Skip to Content

Category: Blog

L’idéologie….. Zizek

Pour Zizek, l’idéologie, c’est promettre de vous vendre du rien. Les choses ne sont pas seulement des choses. Ce sont des choses plus autre chose que l’on vous vendra….. C’est la différence de prix entre un café sans Starbucks et un café avec Starbucks (cf. « le café crème et le café sans crème », dans S. Zizek, Moins que rien, Fayard, 2015, p. 702)

Un plus l'objet a selon Zizek

Mais, il ne s’agit que de l’un des aspects de la question, celui de la plus-value posée par K. Marx.

S. Zizek prolonge ce questionnement et le renouvèle à partir d’une blague.

Dans un café, un client demande un café sans crème. Le serveur lui répond que, n’ayant pas de crème, il ne peut donc pas lui proposer de café sans crème. Mais, s’il le souhaite, il a du lait et peut donc lui servir un café sans lait !

Le développement de Zizek est tout particulièrement utile pour aborder et élaborer une nouvelle politique de la contradiction et cerner celle de la psychanalyse. Zizek évoque cette blague chez Laure Adler dans son émission radiophonique de France inter. Cliquer sur ce lien pour l’écouter : http://www.franceculture.fr/emissions/hors-champs/slavoj-zizek-de-jacques-lacan-occupy-wall-street#

Qu’y a-t-il dans ces bagages ?

Le film « Démolition » de Jean-Marc Vallée avec Jake Gyllenhaal, Naomi Watts et Chris Cooper, illustre les propos d’Alcibiade dans Le banquet de Platon. Voir ce qu’il y a dans les bagages est un projet platonicien. Et cela passe par une démolition. Il faut casser le pot (le silène) pour y trouver l’agalma qui s’y loge. images.duckduckgo.com Read more »

Pièces détachées….

Sur cette vidéo, nous voyons un montage tout à fait fascinant.

Si nous regardons d’abord le petit écran qui est exposé au premier plan, nous voyons la projection d’un visage. Puis, en nous déplaçant sur le côté, nous pouvons découvrir ce qui permet d’obtenir cette représentation. Et à notre grande stupéfaction, nous constatons alors qu’aucun objet ne correspond au visage perçu initialement. Nous voyons un bric-à-brac de pièces détachées, sans rapport les unes avec les autres. Nulle trace de ce visage….

Lacan avait formalisé ce montage depuis longtemps, dans ce qu’il a appelé « le schéma optique ». Le visage correspond à « l’image virtuelle » de l’objet. Le bric-à-brac des pièces détachées que  nous voyons de l’autre côté de l’écran, correspond à son « image réelle ».

Pour en savoir plus : http://efleury.fr/une-rapport-dans-le-miroir/#more-2154

 

 

Un guide de survie contre l’idéologie par Slavoj Zizek

« The pervert’s guide to ideology » est un documentaire de Sophie Fiennes1 qui expose les idées de Slavoj Zizek à propos de l’idéologie. C’est un véritable guide de survie qui permet d’acquérir un peu de lucidité sur le monde contemporain. zizek guide ideology

Au début du documentaire, John Nada dit au black (dont il vient de casser la figure) : « je t’ai donné le choix : ou bien tu mets ces lunettes ou tu bouffes ces poubelles ! » (Extrait de « They live » (1988))

Read more »

Dieu ? Un fake !

 

Pris dans un accès de crise existentielle Frank Underwood 1 réquisitionne la cathédrale, ainsi que l’évêque qui s’y trouve, d’urgence, en pleine nuit. Après avoir posé ses questions métaphysiques sur la fonction d’un président des US à l’évêque, il demande à se recueillir seul devant le Christ. Après avoir vérifié que personne ne l’observe, Frank lui crache dessus !

Puis, le Jésus en plâtre lui tombe sur la figure ! Read more »

Une rapport dans le miroir ?

Cette animation est fascinante 1, Dans le miroir, nous pourrions penser que l’amour existe….

Réfléchissons.

