique : l’école, est définie par cinq éléments nécessaires et suffisants.

Continuer la lecture de « De l’école, par Jean-Claude Milner »