Nous pouvons compter quatre plans :

a – Il y a notre regard de spectateur extérieur à la scène

b- il y a l’image d’une scène dans le miroir accroché au mur. Un couple s’enlace. La dame étend sa main dans un geste d’extase (?). Le monsieur reprend cette main. Il y a un mouvement, le couple continuera sa geste. Allons-nous penser que ces deux-là connaîtront une jouissance partagée ? Read more »

Je ne suis pas un tire-au-flanc….

« Je ne suis ni un client, ni un consommateur, ni un usager de vos services, je ne suis pas un tire-au-flanc, un pique assiette, un mendiant ou un voleur…

Je ne suis pas un numéro de sécurité sociale, un simple bug sur un écran !

Jamais je n’ai manqué à mon devoir, j’ai toujours payé ce que je devais et j’en suis fier…

Je ne suis pas un flagorneur, je regarde mon voisin dans les yeux et si je peux le faire, je l’aide…

Je ne cherche, ni accepte la charité..

Je me nomme Daniel Blake, je suis un humain, pas un chien !

En tant que tel, je veux que l’on respecte mes droits. Je demande à ce qu’on me traite avec respect, moi, Daniel Blake, je suis un citoyen. Je ne suis rien de plus et rien de moins qu’un citoyen ! ».

« Moi, Daniel Blake », Ken Loach, 2016

 

« L’éthique analytique est contre le sacrifice, c’est très clair », Catherine Millot

Catherine Millot a été interviewée par Daniel Friedmann en 2007. Elle a aussi travaillé sur les mystiques dont Simone Weil.9782070781409

« (Simone Weil) avait l’idée de sacrifier son corps. Et c’était le point d’horreur (concernant son corps). (…) Les mystiques parlent de liberté. En tout cas, intérieure. Un dégagement des empêchements, des obstacles, des obstructions mentales. Ce qui est aussi l’un des buts de l’analyse, elle cherche à désemcombrer. (…). L’analyse est foncièrement athée et conduit à l’athéisme. Lacan a dit que l’athéisme ne s’atteint qu’au terme de l’ascèse analytique. Il y a quelque chose comme une mise à plat ».

La Vie parfaite : Jeanne Guyon, Simone Weil, Etty Hillesum, Paris, Gallimard, coll. « L’Infini », 2006. Présentation du livre par Michel Plon sur ce lien.

Catherine Millot dans « Etre psy », épisode 5, 2007, interview par Daniel Friedmann

Ce que c’est beau !

 

« L’escabeau » est une notion apportée par Jacques Lacan concernant la sublimation.

Animated GIF  - Find & Share on GIPHY

Il l’écrit « S K beau » : S comme « esse » (l’être du « parle-être »), K comme le « ça » et le « beau » qui renvoie à la sublimation (Lacan J., « Joyce le symptôme », Autres écrits, Paris, Le Seuil, 2001, p. 565). Read more »

Après le choc….

Soirée impromptue organisée par l’AlephSabine 2
Mercredi 16 décembre à 20 h 30
Chez « Morel et fils », au 1er étage
31-33 place de la bourse à Lille

Les meurtres du 13 novembre 2015, ont été perpétrés sur un mode tout à fait particulier, en sorte que nombreux en sont affectés alors qu’ils n’en étaient pas directement les victimes. Les affects éprouvés sont multiples. Pour certains, cela a semblé « irréel ». Pour d’autres, il a fallu faire un effort pour se sentir concerné et réaliser « après-coup » avec effroi, l’horreur de ce à quoi ils ont échappé. Or, en psychanalyse, il apparaît que nous pouvons témoigner de la nature de « ce qui fait choc » et nous affecte.
C’est ce que nous proposons de débattre au cours d’une soirée impromptue. Chaque analyste témoignera de la façon dont il s’est senti concerné par ces événements, en l’articulant à un point de la théorie analytique du traumatisme.

Soirée animée par D. Kamienni-Boczkowski, F. Kaltenbeck, I. Baldet, S. Boudailliez et E. Fleury
Renseignements : 06 89 73 62 43

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... 14 15